5 choses que vous ne saviez pas sur François Bellefeuille

05 Juil 2018 par Laurie Dupont
Catégories : Culture / Oser être soi

Ses complexes, sa pression pour être un bon père, la manie de sa mère qui l'énerve... Voici 5 choses que vous ne saviez pas sur François Bellefeuille.

L’ARRIVÉE DE SON DEUXIÈME ENFANT

Ma blonde était enceinte de notre deuxième enfant que j’étais en phase d’écriture. Puis, elle a accouché juste avant que je commence le rodage du spectacle. Je ne sais pas à quoi j’ai pensé. On oublie à quel point c’est rock & roll, au début, un bébé. Si c’était à refaire, je ne le referais pas de la même façon. Mes cheveux ont probablement davantage blanchi dans la dernière année!

SON RÔLE DE PÈRE

Je me mets une grosse pression pour être un bon père. Comme je passe peu de temps avec mes enfants, car je suis souvent parti, j’ai l’impression que je dois maximiser chaque seconde. Je veux leur lire des livres, utiliser une grande diversité de mots pour qu’ils aient un bon vocabulaire. Le coach en moi pourrait être moins présent. (rires) Je pense que je suis un bon père, mais j’ai des choses à améliorer… Vivre le moment présent, être moins dans ma tête, laisser mes enfants être des enfants, essayer de ne pas vouloir trop performer comme père.

SA MANIE QUI LUI VIENT DE SA MÈRE

Ma mère surprotège tout. N’importe quoi. Même un objet pas important du tout. Si elle veut me donner quelque chose, elle le suremballe avec du papier en masse, un sac, des élastiques, etc. Quand elle a fini et qu’elle me l’offre, je pourrais le lancer du 18e étage et il demeurerait intact.  J’ai toujours détesté cette manie. Ça me mettait même en maudit avant lorsqu’elle suremballait des affaires… pis là, maintenant, ça m’angoisse si j’emballe mal un truc! En vieillissant, je me vois aller – c’est quand même moins pire que ma mère – mais c’est clair que je fais du suremballage! Je reproduis donc un comportement qui me tapait fondamentalement sur les nerfs… faut le faire!

SA PROPENSION À VOIR DES DÉFAUTS PARTOUT

J’ai toujours tendance à me concentrer sur le négatif. Je suis excellent pour me concentrer sur ce qui cloche. Je vois des défauts partout. Et même avec mes enfants… Mais faut pas faire ça! Mes enfants ont un œil plus petit que l’autre, comme la grande majorité de la population, mais j’en ai quand même parlé avec leur pédiatre. Et c’est juste normal, qu’il m’a dit. Quand je vois une photo de ma fille, je pense à son œil plus petit que l’autre au lieu d’apprécier sa beauté extraordinaire. Il faut que je corrige ça.

SES COMPLEXES AUPRÈS DES FILLES

J’ai toujours eu beaucoup de complexes… surtout auprès des filles. J’étais terrorisé de leur laisser paraître que j’étais peut-être intéressé par elles parce que je ne voulais surtout pas être rejeté.  C’est en jasant longtemps avec elles, souvent au travail, que je les faisais rire et qu’elles devenaient mes blondes.

 

 

Lisez notre entrevue intimiste avec François Bellefeuille dans le numéro été du magazine VERO présentement en kiosque.

Abonnez-vous maintenant!

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Jocelyn Michel 

Catégories : Culture / Oser être soi
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine