Comment ajouter une veste à son look, avec Guylaine Guay

16 Fév 2016 par Guylaine Guay
Catégories : Mode

Il n'y a pas si longtemps, quand je magasinais des vêtements, je ne regardais JAMAIS les vestes. Pourquoi? Je n’avais jamais mis le doigt dessus avant d’écrire ce billet!

Au secondaire, je confectionnais la couture blesse, c’est au niveau des épaules, quelques-uns de mes vêtements moi-même. À la main, de surcroît, car je n’avais pas de machine à coudre. Une idée un peu folle, j’en conviens, mais c’était bien avant l’arrivée des boutiques pour tailles plus, à l’époque où mon choix de vêtements tendance était assez limité. J’ai acheté ma première veste dans une vente de sous-sol d’église. Brune, pour homme, trop grande pour moi et qui sentait la boule à mites. Vous imaginez son look et son odeur? J’étais prête à mettre mes talents de couturière à profit pour enjoliver cette trouvaille d’un tissu fleuri sur le revers du col et de boutons colorés.

Que j’ai porté cette veste! À l’école, aux danses les vendredis soirs, au cinéma, au centre commercial. Entre elle et moi, c’était l’osmose de Fortrel. Je l’ai littéralement usée à la corde. Ce n’est pas sans peine qu’après trois ans de loyaux services j’ai dû la laisser aller. J’ai mis une bonne vingtaine d’années avant de porter à nouveau une veste. Oui, je sais, c’est long, mais un premier amour, c’est difficile à remplacer. Vous n’allez peut-être pas me croire, mais à l’âge de 38 ans, j’achetais encore une veste brune, trop grande, mais qui, elle, sentait le neuf. En velours côtelé, avec un motif floral assez violent à la caméra. Oui, je m’en suis parée en ondes et j’avais l’air d’une tapisserie du XVIIIe siècle! (rires) Épique, vraiment.

J’ai longtemps eu peur des vestes après cette mésaventure de style. Craintive jusqu’au jour où une amie passionnée de mode avec qui je magasinais m’a proposé d’essayer une veste noire, en satin et au col original. Je vous avoue que je n’y croyais pas du tout. Je l’ai enfilée, et ce jour-là, dans une cabine d’essayage d’un grand magasin du centre-ville, je suis retombée amoureuse… d’une veste. Moi qui étais convaincue que ce genre de vêtement était destiné uniquement aux grandes femmes minces, je me trompais royalement. Une veste bien coupée c’est l’élégance instantanée. Que vous ayez une silhouette pomme ou poire (ou ananas! Je blague…), il y a quelque part une veste pour vous! Pour qu’elle soit flatteuse, choisissez un tissu fluide, qui bouge bien. Évitez les matières épaisses et rigides qui redéfiniront votre corps à son désavantage. Pour moi, d’habitude, là où qui sont souvent un peu coincées. Je choisis donc toujours une veste sans épaulettes, dans laquelle je peux remuer les bras aisément sans avoir l’air d’un joueur de football!

Pour la longueur, allez-y selon vos propres goûts. J’étais certaine d’aimer les vestes plus longes, vous savez, celles qui cachent la «bombance postérieure», mais lors de la séance photo, le choix s’est plutôt arrêté sur un blouson d’allure moderne que j’adore.

Il faut avouer que le pantalon skinny que je portais – c’est toujours drôle de dire skinny quand on enfile un morceau de taille 18 – m’offrait un splendide galbe abdominal et une jambe presque fine.

À motifs ou pas? Pour ma part, je suis encore un peu traumatisée par mon expérience veste- tapisserie-du-XVIIIe-siècle, mais je ne suis pas fermée à l’idée de donner une seconde chance à un beau tissu fleuri, rayé ou à petits pois. J’ai bien dit PETITS pois!

Agrémentez le tout de jolis bijoux colorés et d’accessoires texturés pour vous garantir une fière allure. Adolescente, j’ai idéalisé ce premier spécimen brun et trop grand. La jolie femme dans la quarantaine que je suis devenue a ouvert son cœur et sa garde-robe à de belles vestes bien ajustées qui lui donnent, ma foi, une bonne dose d’assurance.

On n’oublie jamais un premier amour, mais heureusement, il fait souvent place à un autre plus magique, ce qui nous rend encore plus belles. Je vous souhaite de tout cœur de vous trouver mutuellement, votre veste de rêve et vous!

 

Blouson Love & Legend (Addition Elle, 98 $). Chemisier Love & Legend en coton et élasthanne (Addition Elle, 65 $). Pantalon Pauline en coton et élasthanne (Melow, 180 $). Boucles d’oreilles Lakoo Designs (Lustre boutique, 42 $). Pochette Agosta en cuir (Rudsak, 245 $).

Photo: Andréanne Gauthier

Lire aussi:
4 conseils pour un look stylé par temps gris, avec Guylaine Guay
Choisir son jean taille plus avec Guylaine Guay
Conseils pour un look des Fêtes scintillant, avec Guylaine Guay

 

 

Catégories : Mode
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine