Message à mon épouse

19 Fév 2018 par Louis Morissette
Catégories : Culture

Louis trouve que Véro est mauvaise en cocooning.

Comme ça, le magazine VÉRO veut donner des trucs de cocooning? Une recette de bœuf braisé à cuisiner, une série télé à regarder, un livre à dévorer? C’est assez ironique, parce que la Véro en question, la madame sur la couverture – pas celle à droite, celle à gauche de la photo – a beaucoup de mal à respecter MA vision du cocooning. En fait, je crois que ma femme ne connaît pas vraiment le sens du terme cocooning.

D’abord, par définition, le cocooning implique de rester à la maison. J’ADORE rester à la maison, collé sur la madame à droite sur la page couverture. Peu importe que, dehors, ce soit une pluie d’automne, une neige de février ou le soleil de juillet, je suis bien dans mes affaires. Dans mon salon, sans obligation de faire la conversation à un inconnu qui veut socialiser ou à un mononcle qui veut partager ses impressions sur toutes les nouveautés télé de l’hiver.  L’ennui, c’est que j’ai une femme pour qui temps libre = sortir de la maison.  Cette même femme qui vous donne des trucs de cocooning est la première à se tourner vers moi en me demandant:

– On va-tu au cinéma?

– On devrait partir un weekend à New York, non?

– On va-tu aux pommes?

– Pourquoi on n’irait pas souper au restaurant?

– On va où pour la semaine de relâche?

– On fait quoi en fin de semaine?

En fin de semaine? On s’effoire à la maison, pis on regarde les Patriots contre les Steelers à 13 h, on zappe au golf pour voir le retour de Tiger Woods à 16 h, pis ça se peut aussi que je décide de regarder le 4e quart de Laurent Duvernay-Tardif et les Chiefs de Kansas City contre les Vikings du Minnesota. MA définition du parfait cocooning.

Quand on a construit notre maison, il fallait penser au cinéma maison, à la piscine, au spa… toutes des affaires qui étaient supposément essentielles, mais que ma femme préfère faire à l’EXTÉRIEUR de la maison. Pourquoi alors les voulais-tu DANS TA MAISON, ma belle?

L’autre aspect important est de respecter le moment «cocooning» de son partenaire. Gens de Québec Solidaire, ne m’écrivez pas des bêtises même si je parlerai dans les prochaines lignes de comportements dits «masculins». Parce que végéter sur le divan devant une game sportive à la télé est souvent plus une affaire de gars. Tout comme il y a plus de filles dans une classe de Zumba. C’est pas un jugement, je ne veux pas «genrer» les comportements, c’est juste une statistique.

Mesdames, soyez très attentives. Parce que janvier-février est une période importante pour le sport avec le Super Bowl, la saison du hockey, les JO d’hiver, le retour du golf, le premier grand chelem de tennis en Australie, etc. Apprenez à reconnaître le moment. Écoutez le commentateur décrire la partie. Tentez de saisir la tension. Parce que vous avez la fâcheuse manie de toujours poser une question à un moment crucial d’un match. Véro, ne me parle plus quand il reste moins de deux minutes à jouer dans un match impliquant Tom Brady, ou si un joueur de golf s’apprête à faire un coup roulé, ou quand le Canadien est à 3 contre 3 en prolongation. Ce n’est pas le temps pour une une déclaration d’amour… tu seras déçue. À cet instant précis, notre amour peut attendre la pause publicitaire. Est-ce que je me plante devant la finale d’Unité 9 pour te demander si tu m’aimes? Non. Évidemment, j’apprécie que tu souhaites parfois t’intéresser à mes séances de cocooning en venant te coller sur moi. Je vois bien que tu cherches à développer un moment d’intimité. Mais honnêtement, ça me tape un peu sur les nerfs. Je veux profiter du match et de ses stratégies, pas t’expliquer «pourquoi le dégagement est refusé» ou «pourquoi les joueurs se rentrent tous dedans».

Dernière précision: si on s’endort devant le sport à la télé, c’est VOULU. Ne venez pas nous réveiller! Ça fait partie du processus et du plaisir. On somnole un peu, le maxillaire inférieur tombe lentement au combat, on plonge dans un coma léger qui nous permet quand même de se réveiller aux moments importants du match. Nous, on a ce don. Vous, non. N’essayez pas de comprendre.

Alors, revenons à la base. Le cocooning, c’est rester dans sa maison, sur son divan. Le cocooning, c’est respecter la bulle de l’autre et reconnaître les instants décisifs d’une tragédie sportive. Et le cocooning se pratique sans les membres de la famille élargie. Sachez que Véronique Cloutier est très mauvaise en cocooning.

Merci. La direction.

Lire le billet de Véro sur le cocooning.

Photo: Andréanne Gauthier

Ce billet est paru dans le magazine VÉRO d’hiver, en kiosque!

Lire les autres billets de Louis Morissette:
Donner… un sens à la vie
Le grinch
L’arroseur arrosé
On écoute trop les enfants
Oser faire… mon mea culpa

Cliquez ici pour vous abonner au magazine.

 

Catégories : Culture
1 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Line Vaillancourt dit :

    Cocasse et combien réaliste! Je reconnaissais mon mari en lisant ces lignes

Ajouter un commentaire
Magazine vero automne

Magazine Véro

S'abonner au magazine