Le choix d’être soi: Khloé Dubé

31 Oct 2016 par Véronique Cloutier
Catégories : Oser être soi

Véro s'entretient avec Khloé Dubé, adolescente transgenre de 14 ans.

Khloé, 14 ans, se comporte comme les adolescentes de son âge. Elle se maquille et aime écouter Beyoncé, Ariana Grande et autres artistes pop de l’heure. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Il y deux ans, on l’appelait encore Kéoni. Biologiquement née garçon, Khloé est transgenre.

 

VÉRO Khloé, je t’ai vue 
à la télévision et j’ai été très touchée par ton histoire. C’est pourquoi j’ai eu envie de la faire découvrir à nos lectrices. Si je commence en te posant la question «Qui es-tu maintenant?», qu’est-ce que tu me répondrais?

KHLOÉ Depuis que j’ai fait mon changement, je dirais que je suis une fille bien dans sa peau.

VÉRO J’adore ta réponse!
 Et à quel moment as-tu commencé à ne pas te sentir bien dans ton corps?

KHLOÉ Ça remonte à ma cinquième année d’école, mais j’avais environ trois ans quand ma mère s’est aperçue que je n’étais pas comme 
les autres garçons.

VÉRO Elle l’avait donc remarqué avant. Et quand as-tu commencé à en parler?

KHLOÉ Un jour que je maquillais ma mère, je lui
 ai dit que je ne me sentais pas dans le bon corps, que j’aimerais être une fille.

VÉRO As-tu entrepris le changement pour devenir Khloé dans les mois qui
 ont suivi?

KHLOÉ Ç’a d’abord commencé à la maison.

VÉRO Tu étais une fille à la maison, mais tu continuais d’être un garçon à l’école? Comment vivais-tu le fait d’être deux personnes à
 la fois?

KHLOÉ En fait, j’étais une seule personne, mais quand j’arrivais à la maison, je me maquillais, je portais des talons hauts et je m’habillais en fille.

VÉRO Est-ce que tu changeais aussi de prénom quand
 tu arrivais chez toi?

KHLOÉ Oui. À la maison, j’étais Khloé, tandis qu’à l’école, j’étais encore Kéoni.

VÉRO Combien de temps as-tu été capable de vivre comme ça?

KHLOÉ Pendant environ deux ans…

VÉRO Parle-moi du moment où tu as pris la décision
de changer complètement.

KHLOÉ C’était durant un 
Bye Bye, le 31 décembre. 
Je suis allée dans la salle de bains pour me maquiller, un peu avant le décompte final. Quand je suis ressortie, j’ai annoncé à ma famille que 
je voulais commencer une nouvelle année en beauté. Ma grand-mère a pleuré.
 En fait, pas mal tout le monde a pleuré.

VÉRO Je crois que ta mère et toi avez convenu d’attendre pour l’annoncer et de laisser passer l’été, pour que tu puisses ensuite amorcer une nouvelle année scolaire avec ta nouvelle identité, c’est bien ça?

KHLOÉ Oui, mais vers le mois d’avril, je me suis confiée à une amie qui l’a dit à d’autres. Et ces personnes-là ont compris que j’étais gaie.

VÉRO Ils ont pensé que tu étais homosexuelle, alors que tu es transgenre… ce qui n’est pas du tout la même chose.

KHLOÉ C’est ça. Les élèves
 de l’école me posaient la question et ça me faisait
de la peine. J’en ai parlé à
ma mère, qui a décidé de venir s’adresser à ma classe, pour expliquer aux élèves que j’étais transgenre.

VÉRO Et comment le message de ta mère a-t-il été accueilli dans ta classe?

KHLOÉ Ç’a vraiment été bien reçu. À un moment donné, je suis sortie de la classe et quand je suis revenue, tout le monde a applaudi. Le lendemain, tout le monde m’appelait Khloé.

VÉRO L’acceptation semble s’être faite assez facilement pour toi et c’est important de le dire, parce qu’il y a des jeunes qui vivent la même chose et qui ont peur d’en parler. C’est quand même tout un défi dans une vie et ça ne doit pas toujours être aussi simple. À partir du moment où les gens sont au courant, explique-moi un peu comment ça fonctionne. Est-ce qu’il y a des suivis avec des psychologues et des médecins? Est-ce que la famille doit être présente?

KHLOÉ J’ai commencé par rencontrer une sexologue qui m’a aidée dans ma démarche. Je savais ce que je voulais. Je suis aussi suivie dans une clinique par un médecin.
Je prends des bloqueurs [ndlr: inhibiteurs de puberté] et des hormones [œstrogènes].

VÉRO Comment vis-tu ta différence maintenant que ton corps d’adolescente se développe comme celui d’une femme?

KHLOÉ Avant, j’avais peur
de montrer aux autres que j’étais différente et je prenais chaque commentaire, même constructif, de façon très personnelle… Depuis, j’ai appris à vivre avec ma différence. Ça me dérange beaucoup moins.

VÉRO Pour quelle raison acceptes-tu d’en parler?
 Rien ne t’y oblige, au fond.

KHLOÉ Je sais. Mais se rendre compte qu’on est transgenre, c’est quelque chose de difficile à vivre. Quand j’étais en troisième année, j’ai même pensé au suicide.

VÉRO Ouf… Il y a donc
 eu des périodes où tu étais tellement mal dans ton corps que tu préférais en finir avec la vie?

KHLOÉ Oui, mais ça s’est réglé depuis que je suis Khloé.

VÉRO Tu es maintenant une adolescente. Tu as un chum en ce moment et il sait forcément que tu es transgenre. A-t-il fallu que tu le lui dises ou 
s’il le savait déjà?

KHLOÉ Comme il fréquente mon école, il le savait. Avant, j’ai eu un autre chum, d’une autre école, à qui il a fallu que j’annonce que j’étais transgenre.

VÉRO C’est beaucoup de pression pour une fille de ton âge d’avoir à se dire: «Bon, j’ai rencontré un garçon, il me plaît, et maintenant je dois lui expliquer que je suis une transgenre…»

KHLOÉ Oui, quand même!

VÉRO À partir du moment
où tu as su que tu voulais
 être une fille, qui – à part 
ta famille et tes amis – t’a le plus aidé dans ta démarche?

KHLOÉ Jenna Talackova. Elle a été la première transgenre
 à s’inscrire au concours Miss Univers Canada, en 2012.
Les organisateurs l’ont écartée après qu’elle a 
révélé être transgenre. Elle
a engagé une avocate, elle
a fait reconnaître ses droits et on lui a finalement permis de participer.

VÉRO Elle est en quelque sorte devenue ton modèle?

KHLOÉ Oui.

VÉRO Maintenant que tu prends tes médicaments, 
que tu t’habilles comme
la fille que tu es devenue, est-ce que ton bonheur d’être qui tu es est complet?

KHLOÉ La transformation physique n’est pas réalisée au niveau des parties génitales, alors je dirais qu’il me reste encore un petit peu de chemin à parcourir avant d’être satisfaite à 100 %. Je vais me faire opérer, mais je dois attendre d’avoir 18 ans.

VÉRO Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui se reconnaît dans ton histoire ou encore à un parent qui se doute que son enfant n’est pas «dans le bon corps»?

KHLOÉ Il faut le dire. Et ne pas hésiter à en parler avec une personne de confiance.

VÉRO C’est quelque chose que tout parent devrait prendre au sérieux.

KHLOÉ Oui, parce que ça peut sauver une vie…

VÉRO Souvent, les parents pensent que c’est seulement une phase, que ça va passer. Toi, tu en as parlé à ta mère, qui l’avait déjà remarqué quand tu avais trois ans. On ne règle rien en répétant à nos garçons de ne pas porter du rose ou de cesser de jouer avec des Barbie. Même chose pour nos filles qui préfèrent les chemises à carreaux et les camions.

KHLOÉ En effet, il faut vivre et laisser vivre. Et écouter ce que l’enfant a à dire.

VÉRO Merci de nous avoir accordé cette entrevue, Khloé. Ça m’a fait vraiment plaisir de te rencontrer.

 

Besoin d’aide

  • Si l’adolescence est parfois difficile à vivre, elle peut devenir particulièrement éprouvante pour les ados transgenres. À Jeunesse, J’écoute, des intervenants sont là pour les aider, 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Anonyme et confidentiel. (jeunessejecoute.ca ou 1 888 668-6868)
  • L’aide aux transsexuel(le)s du Québec (ATQ) 
est un organisme sans but lucratif qui offre des services d’aide aux personnes trans au début de leur cheminement et tout au long de leur transition. (atq1980.org ou 1 855 909-9038)
  • Enfants transgenres Canada est lui aussi un organisme sans but lucratif qui offre des ressources aux enfants transgenres, à leurs familles, dans les écoles et les communautés. (enfantstransgenres.ca)

 

Photo: Martin Girard (Shoot Studio) / Assistant photographe : Simon Couturier

Lire aussi: J’ai fait la paix avec mon corps: Kadiatou Traoré


Catégories : Oser être soi
3 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Josée Duguay dit :

    Bravo ma belle, continue Khloé tu m’a touché mon cœur,tu es très courageuse.xxxx

  2. Oliver dit :

    Wow quel beau parcours et quelle magnifique jeune femme ! Félicitations à toi pour ton courage, tu es une inspiration!

  3. Nathalie dit :

    Quelle belle jeune fille à l’intérieur comme à l’extérieur! C’est tellement important d’être bien dans sa peau et elle est si jeune qu’elle a toute sa vie devant elle. Elle pourra la vivre dans la joie et dans le confort du « bon corps ». Je l’admire beaucoup. Khloé, ne lâche pas! Tu pourras inspirer d’autres jeunes comme toi à suivre ton exemple et tu leur permettras de vivre une belle vie et d’être heureux!

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine