Entrevue avec Marie-Ève Janvier

Entrevue avec Marie-Ève Janvier
14 Fév 2014 par Judith Lussier
Catégories : Oser être soi

Une carrière exaltante, une vie perso harmonieuse… Marie-Ève Janvier vibre au rythme d’un bonheur presque parfait. Variations sur un tempo.

Entrevue avec Marie-Ève JanvierLes coiffeurs et maquilleurs semblent avoir un don pour obtenir sans trop d’efforts des confidences de nos vedettes. Alors qu’elle se fait pomponner pour notre séance de photos, Marie-Ève remarque que sa peau a changé depuis qu’elle a cessé de prendre des anovulants. Je suis ravie de l’entendre. Je n’aurai pas à lui poser la sempiternelle question: c’est pour quand, les enfants? «On est en préprod!» révèle la chanteuse.

N’a-t-elle pas peur que ce projet familial mette en péril le grand défi professionnel qu’elle réalise depuis janvier, l’animation de C’est ma toune, une émission produite par KOTV et diffusée sur les ondes de Radio-Canada les vendredis à 20h? «Je ne sais pas et, honnêtement, je m’en fous!» dit-elle, sereine. Cette attitude un brin rebelle tranche avec la fille mesurée et cartésienne qu’on imagine.

Mais il y a de ces évènements qui altèrent les personnalités. Pour Marie-Ève, ç’a été le décès de son frère, Louis-Philippe, emporté par un cancer à l’âge de 26 ans, le 7 février 2013. «J’ai arrêté de prendre la pilule le jour même, lance-t-elle. Perdre un proche, ça change les priorités. Ça paraît cucul à dire, mais ça m’a fait réaliser que la vie est courte.» Marie-Ève a donc décidé de lâcher prise et de cesser de se demander quel serait le meilleur moment pour avoir des enfants. À la voir taper sur les doigts de son beau Jean-François Breau lorsqu’il en dit un peu trop, on croirait pourtant qu’elle tient tout de même à tout contrôler. C’est un peu le cas: «J’aime savoir où je m’en vais et je suis plus satisfaite quand je fais les choses à ma façon», admet celle dont la phrase fétiche est «laisse faire, j’vais le faire». Néanmoins, elle refuse l’étiquette de «contrôlante», qu’on appose trop souvent aux femmes à son avis. «Dans le fond, on est des femmes de tête, c’est tout. Si j’avais tant besoin de contrôle, j’aurais choisi un milieu plus structuré que celui de la musique.»

La suite de l’entrevue en page 2.

Catégories : Oser être soi
1 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Louise Talbot dit :

    J’ai beaucoup aimé lire le texte surtout concernant comment Marie-Ève et Jean-François se sont rencontrés. J’aime beaucoup ce couple. J’ai vu leur dernier spectacle, j’ai l’album et j’ai acheté leur CD de Noël qui est super bon………Bonne continuité.

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine