Hommage à Leonard Cohen au MAC: une expo à voir!

23 Nov 2017 par Équipe VÉRO
Catégories : Culture / Escouade

L’exposition « Leonard Cohen: Une brèche en toute chose » du Musée d’art contemporain est un incontournable culturel à mettre à l’agenda. L'Escouade VÉRO y était!

Un an après le décès de l’iconique Leonard Cohen, le Musée d’art contemporain (MAC) nous invite à revisiter l’oeuvre du poète et chanteur. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’idée de faire cette expo est venue bien avant son décès. «On travaille sur le projet depuis près de trois ans, confie John Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef du MAC. L’exposition s’inscrit dans la programmation du 375e de Montréal. Nous avons pensé à lui, parce qu’il représentait bien Montréal et qu’il était connu à travers le monde.»

De nature réservée, Cohen n’était pas chaud à l’idée d’être le centre de l’attention d’une exposition. «Lorsqu’il a compris que l’expo ne serait pas un hommage biographique, mais plutôt une réunion artistique inspirée de son oeuvre, il nous a donné le feu vert», soutient M. Zeppetelli.

 

Vilay Phommachanh, de l’Escouade VÉRO, Chantal Durand, éditrice adjointe au magazine VÉRO, John Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef du MAC et Marie-Claude Marsolais, collaboratrice au magazine VÉRO

 

L’art contemporain au premier plan 
Arts visuels, audio, vidéo, réalité virtuelle, installations, performances, musique, l’exposition multidisciplinaire comprend 20 oeuvres inédites, conçues spécialement pour l’occasion, par 40 artistes provenant d’une dizaine de pays. Chaque oeuvre est une réflexion sur différents aspects de Cohen: sa poésie, sa littérature, ses chansons et sa philosophie. Le seul moment «biographique» de l’expo se résumant à 10 faits inscrits sur un mur, l’art contemporain est réellement à l’avant-plan.  L’exposition accorde également une place importante à la musique. Près d’une vingtaine d’artistes, Ariane Moffatt, avec l’Orchestre Symphonique de Montréal, Moby, Half Moon Run, Feist, Lou Doillon et bien d’autres- ont accepté d’enregistrer une reprise exclusive d’une chanson de Cohen. Le seul endroit où on peut les écouter? Dans une installation intitulée À l’écoute de Leonard, qui consiste en une immense salle où les chansons passent en boucle.

L’équipe du VÉRO et une membre de l’Escouade VÉRO ont eu la chance de visiter l’expo. Voici leur impression et leur coup de coeur.

Oeuvre intitulée « La machine à poésie », de Janet Cardiff et Georges Bures Miller. Photo: Sébastien Roy

Vilay Phommachanh, de l’escouade VÉRO
«J’ai été enveloppée par toute la profondeur et la sensibilité de cette exposition. Toutes les pièces visitées m’ont permis de comprendre davantage l’homme derrière le poète, le chansonnier, l’interprète et l’artiste dans toute sa grandeur.Lors de ma visite, j’ai eu plusieurs coups de cœur, mais l’œuvre qui m’a particulièrement touchée est sans aucun doute l’orgue sur lequel nous pouvions appuyer sur les notes et entendre un des poèmes de Cohen et ainsi nous amuser à créer une magnifique cacophonie de mots qui donne littéralement des frissons d’émotion.»

 

 

 

 

Oeuvre intitulée « J’ai entendu qu’il y avait un accord secret », de Daily tous les jours.

Chantal Durand, éditrice adjointe au magazine VÉRO
«L’exposition est absolument extraordinaire. Celle-ci nous fait vivre toutes sortes d’émotions…de la joie à la tristesse. Mon coup de coeur est pour l’oeuvre octogonale qui reprend la mythique pièce «Hallelujah» où l’on peut fredonner la chanson avec plusieurs autres personnes en utilisant les micros. Si on regarde au plafond, on voit un affichage numérique qui représente le nombre de personnes en ligne qui écoutent la chanson en temps réel. Une expérience unique!»

 

 

 

 

Oeuvre intitulée « Je suis ton homme (Un portrait de Leonard Cohen) », de Candice Breitz. Photo:Sébastien Roy

Marie-Claude Marsolais, collaboratrice au magazine VÉRO 
«Quelle admirable exposition! Les oeuvres qu’elle contient nous surprennent là où on ne s’y attend pas, nous touchent, nous intriguent, nous font rire… et pleurer. On participe, on réfléchit, on admire. J’ai adoré l’installation qui met en scène 18 admirateurs de Cohen qui chantent la chanson »I’m Your Man » dans des vidéos individuelles. Les 18 écrans nous entourent et on a l’impression que les hommes sont là, pour vrai, à chanter pour nous cette merveilleuse chanson. Le plus drôle? Ce ne sont pas de vrais chanteurs. Plusieurs d’entre eux chantent faux et c’est ce qui rend l’expérience encore plus touchante.»

 

 

 

 

 

L’exposition « Leonard Cohen: Une brèche en toute chose »  se termine le 9 avril 2018. macm.org

Photo principale: Claude Guassian

Catégories : Culture / Escouade
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine