Premier boulot: comment faire bonne impression

19 Mai 2017 par Isabelle Bergeron
Catégories : Psycho

Enfin! On a décroché notre premier emploi et on souhaite en profiter pour faire nos preuves et nous démarquer.

PRÉSENTÉ PAR

Bref, on a la ferme intention d’impressionner notre patron. Ce jalon initial de notre vie professionnelle, on tient à ce qu’il soit marquant.

«Bien entendu, la ponctualité et l’assiduité au travail sont importantes, note Philippe Marceau, CRHA et directeur-conseil ressources humaines et recrutement pour la firme Raymond Chabot Grant Thornton. Cela dit, il s’agit-là de standards et non de qualités en soi. On peut toutefois se distinguer de bien des façons. Par exemple, en s’intéressant vraiment à l’entreprise. On se documente et on n’hésite pas à poser des questions.» Ce faisant, on nourrit également notre sentiment d’appartenance à l’entreprise. Un facteur qui nous incitera assurément à donner le meilleur de nous-même, mais aussi à être satisfaite de notre emploi. Et en quoi consiste ce «meilleur de nous-même»? En plus des aptitudes et des qualités qui nous ont valu d’être embauchée, il y a ce subtil équilibre entre assurance et ouverture. «Afficher trop d’assurance, voire d’arrogance, nuit autant que démontrer trop d’insécurité ou d’hésitation», estime M. Marceau. Bref, on gagne à être confiante en nos capacités tout en restant ouverte aux conseils et à la critique.

Par ailleurs, à moins d’avis contraire, peu de patrons verraient d’un mauvais œil une employée qui en fait un petit peu plus que ce qu’on lui demande. Sans pour autant tomber dans l’excès de zèle, faire sentir à notre employeur qu’on s’investit pleinement dans notre travail – par exemple en mettant les bouchées doubles lorsque la situation l’exige ou en soumettant des suggestions au bénéfice de l’entreprise – ne peut qu’être bien accueilli. «Aussi, un bon esprit de collaboration est toujours très apprécié, ajoute Philippe Marceau. Offrir notre aide à un collègue ou lui proposer, si on en a le temps et la possibilité, de prendre en charge une tâche qui n’était pas la nôtre au départ, c’est toujours bien vu.» Tout comme, doit-on le préciser, un large et sincère sourire!

Rouler sans stress

Une voiture devrait toujours vous simplifier la vie, et tout, dans la Toyota Corolla 2017, a été conçu en ce sens. Lorsqu’une chanson que vous n’aimez pas joue à la radio, l’écran tactile vous permet de vous connecter à votre téléphone intelligent pour que vous puissiez écouter votre liste de lecture favorite. Quand vous dénichez (enfin!) une place de stationnement libre en ville, la caméra de recul vous permet de réussir votre parallèle du premier coup. Avant que vous ne changiez de voie sur l’autoroute, le système Toyota Safety Sense (TSS) vous prévient si une voiture se trouve dans votre angle mort. Vous roulez sur un clou au milieu de nulle part? La Corolla 2017 ne peut pas remplacer un pneu elle-même – du moins, pas encore. Mais grâce à l’Assistance routière Toyota, offerte gratuitement pendant 3 ans, un pro viendra vous dépanner, quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit.

Curieuse d’en savoir plus? Les concessionnaires Toyota du Québec ont invité Carmelle Gauvin, une jeune professionnelle de Montréal membre de l’escouade VÉRO, à prendre place dans la Corolla 2017. Elle vous confie ce qu’elle en pense, sans filtre.


achetermatoyota.ca

Dossier Tracer son chemin

Photo: Stocksy

Catégories : Psycho
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine