Bénévolat: mode d’emploi

09 Nov 2017 par Annie St-Amour
Catégories : Psycho

Les besoins en matière de bénévolat sont immenses et vont bien au-delà de la période des Fêtes vous diront en cœur les organismes concernés. Prêts à passer à l’action?

Amorcer la réflexion

Il y a plusieurs questions qu’une personne intéressée à s’impliquer bénévolement devrait se poser. Parmi celles-ci: quelles sont mes motivations (découvrir un nouveau domaine, enrichir un CV, faire des rencontres, etc.)? Dans quel secteur et auprès de quelle clientèle ai-je envie d’œuvrer? De combien d’heures par semaine ou par mois est-ce que je dispose? Selon Monique Laberge, présidente du réseau de l’action bénévole du Québec (RABQ) «les gens doivent aussi se demander s’ils préfèrent faire du bénévolat organisé et à horaire fixe auprès d’un organisme ou s’engager sporadiquement (bénévolat informel) en participant par exemple à une corvée de nettoyage des berges un samedi matin».

Partir du bon pied

«Une fois que la personne a trouvé le type de bénévolat qui lui convient le mieux, il lui suffit ensuite de trouver l’organisme qui correspond le mieux à ce qu’il cherche», poursuit Mme Laberge. Les gens qui rejoignent le RABQ – l’interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’action bénévole au Québec – sont d’abord invités à consulter la liste des membres et des collaborateurs du Réseau lesquels représentent différents secteurs comme la santé, l’environnement, la sécurité civile, le sport amateur, etc. Les Petits Frères, la fédération des centres d’action bénévole  du Québec, le regroupement des popotes roulantes du Québec, Oxfam-Québec, la Croix-Rouge Division Québec – pour n’en nommer que quelques-uns –  en font partie. Autant de clics susceptibles de vous mener vers une activité bénévole à la mesure de vos attentes! rabq.ca

En parler

L’idéal est de cibler un organisme à proximité de son chez-soi ou de son lieu de travail, histoire de minimiser les déplacements. Posez la question à votre entourage, à vos collègues et, pourquoi pas, à vos voisins, à savoir s’ils connaissent des organismes qui rejoindraient vos critères. Même à l’heure de l’Internet, le bouche-à-oreille est, semble-t-il, encore très efficace. Parlez-en!

Reflets de nos valeurs sociétales

Dans le rapport de recherche Bénévolats nouveaux, approches nouvelles1 présenté au RABQ, on explique que des changements s’opèrent dans le monde du bénévolat et que ceux-ci vont de pair avec les valeurs de notre société actuelle. «Alors que les motifs d’engagement reposaient il n’y a pas si longtemps sur des bases religieuses, ce sont les besoins d’un individu à tisser des liens et à acquérir une identité sociale qui prévalent aujourd’hui affirme Mme Roberge. La tâche proposée doit non seulement rejoindre les intérêts de la personne, elle doit aussi être significative. Outre le fait de se sentir interpelé par la cause, les gens ont besoin de percevoir que l’ambiance est agréable.» Autrement dit: investir de son temps, oui, mais à condition de ne pas perdre de vue la notion de plaisir.

À son image

SI votre première expérience de bénévolat ne vous a pas convaincu, la suivante vous donnera peut-être envie de donner de votre temps plus souvent. Les offres sont nombreuses et diversifiées; l’une d’elles est certainement à votre image! N’hésitez pas à vous renseigner auprès du centre d’action bénévole le plus près de chez vous! Ils ont les ressources pour vous mettre sur la bonne piste!

1-Bénévolats nouveaux, approches nouvelles. Thibault, André, Fortier, Julie et Leclerc, David. Laboratoire en loisir et vie communautaire. Université du Québec à Trois-Rivières, mai 2011

Lire aussi:
Objectif: rire au quotidien
Changer de vie, oui… mais comment?

Photo: Stocksy
Procurez-vous le magazine VÉRO des Fêtes, placé sous le thème « Donnez au suivant ». En kiosque partout.

Cliquez ici pour vous abonner.

Catégories : Psycho
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine