Véronique Cloutier nous parle de la Fondation Véro & Louis

25 Nov 2017 par Laurie Dupont
Catégories : Oser être soi

Parce que le temps des Fêtes nous incite à donner au suivant, on a voulu mettre en lumière des causes qui nous touchent droit au cœur. Véro nous explique pourquoi elle s'investit sans compter dans la Fondation Véro & Louis.

Parle-nous un peu de votre fondation, à Louis et à toi

La Fondation Véro & Louis a pour but de bâtir des maisons pour des personnes autistes de plus de 21 ans. On a choisi de s’investir à fond dans cette cause-là en mettant sur pied une fondation, car il y avait un besoin criant de ressources pour cette clientèle. On le dit souvent – et c’est un peu cruel –, mais ce n’est pas la cause la plus «sexy». Un enfant malade qui a perdu ses cheveux touche spontanément le cœur des gens, tandis qu’un adulte autiste, qui a le regard fuyant et qui porte presque toujours des écouteurs sur ses oreilles, ça interpelle peut-être moins certains d’entre nous. C’est pour cette raison qu’on a décidé, Louis et moi, d’épouser la cause et de «montrer que ces jeunes adultes existent», comme le dit notre marraine Guylaine Guay.

C’est d’ailleurs grâce à Guylaine Guay que vous avez choisi d’aider les adultes autistes, n’est-ce pas?

En fait, Louis et moi avions déjà entamé le processus de mettre sur pied une fondation, mais on cherchait encore notre cause. Puis, un soir, j’ai lu Deux garçons à la mère, écrit par Guylaine. Elle y raconte son quotidien de maman de deux enfants autistes. Dans son livre, elle avoue rêver d’une grande maison pour accueillir d’autres enfants comme les siens. Puis elle ajoute, à la page 128: «Cette maison, elle tombera du ciel, ma Guylou? Non. Je sais que quelqu’un de généreux n’attend que de lire ma requête.» Dès que j’ai eu fini ma lecture, j’étais convaincue que ça devait être celle-là, notre cause.

Y a-t-il eu un moment ou une rencontre qui vous a confirmé que vous aviez fait le bon choix?

Ça nous arrive souvent. Depuis qu’on a lancé la fondation, Louis et moi avons continué à présenter notre spectacle d’humour un peu partout à travers le Québec. Et après chaque représentation, il y a au moins une personne qui vient nous parler de son enfant autiste, qu’il ait 3 ans ou 28 ans. Il n’est pas rare que leurs histoires nous tirent des larmes. Chaque fois, quand on revient dans l’auto, on se dit que c’est exactement pour ça qu’on s’est lancés dans cette aventure. Il n’y a pas une seconde où on s’est demandé si on allait être utile, car on sent que notre fondation va vraiment changer quelque chose. D’où l’idée de construire des maisons, car on souhaitait laisser du concret. On pourra les voir, ces maisons, toucher les briques. C’est fort, comme symbole.

Et quel est votre objectif à plus long terme?

Notre rêve ultime est de créer un modèle de maison pour adultes autistes qui fonctionnera tellement bien qu’on en construira partout au Québec et, qui sait, peut-être ailleurs au Canada. Dans un avenir proche, plus précisément au cours des cinq prochaines années, on espère bâtir cinq maisons. (NDLR: depuis l’entrevue pour le magazine, la construction de la première maison Véro & Louis a été annoncée à Varennes.)

Son actu: Véro sera à la barre de la nouvelle émission 1res fois, dès janvier, à Ici Radio-Canada Télé.

Pour soutenir la cause: fondationverolouis.com.

Lire aussi:
Mélissa Désormeaux-Poulin nous parle de la Fondation Marie-Vincent
La première maison Véro & Louis sera à Varennes


Photo: Pierre Manning pour Shoot Studio

Cet article est paru dans le magazine VÉRO de Noël en kiosque. Retrouvez de nombreux autres autres portes-paroles et leurs causes sont à découvrir dans le magazine VÉRO en kiosque.

Cliquez ici pour vous abonner.

 

 

 

 

 

Catégories : Oser être soi
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine