La ménopause: mythes et réalités

15 Août 2018 par Annie St-Amour
Catégories : Santé

Parce que tôt au tard, on franchit toutes l’étape de la ménopause, une spécialiste nous aide à faire la part des choses entre les mythes et les réalités de ce passage obligé.

On a demandé à la Dre Sophie Desindes, gynécologue-obstétricienne responsable de la clinique de ménopause au CIUSSS de l’Estrie–CHUS de départager le vrai du faux en ce qui concerne la ménopause.

La ménopause est synonyme de perte de libido.

FAUX… ET VRAI Pendant la ménopause, il n’y a pas de chute radicale du taux d’androgènes, qui sont les hormones du désir. Leur production diminue peu à peu à mesure qu’on vieillit. S’il y a une baisse de libido, c’est surtout parce que la transition est difficile pour certaines femmes qui présentent des symptômes vasomoteurs incommodants (bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, nausées, étourdissements…), auxquels s’ajoutent parfois des problèmes de sommeil et des troubles d’anxiété. Et puis, il y a les douleurs associées à la sécheresse vaginale causée par le manque d’œstrogènes… Rien de pire pour nuire aux relations sexuelles!

C’est l’allongement des cycles menstruels qui constitue le premier signe de la périménopause.

VRAI Lors de la transition ménopausique – ou périménopause –, il y a moins de follicules ovariens et l’ovulation ne se fait plus tous les mois. Les cycles menstruels vont alors s’allonger, puis ils continueront à s’espacer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de follicules et que  la sécrétion d’œstrogènes s’arrête. On parle de ménopause lorsque le dernier saignement menstruel remonte à un an.

Ce qu’on perd en muscles à la ménopause, on le gagne en poids.

FAUX C’est l’absence d’exercices physiques qui entraîne la perte de masse musculaire, et celle-ci n’est pas plus notable durant la ménopause. Par contre, notre métabolisme de base, autrefois stimulé par l’activité ovarienne, ralentit légèrement. Les femmes ménopausées qui continuent à manger autant qu’avant sans bouger davantage auront donc tendance à prendre du poids.

L’âge auquel on a eu nos premières règles influence celui de notre ménopause.

FAUX C’est la génétique qui programme la ménopause, et non le fait que nos règles aient débuté à 10 ou à 15 ans. Si notre mère a été ménopausée à la fin de la quarantaine, il y a de bonnes chances qu’on le soit aussi autour de cet âge. Ce qu’on sait, toutefois, c’est que la ménopause des fumeuses est devancée d’un an ou deux. Même chose pour les femmes ayant reçu des traitements de chimiothérapie.

Bien qu’efficace pour réduire la fréquence et l’intensité des bouffées de chaleur, l’hormonothérapie augmente le risque de subir un accident cardiovasculaire.

FAUX Les risques sont très faibles lorsque la prise d’œstrogènes s’amorce au début de la ménopause. C’est l’étude WHI (Women’s Health Initiative), publiée au début des années 2000, qui a contribué à semer la confusion en concluant qu’il y avait plus de dangers que de bienfaits pour la santé à prendre des hormones. Ce qu’il faut cependant savoir au sujet de cette étude, c’est que la moyenne d’âge des participantes était de 63 ans. Les résultats démontrent par ailleurs qu’il n’y a pas d’augmentation de problèmes cardiovas-culaires chez les femmes de 50 à 60 ans, même que leur cœur serait mieux protégé. Par contre, les risques augmentent après 60 ans et deviennent plus considérables passé 70 ans. À cet âge, théoriquement, on ne devrait donc pas prendre d’hormones.

Manger du tofu peut aider à soulager les symptômes vasomoteurs.

VRAI Il est recommandé aux femmes ménopausées d’ajouter des produits à base de soya à leur menu. Les fèves de soya sont riches en protéines et cet aliment est aussi une excellente source de minéraux, dont le calcium. Mais surtout, le soya contient des phyto-œstrogènes, dont le rôle s’apparente à celui des hormones féminines. Certaines femmes (qui ont, dans leur tube digestif, l’enzyme requise pour le transformer) en bénéficieront plus que d’autres. C’est donc bon d’en manger, mais sans exagération!  

Catégories : Santé
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine