20 pionnières de la diversité

20 Sep 2018 par Véronique Alarie
Catégories : Oser être soi

Elles se sont données pour mission de prôner la diversité et d’aider les femmes à s’aimer telles qu’elles sont. Gros plan sur 20 battantes qui changent le monde, chacune à sa façon.

  • 1. Caitin Stickels SON PARCOURS Atteinte du syndrome Schmid-Fraccaro (aussi appelé syndrome des yeux de chat) qui lui confère des traits félins, cette mannequin américaine de 30 ans milite pour que tous les corps atypiques soient montrés, notamment en publiant des autoportraits artistiques sur Instagram. SON EXPLOIT En 2017, elle a attiré les projecteurs en posant pour un reportage mode du réputé photographe anglais Nick Knight, publié dans le V Magazine. ELLE A DIT «Être atteinte d’un syndrome ne me limite pas. Chacun d’entre nous se sent limité d’une façon ou d’une autre […] Il n’y pas de mal à être humain.» (Cosmopolitan, 2017) | SUR INSTAGRAM @caitinkitten
  • Diversité
    2. Aimee Mullins SON PARCOURS Née sans péroné (l’os qui longe le tibia), Aimee Mullins a été amputée sous les genoux à l’âge d’un an. Ce qui ne l’a pas empêchée de devenir athlète, mannequin et actrice! SON EXPLOIT En 1996, elle participait aux Jeux paralympiques d’Atlanta (à la course et au saut en longueur), puis en 1999, le designer Alexander McQueen l’invitait à défiler pour lui, juchée sur des jambes sculptées en bois de frêne. Plus récemment, on a pu la voir dans la télésérie à succès Stranger Things. ELLE A DIT «Je crois que si nous désirons vraiment découvrir le plein potentiel de cette condition humaine, nous devons célébrer autant ces forces bouleversantes que ces glorieuses infirmités que nous possédons tous.» (TED Talk, 2009) | SUR INSTAGRAM @aimeemullins
  • Diversité
    3. Kylie Bamberger SON PARCOURS Atteinte depuis l’âge de 12 ans d’alopécie – qui cause la perte accélérée des cheveux –, cette Américaine a pris la décision, après de nombreuses années passées à porter des perruques, d’exhiber son crâne au grand jour. SON EXPLOIT En 2017, les inspirantes photos de son mariage sur lesquelles elle apparaît, tout sourire, ont été abondamment relayées dans les médias (Refinery29, Allure, Cosmopolitan, etc.). ELLE A DIT «Perdre ses cheveux ne fait pas de nous une personne malsaine ni laide; ce sont là deux idées entièrement fausses. Je ne suis pas malade. Je suis simplement plus forte.» (Health, 2017) kyliebamberger.com | SUR INSTAGRAM @kyliebamberger
  • diversité
    4. Nova Galaxia SON PARCOURS Atteinte du syndrome des ovaires polykystiques, causé par un excès d’hormones mâles, cette vlogueuse de 27 ans, qui porte la barbe, utilise sa tribune pour faire connaître ce trouble hormonal et plaider contre les diktats de beauté. SON EXPLOIT Épanouie, elle livre sur YouTube ses réflexions sur sa condition et sa réalité, ainsi que de très chouettes tutoriels de beauté. ELLE A DIT «Si vous vivez vous-même dans des conditions qui vous rendent malheureux, qui vous font sentir comme si votre corps ou votre identité sexuelle n’étaient pas valides, prenez la parole, et fort. Vous n’êtes pas seul, c’est important que vous le sachiez. Allez de l’avant et désapprenez toute cette haine de soi qu’on nous a inculquée à tort.» (Graceless, 2018) SUR YOUTUBE @beardedbabe | SUR FACEBOOK @fuzzyfemme
  • diversité
    5. Arvida Byström SON PARCOURS D’origine suédoise, cette photographe et mannequin féministe de 26 ans affiche en photos ses imperfections (cicatrice, boutons…) afin de véhiculer un message d’acceptation du corps. SON EXPLOIT L’an dernier, elle posait toutes jambes velues pour une campagne Adidas. La polémique fut si grande qu’elle a carrément reçu des menaces de mort et de viol… preuve de la pertinence de sa démarche. Elle a aussi publié Pics or it didn’t happen, images banned from Instagram, qui rassemble des clichés ayant été censurés par le populaire média social. ELLE A DIT «Instagram n’explique pas pourquoi ta photo disparaît […] Tu penses que tu contrôles ton image, mais ce sont eux qui la possèdent, un peu comme dans une relation toxique.» (L’Officiel, 2017) | SUR INSTAGRAM @arvidabystrom
  • diversité
    6. Christa Couture SON PARCOURS Elle est la définition même du mot «battante». Après avoir perdu une jambe des suites d’un cancer des os survenu alors qu’elle avait 11 ans, cette auteure-compositrice-interprète canadienne a plus tard vécu l’épreuve de perdre ses deux enfants (le premier en 2006, de complications liées à l’accouchement, et le second en 2009, à cause d’une malformation congénitale). SON EXPLOIT En 2017, enceinte de nouveau, elle a constaté qu’aucune photo de femme enceinte et handicapée n’était facilement accessible sur Internet. Elle a donc décidé de rendre publique sa propre séance de photos. ELLE A DIT «J’espère que la prochaine personne qui fera une recherche sur le Web pour “handicap” et “grossesse” tombera sur ces photos et les trouvera inspirantes. Je veux qu’elle sache que la différence peut être à la fois puissante et magnifique.» (CBC, 2018) | SUR INSTAGRAM @christacouture
  • diversité
    7. Rihanna SON PARCOURS Lauréate de neuf prix Grammy, la chanteuse née à la Barbade mène non seulement une carrière florissante de musicienne depuis l’âge de 17 ans, mais elle prend aussi position pour la diversité corporelle de différentes façons. SON EXPLOIT Sa ligne de cosmétiques Fenty Beauty, lancée l’an dernier, a eu l’effet d’une bombe dans le domaine de la beauté. La raison? Jamais encore une marque n’avait offert un éventail de 40 teintes de fonds de teint, adaptés à toutes les carnations – des plus claires aux plus foncées. ELLE A DIT «C’est dommage qu’on ait dû attendre jusqu’à aujourd’hui pour que de tels produits soient offerts sur le marché. Ça ne devrait pas être exceptionnel. Ça aurait dû être le cas depuis très longtemps…» (BBC, 2017) | SUR INSTAGRAM @badgalriri
  • Diversité
    8. Winnie Harlow SON PARCOURS Depuis qu’elle s’est fait connaître à la populaire émission America’s Next Top Model en 2014, la mannequin canadienne contribue à normaliser le vitiligo, une dépigmentation de la peau qui lui a valu beaucoup d’intimidation dans sa jeunesse. SON EXPLOIT À 23 ans à peine, elle a déjà été le visage de campagnes publicitaires des marques Diesel, Dior et Marc Jacobs, en plus de figurer sur la couverture de prestigieuses publications, dont Harpers’ Bazaar, ELLE UK, Marie Claire et Glamour. ELLE A DIT «Je veux voir de nouveaux visages sur les couvertures des magazines, dans les films, sur les panneaux publicitaires. Il est temps qu’on ouvre le marché et qu’on accueille des gens de tous horizons.» (CNN, 2016) SUR INSTAGRAM @winnieharlow | Officialwinnieharlow.com
  • Diversité
    9. Sophie Mayanne SON PARCOURS Cette jeune photographe britannique milite pour la diversité en s’efforçant de présenter tous les types de corps dans son travail. Elle refuse en outre de retoucher le corps de ses modèles. SON EXPLOIT Elle a réalisé une série de photos intitulée Behind the Scars, qui met en vedette des hommes et des femmes arborant des cicatrices et qui raconte l’histoire – souvent bouleversante – derrière chacune d’elles. ELLE A DIT «Je souhaite que les gens puissent se dire à leur tour: “J’ai aussi des imperfections, mais elles contribuent à faire de moi celui que je suis.”» (The Independent, 2017) SUR INSTAGRAM @sophiemayanne | SUR INTERNET sophie-mayanne.com
  • diversité
    10. Jessica Flint SON PARCOURS Après avoir été hospitalisée et traitée pour anorexie et boulimie, Jessica Flint tend aujourd’hui la main aux autres personnes atteintes des mêmes maux. SON EXPLOIT Elle tient le blogue Recovery Warriors, anime l’émission balado The Recovery Warriors Show, dirige la plateforme éducative True Warriors et a créé l’appli Rise Up + Recover – tous des outils conçus dans le but de mettre sur pied une communauté de soutien aux personnes ayant des troubles alimentaires. ELLE A DIT «Lorsque je souffrais de boulimie, j’ai consulté un médecin qui m’a dit de ne pas m’inquiéter parce que mon poids était somme toute sain, que ce n’était probablement qu’une phase. J’ai trouvé vraiment difficile de ne pas me sentir validée dans ma détresse.» (Recovery Warriors, 2015) | SUR INTERNET recoverywarriors.com
  • DIVERSITÉ
    11. Valentina Sampaio SON PARCOURS Découverte par Liliana Gomes – l’agente derrière la grande Gisele Bündchen! –, cette magnifique Brésilienne de 21 ans, née garçon, est notamment ambassadrice de la marque L’Oréal Paris. SON EXPLOIT L’an dernier, elle devenait la toute première mannequin transgenre à poser en couverture de Vogue Paris. ELLE A DIT «Quel que soit le travail que vous faites, c’est important d’être reconnu pour votre talent et votre professionnalisme, et non pour quoi que ce soit d’autre.» (AFP, 2017) | SUR INSTAGRAM @valentts
  • diversité
    12. Jonquel Norwood SON PARCOURS Cette illustratrice new-yorkaise a trouvé sa niche dans la mode taille plus. Sa mission? Montrer à tous que «le style n’a pas de taille». SON EXPLOIT Ses dessins de mode ont été notamment publiées dans les magazines Cosmopolitan et Bustle. ELLE A DIT «Quand je me suis mise à faire de l’art positif promouvant la diversité corporelle, j’ai vu mon estime personnelle augmenter. […] J’ai vite réalisé que plus je dessinais, plus je me sentais gagner en confiance.» (Dressing Room 8, 2016) SUR INSTAGRAM @jonquelart | SUR INTERNET jonquel.com
  • diversité
    13. Mariana Mendes SON PARCOURS Cette Brésilienne a 25 ans, une florissante carrière de mannequin et une large tache de naissance (nævus congénital mélanocytaire) au visage. Une tache dont elle refuse d’avoir honte. SON EXPLOIT Elle a participé à la campagne In Your Own Skin de la marque MissGuided, en compagnie d’autres femmes au physique dit «atypique». ELLE A DIT «Certaines personnes aiment [ma tache de naissance], d’autres non […] Moi, je pense que c’est beau et je suis fière d’avoir un nævus.» (Metro UK, 2017) | SUR INSTAGRAM @marianamendes.m
  • diversité
    14. Hailey Wait SON PARCOURS Souffrant d’acné sévère depuis sa puberté, cette adolescente américaine, exaspérée de la camoufler, s’est mise à l’afficher fièrement sur Instagram, où elle reçoit de nombreux témoignages de reconnaissance. SON EXPLOIT Sa grande popularité lui a permis de lancer une collection de vêtements, de papeterie et d’accessoires déco arborant ses illustrations et photographies (redbubble.com). ELLE A DIT «L’acné ne fait pas de vous une personne laide. Mais un cœur rempli de haine, oui.» (Instagram, 2017) | SUR INSTAGRAM @pigss
  • diversité
    15. Nova Reid SON PARCOURS Cette ex-actrice anglaise a lancé le blogue de mariage Nu Bride, qui présente des couples de toutes races et ethnies. SON EXPLOIT Plus tôt cette année, elle a été maintes fois invitée à commenter dans les médias britanniques l’impact de l’arrivée de Meghan Markle, une métisse, au sein de la monarchie. Elle est aussi conférencière et consultante auprès de marques soucieuses d’appuyer la diversité. ELLE A DIT «[En créant Nu Bride], je voulais fournir des images positives de femmes de toutes les origines. Et aider à réorienter l’industrie commerciale du mariage en corrigeant un tant soit peu ce travers du marché.» SUR INSTAGRAM @novareidofficial | SUR INTERNET nubride.com
  • diversité
    16. Stéphanie Léonard SON PARCOURS Révoltée par la pression que nous subissons à propos de l’image corporelle, cette psychologue a choisi d’en faire sa spécialité. SON EXPLOIT En 2015, elle a publié l’ouvrage Miroir Miroir – vivre avec son corps, dans lequel elle s’entretient avec 30 personnalités publiques (dont Véro, Cœur de Pirate, France Castel), qui lui parlent de leur rapport à leur apparence physique. Au cours des prochains mois, elle lancera Bien avec mon corps, une plateforme proposant aux adolescents une foule d’outils pour entretenir une relation saine et bienveillante avec leur morphologie, et dont Sophie Grégoire-Trudeau a accepté d’être la marraine. ELLE A DIT «On doit comprendre qu’être bien avec son corps, ce n’est pas la même chose qu’avoir l’air bien avec son corps – contrairement à ce que les médias sociaux véhiculent. Il est temps que tous les milieux se mobilisent pour prévenir les problèmes liés à l’image. Et que nous travaillions tous à régler nos propres insécurités, si on veut prêcher par l’exemple auprès de nos jeunes.» | SUR INTERNET vivreavecsoncorps.ca
  • diversité
    17. Julia Lévy-Ndejuru SON PARCOURS Après avoir passé des années à tenter de perdre du poids, cette nutritionniste a finalement tourné le dos aux régimes pour privilégier l’alimentation intuitive, qui propose d’être à l’écoute de son corps pour le nourrir adéquatement. Son mot d’ordre: «La culpabilité n’a pas sa place en alimentation.» SON EXPLOIT Elle a créé la plateforme Nutrition Positive, où elle blogue au sujet des principes de l’alimentation intuitive, d’image corporelle et de grossophobie, entre autres. On peut également la lire sur le site Ton Petit Look. ELLE A DIT «On peut très bien être en surpoids et en santé. L’un n’exclut pas l’autre. Il est temps qu’on déconstruise ces préjugés et qu’on intègre que tout le monde a droit au respect, peu importe sa taille.» | SUR INTERNET nutritionpositive.ca
  • diversité
    18. Léa Clermont-Dion SON PARCOURS À seulement 27 ans, cette féministe ayant souffert d’anorexie à l’adolescence n’est rien de moins qu’une pionnière de la cause de la diversité corporelle au Québec. SON EXPLOIT En 2009, avec Jacinthe Veillette, elle jette les bases de la future Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée, qui encourage notamment la diffusion d’images de personnes de tailles, de silhouettes et d’âges variés dans les médias et la publicité. On lui doit aussi le documentaire Beauté fatale, ainsi que l’essai La revanche des moches, qui s’interrogent avec pertinence sur notre obsession de la beauté. ELLE A DIT «Depuis la Charte, les médias ont fait de grandes avancées en ce qui a trait à la diversité corporelle, révèle Léa en entrevue. Toutefois, avec les photos retouchées qu’on voit sur les médias sociaux, nous sommes encore plus exposés qu’avant aux diktats de la beauté. Si chacun est entièrement libre de faire ce qu’il veut avec son corps, il n’en demeure pas moins que nous avons le devoir d’accompagner les jeunes qui évoluent au sein de cette culture. Et de leur apprendre à se connaître autrement qu’avec le sentiment de validation qui vient avec les likes.» | SUR INSTAGRAM @leaclermontdion
  • diversité
    19. Julie Artacho SON PARCOURS Photographe en demande, cette jeune trentenaire milite pour la diversité corporelle depuis plusieurs années et a notamment été ambassadrice de l’organisme ÉquiLibre, qui cherche à prévenir et à réduire les problèmes liés au poids et à l’image corporelle. SON EXPLOIT Elle a publié en ligne deux séries de clichés érotiques la mettant en scène et qui ont fait grand bruit. Actuellement, avec la blogueuse Gabrielle Lisa Collard (dixoctobre.com), elle prépare une série documentaire portant sur la grossophobie et dont la diffusion est prévue l’an prochain. ELLE A DIT «En suivant volontairement d’autres femmes grosses sur Instagram, mon regard sur elles, et sur nous, s’est modifié. Il est essentiel de s’imposer la diversité corporelle si on souhaite éventuellement normaliser tous les types de corps.» SUR INSTAGRAM @coeurdartacho | SUR INTERNET coeurdartacho.com
  • diversité
    20. Khloé Dubé SON PARCOURS À la naissance, elle a été identifiée comme garçon. Puis, juste avant la puberté, elle est devenue elle-même. Aujourd’hui âgée de 16 ans, elle prend la parole pour sensibiliser les gens aux défis auxquels les jeunes trans font face. SON EXPLOIT Elle a pris part à la très belle série documentaire Je suis trans et parlé de sa transition avec aplomb sur les plateaux de Tout le monde en parle et de Deux hommes en or. ELLE A DIT «J’ai participé à Je suis trans parce que je voulais aider à sauver d’autres vies, a dit Khloé en entrevue. Le message que je souhaite véhiculer, c’est que ce n’est pas parce qu’on est différents qu’on n’est pas normaux. Je suis fière d’être un peu le porte-voix des jeunes trans québécois.» | SUR INSTAGRAM @khloe.dube
Catégories : Oser être soi
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire
Magazine vero automne

Magazine Véro

S'abonner au magazine