Comment améliorer une relation difficile avec un collègue

25 Mai 2017 par Valérie Schiltz
Catégories : Psycho

Un membre de notre équipe nous pompe l'air? Avant de sortir le jeu de fléchettes, on met en pratique les conseils de Julie Carignan, psychologue organisationnelle et associée principale de la firme-conseil SPB.

PRÉSENTÉ PAR

On lui fait part de notre malaise de la bonne façon

On exprime notre souhait de collaborer pour améliorer les choses, au lieu de parler de ce qui ne va pas et de critiquer. «C’est une façon plus positive de s’exprimer qui peut amener, en contrepartie, une réaction plus affable.», fait remarquer Mme Carignan. On parle au «je», on évite les «toujours» et les «jamais» et on reste pratique, réaliste. «Demander à quelqu’un de changer d’attitude, c’est un vaste programme. Proposer que nous nous disions bonjour en arrivant le matin, c’est plus simple.»

On tente de comprendre la source du conflit

C’est ce qui va nous guider vers la meilleure solution.

  • On cherche l’harmonie et on est pro du consensus, alors que l’autre est leader et pro des résultats? Le problème est relationnel. «On essaie de se mettre dans la peau de l’autre, de connaître ses valeurs et ce qui l’anime, recommande la psychologue. En s’ouvrant ainsi, on est plus à même de constater qu’on est différents mais complémentaires.»
  • On a bénéficié de la promotion qu’une autre personne convoitait? On prône la qualité, mais notre collègue prêche la rapidité? Le problème est structurel. «Il faut mettre l’accent sur un objectif commun et clarifier les rôles de chacun», suggère Mme Carignan.
  • On a heurté quelqu’un lors d’un projet il y a deux ans? Notre collègue a eu maille à partir avec notre prédécesseur? Le conflit est historique. «On revient sur le passé pour presser sur le bouton “Reset”. On peut ainsi reconstruire la relation sur une bonne base et, surtout, au présent», de dire la spécialiste.

On fait des dépôts

«J’utilise souvent l’image de dépôts bancaires pour illustrer les relations entre collègues», explique la psy. Notre travail est comme un compte en banque. On y fait des dépôts: donner de la reconnaissance pour une tâche bien exécutée, aider une personne débordée, offrir de raccompagner en voiture une camarade qui en a besoin ou demander conseil. Mais on fait aussi des retraits: c’est le cas lorsqu’on froisse un partenaire, même sans le faire exprès. «Or, pour pouvoir encaisser un retrait sans trop de dommages, il faut avoir fait sept dépôts. On doit donc travailler notre compte en banque relationnel pour que LA fois où on sera moins dans notre assiette, ça passe mieux avec notre interlocuteur.»

On demande de l’aide

Quand rien ne va plus, on demande l’aide d’un patron ou du Service des ressources humaines pour mettre fin au conflit.

Du temps pour vous

Dans vos journées de travail bien remplies, le temps passé dans votre voiture est l’un des rares moments qui n’appartiennent qu’à vous. Offrez-vous le luxe que vous méritez d’y trouver avec la C-HR 2018, la toute nouvelle création de Toyota. Tout y a été pensé pour votre confort : sièges chauffants, écran tactile de 7 po, volant télescopique, levier de vitesse satiné. Roulez l’esprit en paix grâce au système Toyota Safety Sense (TSS), qui vous alerte si vous déviez de votre voie ou si un véhicule se cache dans votre angle mort. Et tandis que vous relaxez à l’intérieur, vous ferez tourner les têtes à l’extérieur grâce au style audacieux de la C-HR 2018, dont les courbes rappellent la coupe d’un diamant.

Curieuse d’en savoir davantage? Les concessionnaires Toyota du Québec ont ouvert les portes de la C-HR 2018 à Annick Heise, membre de l’escouade VÉRO. Découvrez ce qu’elle en pense.

 

achetermatoyota.ca

Dossier Tracer son chemin

Photo: Stocksy

Catégories : Psycho
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine