Des vacances pas parfaites

19 Juil 2017 par Bianca Longpré
Catégories : Famille

Bianca Longpré se demande pourquoi ses étés ne sont jamais aussi palpitants que ceux de ses amis Facebook.

Il me semble qu’en été, y a que ma famille qui fait des activités qui se terminent mal. C’est immanquable. Si je planifie une sortie ou un séjour et que j’ai le moindrement des attentes, ça vire à la catastrophe.

J’ai l’impression d’être la seule dans cette situation-là, à cause des médias sociaux. Dès que le congé scolaire arrive, Facebook devient comme une tapisserie de milliers de photos de familles (parfaites) qui se lancent dans des tonnes d’activités où tout se déroule comme prévu.

Des photos de mes amies avec leurs enfants au parc d’attractions, en voyage à l’étranger, en road trip, en camping et à la mer. Des clichés où tout le monde sourit, où tout le monde a l’air heureux et zen.

Pis moi, ces photos-là, ça vient me chercher. Je les regarde avec intérêt et jalousie. Je scrute les petits détails. Y doit bien y avoir un indice qui nous montre que ce n’est pas parfait. Ben non, je ne trouve rien. Dès juillet, ça me met en maudit. C’est rendu que mon chum me prévient: «Ne regarde pas ton Facebook, tu vas encore penser que nos vacances sont poches.»

Parce que sur les réseaux sociaux, on dirait que ma vie de mère c’est du caca comparativement aux autres. On croirait qu’il n’y a que moi qui ne veux pas vendre un rein pour passer un bel été. Quand je vois les photos des autres, je me dis que leur période estivale, ben c’est rien que du gros fun pendant que moi j’essaie juste de garder mes enfants en vie et de survivre jusqu’à la dernière semaine d’août.

J’ai beau tenter de faire des activités spéciales, comme celles que je vois sur Facebook, ça fonctionne pas. On pourrait penser que seule ma famille est capable de «scrapper» un séjour à la mer. Oui, la mer, chez nous, ça marche pas. On est pleins de bonnes intentions, on fait six heures de route, les kids se chamaillent, je serre des genoux, je menace 19 fois d’en débarquer un sur le bord du chemin. Enfin arrivés, on traîne la poussette jusque sur la plage, mais les enfants ont trop chaud et le bébé n’aime pas le sable. Et moi, mes enfants, ils ne veulent pas se baigner dans la mer. L’eau est trop salée, ça pique, y a trop de vagues… Chaque fois, je me rends compte qu’on a fait toute cette route pour rien.

Mais sur les médias sociaux, y a juste moi qui vis ça…

Pareil pour le camping. Je suis bourrée d’optimisme avant de partir, mais 12 heures plus tard je pleure, roulée en boule entre deux bûches, dans mon sac de couchage. Une fois sur deux, on ne termine même pas le séjour tellement c’est difficile. L’année d’après, on en rit, mais sur le coup, je ne prendrais pas une photo pour la publier sur mon Facebook. Moi non plus je ne mets pas mes moments «poches» sur Internet.

C’est peut-être ça le problème, on montre juste le beau. Le vrai, l’ordinaire, on le cache. On se fait croire qu’on a une petite vie parfaite le temps d’un cliché. Les moments banals ou ratés, on ne veut pas les exposer, parce qu’après tout, on souhaite que les autres nous envient nous aussi.

Quand je vois passer ces photos entre deux activités manquées, ça me culpabilise de ne pas vivre d’instants aussi parfaits.

Mes résolutions pour cet été: accepter qu’il soit plus ordinaire qu’une photo parfaite. Avoir moins d’attentes et m’adonner à des activités plus simples, même si ça fait de moins bons statuts. Savourer les petits moments au parc ou à la piscine publique.

Et prendre des photos. Des photos vraies, pas parfaites.


Lire les autres billets de Bianca Longpré:

Libido sous zéro
Saint-Valentin: une soirée mé-mo-rable
Les devoirs
Samedi matin en leggings

Photo: Andréanne Gauthier

Ce billet est paru dans le magazine VÉRO d’été.

Cliquez ici pour vous abonner au magazine.

Catégories : Famille
6 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Sylvie dit :

    Le problème c’est de vouloir les vacances PARFAITES! Pourquoi se mettre toute cette pression! Les photos sur Facebook ne reflète pas des vacances parfaites mais des moments de bonheur! On ne peut pas exiger la perfection avec des enfants, on doit viser des sourires et de beaux souvenirs! Arrêter de vouloir la perfection qui n’existe que dans votre tête ou votre fantasme.

  2. Maria dit :

    Commentaires de mon ado de 16 ans alors que nous sommes sur une île aux paysages magnifiques, où la plage est à 10 minutes à pieds et qu’on peut aller où veut car on a loué une voiture: « m’man calme toi avec les activités, on a un balcon, on entend le bruit de la mer, l’air climatisé et un frigo plein, en plus le wi-fi « pogne » bien, arrête toi et profite du prix que t’as payé pour être ici »…

  3. Véronique dit :

    C’est certain que personne ne va penser à prendre une photo de 2 enfants qui se chamaillent, pendant que les parents sont rouge de colère! Chez nous aussi rien n’est parfait. À chaque année je me dis que ça sera mieux, mais peu importe le type de vacances, tout tourne mal. L’an dernier j’ai juré que nous ne partirions nul part en 2017 et j’ai tenu mon bout! Nous faisons une activité par semaine et ça se passe relativement bien. Mes enfants sont assez vieux pour rester seuls à la maison, donc si tu n’es pas en mesure de te comporter comme il faut, tu ne viendras pas la prochaine fois. J’avoue que je trouve ça un peu plate de ne pas partir quelques jours pour leur faire découvrir un coin du Québec, mais je vais pouvoir prendre un peu plus de REER cette année ? et j’ose espérer que tout se passera bien pour nos vacances estivales de l’an prochain!

  4. Amélie Tison dit :

    Ouf!
    Il fait du bien ce message!
    Je n’envie pas les vacances parfaites, juste les vacances et être en famille…
    Mais je comprends tout ça. J’ai déjà supprimé une amie Facebook parce que sa vie me faisait trop suer.
    Mais bon, il faut relativiser et surtout, ne pas se comparer sans cesse. Parfois ce n’est pas par manque de bonnes intentions, c’est comme ça et c’est tout. On vit notre vie et pas celle des autres.
    Ça nous permet de nous réinventer parfois.
    Il y en a qui aiment se montrer et pour certains, on sait que ce n’est pas parfait dans leur vie, juste sur photos. Pour d’autres, c’est en effet parfait et c’est bien tant mieux.

  5. Marc Caron dit :

    Pauvre elle, c’est pas nouveau comme comportement de montrer juste le beau. Me souviens de soirées «diapositives» avec des photos parfaites de voyages à Cancun de mes oncles. En fait, c’est pire car c’était imposé lors de souper de famille. Fallait regarder. Sur FB tu peut faire «masquer la publication» des autres si tu est déçu de tes vacances…

  6. Brigitte Brunelle dit :

    Mais non Bianca ce n’est pas tous le temps parfait 🙂 cependant plus les enfants vieillissent plus c’est facile ( du moins jusqu’à l’adolescence ) vous lire m’a ramener des souvenirs enfouis loin loin loin et j’ajouterais pareil pareil pareil ! et bien sûr que comme tout être humain nous essayons d’effacer le moins beau et de garder  » le plusss meilleur » et c’est ce que nous affichons . Je ne crois pas que ce soit par vanité ou pour faire son frais ou sa fraiche mais bien pour se dire :YÉ J’AI SURVÉCU…ah ! ah ! ne désespérer pas vos petits mouissallons qui se disputent et chahutent finiront par devenir comme le chien de la famille , grognant, mangeant tout ce qui se trouve sur leur passage,  »vachant » sur le divan en prenant toute la place et puant aussi parfois excluant de remuer la queue en guise d’appréciation de ce que vous faites pour eux communément appeler des ados…!!! Voilà je le savais que je vous ramènerais un sourire, vous voyez le meilleur reste à venir dans mettons 15 ans ! bonnes vacances ! Brigitte

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine