Maman et entrepreneure: Andrée-Anne Desrosiers, de Babilles et Babioles

31 Mar 2017 par Marie-Claude Marsolais
Catégories : Famille

Pour souligner la Fête des mères, nous vous proposons ce portrait d'Andrée-Anne Desrosiers, maman et entrepreneure Etsy!

Andrée-Anne Desrosiers n’aurait jamais pensé être sa propre patronne. Pourtant, la designer de mode rêve maintenant d’avoir des employés! Il faut dire que le produit vedette de Babilles et Babioles, le tipi pour enfants, la tient occupée. Entrevue avec une maman passionnée de design et entrepreneure Etsy.

Comment êtes-vous devenu entrepreneur Etsy?

J’ai une formation en design de mode. Avant de me lancer à mon compte, je dessinais des vêtements pour enfants pour de grandes marques. Pendant mon congé de maternité, l’idée de devenir entrepreneure Etsy a germé. J’avais envie de faire mes propres créations et ma fille m’inspirait beaucoup! Vers la fin de mon congé, j’ai ouvert officiellement ma boutique Etsy. En janvier 2015, je suis retournée travailler, mais ma boutique prenait de plus en plus de place. Tellement, qu’en septembre de la même année, je m’y suis lancée à 100%. Je ne pouvais plus faire les deux.

Les avantages d’être une maman entrepreneure?

C’est parfait pour la vie de famille. Je ne suis pas obligée de réveiller ma fille le matin parce que je suis pressée de l’amener à la garderie. Je gère mon horaire et je décide des délais de production. Ça facilite la vie.

Et les bémols…

C’est plus demandant que de travailler pour quelqu’un d’autre. Je pense souvent à mon travail; c’est difficile de décrocher. Mais comme j’aime vraiment ce que je fais, ce n’est pas un énorme souci.

Des conseils à donner à des mamans qui voudraient se lancer?

Bien observer le marché et éviter de lancer des produits qui sont offerts par plusieurs marques. Ou du moins, se démarquer avec une plus-value. Avec mes tipis, je me suis démarquée du lot avec le stabilisateur à tipis. Je l’ai inventé et fait breveter. Il est unique.

L’erreur à éviter?

De penser que ça va fonctionner dès le départ. Souvent, ça arrive de manière progressive et c’est tant mieux. Ça nous permet de nous organiser, de nous adapter à la vie d’entrepreneur.

Dans 5 ans, où vous voyez-vous?

J’espère être encore une entrepreneure. Je n’ai pas l’intention d’ouvrir une boutique avec pignon sur rue, ça va très bien sur Etsy. Mais je souhaite avoir quelques employés et un plus grand local. En ce moment, je travaille entre mon salon et ma cuisine!

Lire aussi:
Maman et entrepreneure: Emily Paul, de Lily et compagnie

 

Catégories : Famille
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine