Libido sous zéro

22 Mar 2017 par Bianca Longpré
Catégories : Famille

Bianca Longpré nous raconte ses déboires dans la chambre à coucher.

Je suis tannée d’entendre tous les experts qui disent que je devrais faire l’amour une, deux ou trois fois par semaine. Des fois, quand je lis ce genre de chroniqueurs, j’aimerais faire une incursion dans leur quotidien pour voir comment ça marche chez eux. Parce qu’avoir des enfants et être en couple depuis une décennie, ça te magane une vie sexuelle, peu importe qui tu es. On a beau être amoureux et avoir toute la bonne volonté du monde, cette réalité touche de nombreux parents.

Il fut un temps où il n’y avait ni blocs Lego ni livres d’enfant dans mon lit. Il fut un temps où mes jambes étaient toujours douces, mon épilation bikini, toujours impeccable et mes sous-vêtements, immanquablement sexy. Jadis, mon chum et moi faisions l’amour sur le canapé pis sur la table dans la cuisine. Pas besoin de vous dire qu’avec trois enfants, cette époque est loin derrière nous.

Aujourd’hui, quand mon chum amorce des préliminaires et que j’aperçois Buzz Lightyear installé sur ma table de chevet à côté d’un biberon à moitié rempli de vieux lait, je sens que c’est pas mal moins romantique qu’il y a 10 ans au coin du feu.

Après la venue de trois enfants, mes jambes sont piquantes 360 jours par année, mes strings sexy ont fait place aux bobettes confortables et ma cote se situe maintenant à – 2 sur 10 sur l’échelle internationale de la libido.

Penser à faire l’amour dans le salon avec le risque imminent d’entendre «MAMAN, QU’EST-CE VOUS FAITES?», ça freine illico mes pulsions.

Les soupers d’amoureux avec plats finement cuisinés accompagnés de vin, de chandelles et de musique douce ont été remplacés par des soupers préparés d’avance et accompagnés de jus de pomme, avec chicane d’enfants en fond sonore. Le linge mou s’est substitué aux jeans ajustés et aux décolletés.

Les soirées passées à se détendre n’existent plus. Quand les enfants sont finalement couchés, qu’on se retrouve tous les deux seuls, il faut ramasser, faire les lunchs, plier du linge, préparer les vêtements du lendemain, vérifier les sacs à dos pour l’école… Après ça, on veut juste s’effoirer. Parce que plier du linge, je l’avoue, ça ne m’allume pas.

À neuf heures et demie du soir, je préfère de loin relaxer que de me lancer dans une torride séance de jambes en l’air. À 10 heures, le seul fait de me rendre jusqu’à mon lit me demande un immense effort, alors le Kamasutra, on oublie ça!

On dirait que le chemin pour avoir une relation sexuelle est rempli d’obstacles.

Mes amies sans enfant me disent: «Fais ça le matin!»

Il ne faut pas avoir de petits pour penser se réveiller avant eux pour faire l’amour. Après m’être réveillée une fois à propos d’un mauvais rêve, une autre fois pour un pipi au lit et une dernière fois pour une suce perdue, rendue au matin, j’aime mieux profiter du temps qu’il me reste pour dormir plutôt que jouir.

Si jamais j’ai eu la chance de ne pas m’être réveillée de la nuit et que mon chum et moi, on commence à se coller, c’est immanquable… J’entends des petits pas et la poignée de porte de notre chambre qui tourne. Ce maudit stress de te faire pogner les culottes baissées par tes propres enfants est un terrible tue-l’amour.

Et puis, on ne se le cachera pas, une décennie en couple, ça joue aussi sur le désir. Non seulement j’ai un kid accroché à mon mollet chaque fois que mon chum m’aperçoit, mais en plus, il me voit dans mes pires moments. Avant d’avoir des enfants, mon chum ne m’avait jamais vue habillée en jogging trois jours d’affilée. Et je ne sentais pas encore le parfum maternel «à la poudre de bébé», qui n’a aucun effet aphrodisiaque sur lui.

Quand on faisait des sorties ensemble, avant d’être parents, j’étais toujours bien habillée, coiffée et maquillée. Aujourd’hui, me maquiller est devenu un luxe. Quand je prends du temps pour me faire une beauté, mon chum pense que j’ai invité un ministre à souper.

Et ce relâchement ne concerne pas que moi. Lui aussi troque son look soigné pour du linge mou dès qu’il rentre à la maison. De toute façon, porter une belle chemise imbibée de bave de bébé sur l’épaule, c’est moins sexy.

Nos conversations profondes d’autrefois se sont transformées en discussions sur les devoirs de la plus vieille, les activités des enfants et le budget. Familial. Or, parler de frais de garderie, ça ne m’excite pas tellement.

En plus, si on écoute tout ce qui se dit autour de nous, on a l’impression que tous les parents ont une vie sexuelle trépidante. Que nous sommes le seul couple à faire l’amour juste quand ça adonne.

SURPRISE! Vous n’êtes pas seuls! Oubliez tout ce que vous entendez ou lisez sur Internet. Dans le monde réel, avoir des enfants, ça bousille les élans charnels.

Cela dit, ayez confiance: un jour, les petits devenus grands partiront de la maison… et vous retrouverez alors votre vie sexuelle d’antan!


Photo: Andréanne Gauthier

Ce billet est paru dans le magazine VÉRO Spécial sexe.

Cliquez ici pour vous abonner au magazine.


Lire les autres billets de Bianca Longpré:
Saint-Valentin: une soirée mé-mo-rable
Les devoirs
Samedi matin en leggings

Catégories : Famille
13 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bob dit :

    Bien que je suis en mesure de comprendre la situation il faut tout de même éviter de l’accepter. Le sexe dans un couple est très important. c’est la différence entre une amitié et un vrai couple. Trop de femmes pensent que le fait d’avoir des enfants et de dormir ensemble tous les jours est la preuve d’une réussite du couple.

    Lorsqu’il y a déséquilibre dans la libido d’un couple, l’un ou l’autre, et plus souvent l’homme, trouvera une alternative ailleurs. C’est n’est pas surprenant qu’il y ait tant d’hommes sur les sites de rencontres.

  2. Mariel dit :

    My God… payez-vous une semaine dans l’sud sans enfants.. ça vous ferait du bien.. sûrement pas les moyens financiers qui manquent et payez-vous une gardienne de temps en temps.. à te lire on dirait que tu es prisonnière chez toi et que tu ne peux JAMAIS sortir.. lol .. et si tu attends que tes enfants soient partis de la maison.. peut-être que ton mari aussi sera parti également!!! La Vie c’est maintenant.. pas dans 20 ans … et désolée.. mais on dirait qu’être mère n’est pas fait pour tout l’monde!!! .. ça l’air tellement compliqué ton quotidien.. à te lire.. tu ne «tofferas» pas ce rythme durant encore beaucoup d’années.. penses-y!!!

  3. Kath dit :

    C’est triste à lire et surtout de dire que c’est la norme! Ça dépend d’une foule de chose et pas uniquement des enfants! Je ne me reconnais pas du tout dans ce texte, je préfère une brassée de linge pas pliée et avoir le temps pour une partie de jambes en l’air ! Oh et une belle invention à fait son apparition pour ne pas se faire prendre les culottes baissées par les petits : la poignée qui barre!

  4. Audrey dit :

    Tout simplement merci ! Ça m’a fait grand bien de lire cette article!

  5. marc dit :

    je suis un homme et ce texte me rappel des souvenirs j’ai vécu pratiquements les situations identiques … les enfants c’est ce qu’il y a de plus beau mais soyons honnête ca prend énormément de place et trop souvent on s’oublie et quand on s’en rend compte le mal,la routine platte, la libido,le desir sont déjà loin. mes enfants sont a 12 et 17ans (filles) j’ai aujourd’hui un peu plus de temps et de repos… mais le stress de ce faire pogner est encore là lolll donc les ébats intenses un peu partout dans la maison sont inexistants.. les moments non prévue…. même chose. lolll je suppose que dans 5 à 10 ans je retrouverai ces moments.. mais encore là… l’âge me le permettera t’il lollll pensez à vous, vivez pour vous et votre couple avant de vivre pour vos enfants.. les enfants ca devrait suivre et non pas vous menez.

  6. Thalie dit :

    Si mon ex le père de mes enfants aurait pu comprendre cela mais non il a préféré être à la recherche du beau du nouveau……je me sens moins seule maintenant de voir que je suis une femme normale, merci.

  7. Rebeka dit :

    Bien heureuse que les choses soient différentes chez moi ! Nous sommes une famille recomposée de 5 enfants et nous avons déjà quelques années de vie commune derrière la cravate.
    À chacun son opinion; mais, selon moi l’appétit vient en mangeant. On profite des petits moments.. et par moment on les créer. Je ne vous expliquerai pas en long et en large tout nos astuces mais évidement audace et imagination sont de mises

  8. Josee dit :

    Oui tout a été dit et je me sent moins seul je pensais que j’avais un problème et c’était juste moi qui en avait un gros merci de partager . Je ne suis plus la seul sa fait maintenant 21 ans 1/2 que nous sommes ensemble et de ces belles années trois enfants se sont joint à nous et pour faire suite à cela nous avons choisis d’être famille d’accueil alors trois autres enfants sont venu se joindre à nous alors des moments pour nous ils faut se les créer les cédules . Des petits week-end en amoureux sa fait du bien 😊 Merci

  9. Maman dit :

    Je trouve que ce texte est triste à lire. Par chance, ce n’est pas le cas de chaque mère 😳

  10. Roseline Perron dit :

    Oui tout à fait d’accord avec vous, cela me ressemble carrément et jamais de ma vie je regrette d’avoir eu des enfants c’est la plus belle richesse de toute mon existence.

  11. Patricia dit :

    Je t’approuve à 100%. Avec la routine du travail 5 jours sur 7, quand on arrive à 17h30 pour préparer le souper, manger, donner le bain, jouer 4-5 min et donner le lait, et boy que quand le p’tit est couché, on a juste le goût de s’effoirer et de relaxer!! Moi aussi, le stats me font toujours me demander, « mais dans quel monde ce monde là vivent ?! » Tant mieux pour eux! 🙂

  12. Marie Claude dit :

    Tu es tellement « authentique » je t’adore Bianca! Tu as raison sur toute la ligne!

  13. Marie-Eve Falcon dit :

    Enfin! On se dit les vraies affaires!!! Et je n’ai pas peur de le dire, je me retrouve à 110% dans ce texte! Merci Bianca, je me sens un peu moins seule!

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine