Qu’est-ce que lit l’équipe du Magazine VÉRO?

23 Avr 2018 par Équipe VÉRO
Catégories : Culture

Pour souligner la Journée Mondiale du livre et du droit d'auteur, les membres de l'équipe du magazine VÉRO vous présente leurs lectures du moment.

  • Joanie Pietracupa, rédactrice en chef. Le plongeur, de Stéphane Larue (Le Quartanier)"En fait, je le relis pour la deuxième fois! J’adore ce roman. L’ambiance, les personnages, le synopsis… J’ai été en couple pendant de nombreuses années avec un cuisinier, et je dois dire que Stéphane Larue décrit le monde nocturne de la restauration avec un talent qui frise le génie. On entend presque les verres s’entrechoquer! À dévorer!" | leslibraires.ca
  • Samuel-Olivier Barrette, chef solutions de contenu et créativité média: Bon chien, de Sarah Desrosiers (Hamac) "Un tout premier roman fort réussi. Un livre où l’on plonge tête première dans un univers anxiogène et difficile, celui d’une école de danse, celui d’une héroïne qui peine à atteindre les standards attendus d’elle malgré une discipline et un dévouement hors norme. Une fois accroché, on ne peut mettre le livre de côté. Cette lecture nous porte à réfléchir sur l’échec, la soumission, le rapport au corps, et on ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec le contexte social actuel (dénonciations et mouvement #moiaussi)" | hamac.qc.ca
  • Chantal Durand, directrice des communications : La disparition de Stephanie Mailer, de Joël Dicker (DE Fallois) "Ce livre est absolument génial. À chaque chapitre, l'auteur nous fait prendre une multitude de directions et on croit toujours connaître l'identité du meurtrier. Il nous garde en haleine jusqu'à la fin du livre. À dévorer!" | renaud-bray.com
  • Marie-Claude Marsolais, chef de contenu numérique: La bête à sa mère, de David Goudreault (Stanké) "Le personnage principal manque d’empathie, il est raciste et violent, psychopathe et très "baveux". Malgré tout, on a envie de le serrer dans nos bras. Parce que c’est un vrai poqué de la vie dont la mère “se suicidait souvent” qui a vécu son enfance entre les centres jeunesses et les familles d'accueil. Un roman à la fois « rentre-dedans » et très touchant." | editions-stanke.com
  • Laurie Dupont, chef de contenus mode, beauté et culture: Ici, ailleurs de Matthieu Simard (Alto) "J'ai lu tous les romans de Matthieu Simard. C'est un auteur d'une grande sensibilité, qui maitrise l'art de nous faire vivre des émotions diamétralement opposées en quelques pages, voire en quelques lignes parfois. Ici, ailleurs, c’est l’histoire d’un couple qui tente de recoller les morceaux de leur vie après avoir vécu un drame. Y parviendront-ils? Rien n’est moins sûr…" | leslibraires.ca
  • Shella-Eve Simard, coordonnatrice à la rédaction: L’alchimiste, de Paulo Coelho (J'ai lu) "Ce roman enivrant rempli de coïncidences et de péripéties nous incite à suivre nos rêves et aller au bout de notre quête. Malgré le déraillement du chemin, les obstacles ou les déviations, on réalise en même temps que le personnage principal que tout est là pour une raison. L’histoire de Santiago nous fait réaliser à quel point la vie est bien construite. Ça nous encourage à apprécier chaque moment de notre vie et à prendre conscience des signes qui nous sont envoyés afin de suivre le notre quête personnelle." | renaud-bray.com
  • Marie-Michèle Leduc, directrice artistique: La Grosse femme d'à côté est enceinte, de Michel Tremblay (Leméac) "J'a lu ce livre pour la première fois lorsque j'étais étudiante au Cégep. Et depuis, je le lis régulièrement, au moins deux fois par année. C'est un univers qui me fait du bien. Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve cette lecture réconfortante. Peut-être parce que je connais les lieux et le quartier qu'il décrit." | lemeac.com
  • Sandrine Dahan, directrice de comptes: Rosa Candida d'Audur Ava Olafsdottir (Zulma) "C’est une histoire fraiche sur l’amour. Deux jeunes étudiants homme -femme universitaires en Islande font l’amour un soir après avoir une soirée arrosée, ils ne se fréquentaient pas, histoire d’un soir sans lendemain et la fille tombe enceinte. Elle garde le bébé et décide de l’élever sans demander au père de s’y investir. Elles partent en Italie y vivre. Lui reste en Islande. Deux années passent environ et lui va en Italie pour un contrat en Horticulture dans une église pour s’occuper d’un jardin de roses à huit pétales. Bref, leur chemin se recroisent car il veut connaitre sa fille et ils tombent finalement amoureux. Histoire d’amour sympa qui commence à l’envers, pas par le chemin qu’on emprunte d’habitude." | renaud-bray.com
  • Sophie Trottier, adjointe à l'éditrice: L'appel de l'ange, de Guillaune Musso (Pocket) "C'est le premier livre Guillaume Musso que je lis. Il m’a été chaudement recommandé. Deux inconnus qui s’échangent leur cellulaires par erreur à l’aéroport et qui seront trop curieux d’en apprendre sur la vie de l’autre. Une bonne intrigue entremêlée de beaucoup d’humour. Son écriture se lit super bien! Je ne l’ai pas encore terminé mais j’aime beaucoup. Je vous le recommande!" | babelio.com
  • Sophie Banford, directrice générale, KO Média: Aminata, de Lawrence Hill (Pleine Lune). Un roman sur l'esclavage qui a eu un énorme succès depuis sa parution en 2007. Il dépeint une femme qui se fraie un chemin dans un monde hostile à la couleur de sa peau et à son sexe. Un livre qui a valu de nombreux prix à son auteur. | pleinelune.qc.ca

À lire aussi:

Photo principale: Toa Heftiba sur Unsplash

Catégories : Culture
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine