Virginie Fortin & Evelyne Brochu: Trop ou pas assez?

20 Oct 2017 par Émilie Villeneuve
Catégories : Culture

On dit que les fortes amitiés sont fondées sur le partage de certaines valeurs et opinons. On dit aussi qu'on cherche souvent son propre complément. Qu'en est-il entre les deux comédiennes?

Que répondent-elles quand on leur demande si, autour d’elles, il y a trop ou pas assez…

… d’indignation?

Virginie: «Pas assez, il faut être plus fâchés que ça!»

Evelyne: «Mets-en! Mais c’est comme si on n’avait même pas fini d’être fâchés à propos d’une affaire qu’il y en a une autre qui arrive.»

Virginie: «J’imagine que si on était vraiment tous très indignés, là, on ferait quelque chose. Ou peut-être qu’on est indignés en restant sans rien faire et que c’est ça, le problème…»

Evelyne: «Des fois, j’ai l’impression qu’on est en train de giguer sur le pont du Titanic. Un peu d’indignation, ça nous permettrait peut-être d’arrêter de danser et de voir l’iceberg.»

Virginie: «Eh que t’es forte en métaphores!» (Rires)

… de téléséries?

Virginie: «C’est plate qu’on doive choisir entre trop ou pas assez…»

Evelyne: «Il y a eu un moment dans ma vie où je voulais tout voir et où je me sentais dépassée par l’offre. Puis, je me suis rappelée que quelqu’un, au Conservatoire, avait dit: “Il faut que ce que nous consommons soit intuitif et nous ressemble.” Ça veut dire faire des choix et accepter de ne pas voir certaines choses. Moi, par exemple, je n’ai jamais vu E.T. J’ai accepté le fait qu’il y en a plus de productions que ce que je peux consommer, et c’est parfaitement correct.»

… d’utilisation des médias sociaux?

Virginie: «Possiblement trop. Mais la seule raison pour laquelle je dis ça, c’est qu’on en fait souvent une mauvaise utilisation. En même temps, c’est une bonne affaire que le “monde entier” se parle. C’est une bonne affaire… sur papier. Je dirais donc trop.»

Evelyne: «J’ai l’impression que c’est un peu devenu le monstre de notre génération… Parfois, je me dis: “Eille, la petite heure que tu viens de passer à sauter d’une affaire à l’autre, peut-être que tu aurais pu l’utiliser pour lire le roman qui est à côté de toi!”»

… de filtres Instagram?

Virginie: «Il n’y en n’a pas assez, apparemment, parce que des fois, j’hésite encore entre les quatre filtres noir et blanc!»

Evelyne: «En même temps, les plus belles photos sont souvent celles qui n’ont pas de filtres.»

Virginie: «Comme dans la vie!»


Photo: Andréanne Gauthier

Lire aussi:
Rencontre avec Virginie Fortin et Evelyne Brochu
Rencontre avec Magalie Lépine Blondeau
Rencontre avec Élyse Marquis

Catégories : Culture
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine