Mythe ou vérité? 15 révélations sur la protection solaire

09 Juil 2018 par Mariève Inoue
Catégories : Beauté / Soins

Et si on testait nos connaissances en matière de soins solaires et de rayons UV? On fait le tour de la question en départageant les mythes des vérités.

  1. Une peau déjà bronzée a moins tendance à brûler.

MYTHE «L’effet protecteur du bronzage n’existe pas! Une peau bronzée est une peau affectée par les rayons UVB», affirme la Dre Sonya Abdulla, dermatologue à la clinique Dermatology on Bloor, à Toronto. On abandonne donc l’idée de se faire un «fond de bronzage» tout de suite!

  1. On devrait utiliser une protection solaire même par temps nuageux.

VÉRITÉ ABSOLUE Pour en comprendre la raison, on doit d’abord savoir différencier les rayons UVA des UVB. «Les rayons UVB ont un effet direct sur l’épiderme, dit Isabelle Poirier, formatrice régionale chez La Roche-Posay. Ce sont eux, les responsables des coups de soleil.» Plus intenses entre les mois d’avril et septembre, on les redoute surtout les jours ensoleillés, entre 10 h et 16 h. Le hic, c’est qu’on doit aussi se méfier des rayons UVA, présents du lever du soleil jusqu’à son coucher, et ce, tout au long de l’année! En plus d’affecter l’épiderme, les UVA ont aussi un impact sur le derme, où ils multiplient les radicaux libres qui entraînent la détérioration des cellules et le vieillissement de la peau. «La crème solaire est le meilleur soin antiâge qui soit!» s’exclame l’experte. Petit aide-mémoire: tandis qu’on associe les UVB à la lettre «b» du mot «bronzage», on pense à la lettre «a» du mot «âge» pour se rappeler les effets néfastes des UVA.

  1. Il suffit d’appliquer notre écran solaire une fois le matin pour protéger notre peau toute la journée.

MYTHE «Dans un contexte idéal, une formule photostable appliquée uniformément et en quantité adéquate peut protéger l’épiderme pendant plusieurs heures en l’absence de transpiration», estime la Dre Abdulla. Par contre, certaines formules peuvent se dégrader lors d’une exposition aux rayons UV; il faut dire aussi que la plupart des gens n’en appliquent pas suffisamment. C’est pourquoi les experts s’entendent sur le fait qu’on doit réappliquer notre protection solaire toutes les deux heures – et plus souvent après avoir transpiré ou s’être baignée. Quelle est la quantité appropriée? L’équivalent de la grosseur d’une balle de golf pour le corps, en plus de ce qu’il faut pour bien couvrir le visage.

  1. Une protection solaire quotidienne n’est pas nécessaire pour les gens à la peau foncée.

GROS MYTHE Les rayons UV sont néfastes pour l’épiderme, quels que soient notre groupe ethnique ou notre type de carnation! «Bien que les cancers de la peau soient plus communs chez les personnes à la peau claire, celles dont la carnation est foncée y sont également exposés», insiste la dermatologue.

 

  1. La protection offerte par un FPS 50 et un FPS 100 est presque équivalente.

VÉRITÉ «Un FPS 50 bloquera 98 % des rayons UVB, tandis qu’avec un FPS 100, le taux est de 99 %», fait remarquer la Dre Abdulla. La différence est donc minime. Les écrans solaires offrant un FPS 100 se font d’ailleurs plus rares, car les gens croyaient souvent à tort qu’un soin affichant un facteur de protection solaire aussi élevé est beaucoup plus efficace. «Ils se disaient qu’ils étaient protégés à 100 % et qu’ils n’avaient pas besoin de réappliquer leur crème durant la journée», explique Isabelle Poirier, de La Roche-Posay. À retenir: un écran solaire doté d’un FPS 30 bloquera 95 % des rayons UVB, et c’est d’ailleurs le minimum recommandé par l’Association canadienne de dermatologie. Cela dit, si notre peau brûle facilement, on opte pour une protection plus élevée sans hésiter!

  1. La crème solaire protège notre peau aussi bien que nos vêtements.

MYTHE La crème solaire nous protège encore mieux! Tout dépend du tissu et de la couleur du vêtement, mais selon la Dre Abdulla, un t-shirt ordinaire offre une protection équivalente à un FPS entre 4 et 8, ce qui n’est pas suffisant. Par contre, les vêtements anti-UV, qui offrent une protection correspondant à un FPS 50 ou 60, peuvent s’avérer une option intéressante, surtout pour les enfants et les adeptes de sports extérieurs. «Ces vêtements ne remplacent pas la crème solaire, mais ils constituent un moyen supplémentaire pour se protéger du soleil», révèle la dermatologue.

  1. L’écran solaire protège la peau dès qu’on l’applique.

MYTHE ET VÉRITÉ Tout dépend de la sorte de filtre contenu dans le produit utilisé. «Les écrans solaires minéraux à base d’oxyde de zinc ou de dioxyde de titane protègent dès l’application», souligne la Dre  Abdulla. Par contre, les formules à base d’écrans chimiques (souvent appelés «organiques») nécessitent environ 20 minutes pour être complètement absorbés et commencer à s’activer. Pour se simplifier la vie, on prend l’habitude d’appliquer notre écran solaire une demi-heure avant de sortir, peu importe le type de formule qu’on utilise.

  1. Il faut réappliquer de la crème solaire après la baignade, même si la formule est résistante à l’eau.

VÉRITÉ Lorsqu’on dit qu’une formule est résistante à l’eau, c’est qu’elle nous offre une protection durant la baignade. «Mais une fois qu’on sort de l’eau et qu’on s’essuie avec une serviette, ça risque d’enlever une grosse quantité de crème solaire», note Isabelle Poirier, de La Roche-Posay. Voilà pourquoi il est si important d’en réappliquer!

  1. Si je n’ai pas de coup de soleil, ça signifie que ma peau n’a pas subi de dommages.

MYTHE DANGEREUX On n’a qu’à repenser à la différence entre les rayons UVA et UVB. Car les effets de l’exposition aux UVA peuvent apparaître beaucoup plus tard. Qu’est-ce à dire? «Notre peau vieillit alors plus rapidement, elle est plus terne et les taches pigmentaires font leur apparition sur notre visage et nos mains», décrit Isabelle Poirier.

  1. Les filtres minéraux sont plus sûrs que les écrans chimiques.

MYTHE «Les uns ne protègent pas mieux la peau que les autres», assure Isabelle Poirier. Si les écrans chimiques ont tendance à être plus photostables et résistants à l’eau, «ils peuvent par contre irriter les épidermes plus sensibles», souligne la dermatologue Sonya Abdulla. De leur côté, les écrans solaires minéraux peuvent laisser un film blanchâtre sur la peau et nécessitent une réapplication plus rigoureuse. L’important est de trouver la formule qui nous convient le mieux selon sa texture, sa fragrance (ou pas) et notre degré de sensibilité. Et ce qui compte, c’est d’en appliquer (autant de fois qu’il le faut!) au quotidien.

  1. On devrait recourir à une protection solaire chaque jour en été.

VÉRITÉ Mais on devrait aussi le faire à longueur d’année!

  1. S’enduire d’un écran solaire empêche la peau de bronzer.

VÉRITÉ Ça serait tout à fait vrai si l’application était parfaitement uniforme et que l’écran solaire bloquait les rayons à 100 %. Si notre peau bronze malgré l’usage quotidien d’une protection solaire, la Dre Abdulla recommande de changer de routine: on met davantage de crème, on en réapplique plus souvent, on opte pour un FPS plus élevé et on n’oublie pas de porter un chapeau et de bonnes lunettes de soleil.

  1. On devrait acheter de nouveaux écrans solaires chaque année.

ÇA DÉPEND L’important est de consulter la date de péremption inscrite à l’arrière du tube de crème et de la respecter. Certains produits affichent aussi un pictogramme de pot ouvert avec un chiffre suivi de la lettre «M»: ça correspond au nombre de mois pendant lesquels on peut conserver le produit une fois ouvert.

  1. Tous les écrans solaires protègent contre les coups de soleil et le vieillissement cutané.

MYTHE Le FPS indiqué sur les contenants de soins solaires indique seulement le niveau de protection contre les UVB. Le vieillissement cutané étant principalement lié aux UVA, on doit s’assurer de choisir un écran solaire à large spectre, qui offre une protection contre ces deux types de rayons. Près de la mention FPS, on trouve un logo combinant les mentions UVB et UVA. «Si le UVA est encerclé, ça signifie que le produit offre la protection minimale requise par Santé Canada contre les UVA», signale Isabelle Poirier. On porte donc attention aux étiquettes!

  1. On peut bronzer à travers une fenêtre ou une vitre d’auto.

MYTHE «On ne peut pas vraiment bronzer en voiture, car les rayons UVB ne traversent pas la vitre», précise Isabelle Poirier. Mais ce n’est pas parce qu’on ne bronze pas que notre peau ne subit pas de dommages! Les UVA, eux, passent à travers les vitres – y compris celles de l’auto, de la maison et du bureau.

À lire aussi: 

Pour en finir avec la peau luisante!

7 mythes et vérités sur l’hydratation

Soin visage: la vérité sur le démaquillage

 

Photo: Unsplash

Ce reportage est tiré du magazine VÉRO été 2018. Abonnez-vous dès maintenant!

Catégories : Beauté / Soins
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine