Osheaga: 5 questions au groupe de rock-garage Vulvets

31 Juil 2017 par Laurie Dupont
Catégories : Culture / Top V

On a interviewé Isabelle LaTerreur Ouimet, bassiste du groupe montréalais Vulvets, quelques jours avant qu'elle et son band performent sur la Scène des Arbres à Osheaga.

Isabelle, comment est née la formation de rock-garage Vulvets?

L’histoire peut avoir des échos de légende, mais elle est pourtant bien vraie. Vulvets, c’est la matérialisation, puis la concrétisation des mots rêveurs d’une énième nuit écoulée à vider quelques verres et à refaire le monde sur la terrasse du mythique bar l’Esco, temple de l’underground montréalais. C’est le récit de deux filles qui voulaient être quatre, et c’est arrivé.

Qu’est-ce que ça vous fait de jouer à Osheaga? Consécration? Grande excitation?

Considérant que nous n’existons, en tant que groupe, que depuis deux ans, et que nous comptons encore sur les doigts de nos mains les prestations données, ce serait prétentieux que de considérer la consécration. Du moins au sens où on l’entend habituellement. Cela dit, si l’on dévie vers la signification d’un de ses synonymes, soit le mot «sanction», on trouve bizarrement ce qu’il faut pour décrire avec une justesse étonnante ce par quoi nous passerons sur la scène du plus important festival de musique et d’arts du Canada le 4 août. On dit d’une sanction qu’elle est un acte par lequel une pratique est entérinée, reçoit une sorte de validité. C’est dire que si l’on parvient à donner un spectacle à la hauteur — ce qui sous-entend aussi une excitation fébrile — nous serons en droit de nous affranchir du sentiment de l’imposteur, qui nous hante depuis le premier jour de notre émergence, aux Francouvertes.

Comment concilies-tu ton rôle de maman et ta vie de musicienne?

Pour moi, la conciliation famille-travail-musique, son aboutissement à vrai dire, repose sur l’extraordinaire père qu’est mon chum, un homme de son temps, musicien lui aussi. C’est en quelque sorte une ballroom dance, à laquelle on s’adonne. Si ce n’est pas toujours exécuté dans le bonheur parfait, c’est quand même fait dans la complicité, en dirigeant le pas tour à tour. Et lorsque les têtes n’en peuvent plus de tourner, nous avons la chance inouïe de pouvoir compter sur des proches d’une générosité peu commune, des mamies au cœur en or, des collègues, des patrons et même un Chevalier (sans plaisanterie) on ne peut plus bienveillants, des «matantes» fantastiquement indulgentes et des «mononcles» aimants, qui s’assurent tous du bien-être et du bonheur de notre petite Élodie lorsque nous sommes exténués.

Est-ce que ta fille sera à Osheaga?

Oui, ma fille sera avec nous à Osheaga… avec son petit casque de protection mauve lavande! Elle était au concert de son père aux Francofolies cet été, une première pour elle. J’aime qu’elle puisse partager un peu de nos «autres vies» avec nous. Et je crois qu’elle apprécie aussi, sans saisir tout encore. Évidemment, vu nos statuts d’artistes des souterrains (Lire: bars, nuits, virées), le contexte ne s’y prête que très rarement. Mais quand je sais qu’elle aura sa place, comme c’est le cas pour Osheaga, un événement qui se soucie des familles et de leurs besoins particuliers, je ne me pose même pas la question. Et je conserve tous ses badges. Ils nous feront de belles soirées d’anecdotes quand l’adolescence se pointera.

La devise du magazine est: « Oser être soi ». Qu’est-ce que ça veut dire pour toi ?

Je pourrais difficilement faire autrement que d’oser être moi. Je suis une personne au caractère très fort (je le dis de façon polie pour épargner les yeux, mais vous comprendrez ce que je veux dire). J’ai tendance tant à la rébellion qu’à l’amour, et ce, avec intensité. C’est entre ces deux pôles que je tente, parce que j’échoue aussi souvent que les mauvais capitaines, de naviguer, mais sans jamais trop rester dans les eaux calmes… car je coulerais d’ennui.

Vulvets – le vendredi 4 août à 13h15 sur la Scène des Arbres.
vulvets.bandcamp.com

Le Festival Osheaga se tiendra du 4 au 6 août sur l’Île Notre Dame à Montréal. Osheaga.com

Lire aussi:
Osheaga : TOP V des voix féminines à ne pas manquer
Osheaga 2016: 15 beaux looks repérés au festival


Photo : Osheaga.com

Catégories : Culture / Top V
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine