ÉCRAN SOLAIRE : SOLEIL EN VRAC

20 Juin 2019 par Équipe VÉRO
Catégories : Beauté / Soins
Icon

Difficile de s’y retrouver, parmi les produits offerts, quand vient le temps de se protéger des rayons? Voici un rappel des grands principes de la protection solaire, de judicieux conseils de pros, ainsi qu’un palmarès des nouveautés qu’on aime.

LES UV SIMPLIFIÉS

Prendre un bain de soleil est une arme à deux tranchants. Essentiels à la synthèse de la vitamine D, les rayons ultraviolets (UV) sont pourtant néfastes pour la peau. On en profite donc en toute connaissance de cause. On se soucie particulièrement des UVB, responsables du rougissement cutané et des brûlures (coups de soleil), mais aussi des UVA, les rayons invisibles responsables du vieillissement prématuré de la peau (rides et taches pigmentaires). LES UVA SONT DE 30 À 50 FOIS PLUS NOMBREUX QUE LES RAYONS UVB.
Bon à savoir: ces deux types de rayons sont liés aux cancers cutanés. «Ils sont dangereux tout au long de l’année, beau temps mauvais temps. Ils passent même à travers les vitres», rappelle Joséphine Mouawad, chargée de la communication scientifique de La Roche-Posay.

Avec tout ce qu’on entend, est-ce encore OK de faire bronzette en 2019? «Absolument! Mais LA SEULE FAÇON ACCEPTABLE DE DORER SA PEAU SUPPOSE UNE PROTECTION SOLAIRE ÉLEVÉE. De cette façon, il n’y a pas de dommages irréversibles. La mélanine s’active graduellement et, au final, la coloration de la peau est plus homogène», note David Durand, docteur en pharmacie et président de NAOS Amérique du Nord, la société qui détient les marques Institut Esthederm et Bioderma.

 

ÉCRAN SOLAIRE : CHIMIQUE VS MINÉRAL

Un peu perdue au rayon des soins solaires? Normal, car ce n’est pas le choix qui manque! En gros, il y a deux grandes catégories d’écrans. D’un côté, les filtres chimiques traditionnels, contenant des molécules de synthèse qui absorbent les rayonnements à la place de la peau. De l’autre, les filtres minéraux, aussi appelés filtres physiques, qui sont formulés avec des poudres naturelles microscopiques (d’oxyde de zinc et de dioxyde de titane). Celles-ci forment une pellicule qui réfracte les UV. «C’est com- me si on appliquait une feuille d’aluminium sur la peau. Les minéraux agissent comme un miroir», illustre David Durand. Cela dit, LES DEUX FAMILLES D’ÉCRANS OFFRENT UNE PROTECTION SÛRE À LARGE SPECTRE.

Alors, quels produits choisir? Si notre peau est normale et peu réactive, on va bien tolérer les filtres traditionnels. On peut alors se faire plaisir et choisir ceux qu’on préfère, puisque les soins solaires minéraux conviennent eux aussi à tout le monde. Mais comme ces derniers ne pénètrent pas l’épiderme et qu’ils sont souvent exempts de parabènes, de silicone et de parfum, on a tendance à les conseiller pour les enfants et les gens à la peau sensible, intolérante ou allergique. Pourtant, on reproche souvent aux écrans minéraux leur texture crayeuse au fini blanchâtre. «On a fait du chemin en matière de formulation, fait remarquer l’expert. Les galéniques sont plus fluides grâce aux particules micronisées. L’effet blanc craint par les consommateurs tend maintenant à disparaître au bout de quelques minutes, et le toucher est agréable.»

 

UN INDICE SVP

Qu’il s’agisse d’écrans chimiques ou minéraux, on utilise l’indice FPS pour mesurer la protection contre les coups de soleil. LE CHIFFRE INDIQUÉ REPRÉSENTE LA PÉRIODE DURANT LAQUELLE LA PEAU EST PROTÉGÉE DES RAYONS UVB AVANT L’APPARITION D’UNE ROUGEUR MINIMALE. Par exemple, un soin doté d’un FPS 30 signifie, en théorie, que ça prendra 30 fois plus de temps pour attraper un coup de soleil que si on s’exposait au soleil peau nue. Plus la valeur du FPS est élevée, plus le niveau de protection augmente.

Importante mise en garde: ce n’est pas parce qu’on double l’indice que le niveau de protection double. À titre d’exemple, un FPS 50 bloque 98 % des rayons, tandis qu’un FPS 100 bloque 98,3 % des rayons. «Comme le FPS ne concerne que le degré de protection contre les rayons UVB, il faut aussi choisir un produit indiquant clairement sur l’emballage qu’il procure une protection à large spectre ou contre les rayons UVA et UVB [le petit logo UVA sera dans certains cas encerclé]», souligne Joséphine Mouawad.

 

AIDE-MÉMOIRE

1. Deux heures
C’est le temps d’efficacité approximatif d’un produit solaire, peu importe son FPS. Quand on parle d’application toutes les deux heures, il s’agit de temps d’exposition cumulable. Ça nous prend 30 minutes pour nous rendre au boulot en auto, avec les rayons UVA qui plombent à travers les vitres? Bonne nouvelle: il nous reste 1 h 30 de protection pour aller faire des courses le midi. Mais si on compte aller luncher dans un parc au gros soleil, il vaut quand même mieux réappliquer son écran solaire.

2. FPS 30
Inutile de multiplier les tubes et de collectionner les indices de protection. Pour simplifier l’opération bronzage, on opte pour un produit à facteur de protection solaire d’au moins 30.

3. Bien doser
Les écrans solaires en atomiseur ou en vapo sont aussi efficaces que les crèmes et les lotions… à condition d’en appliquer suffisamment! «Pour les crèmes, un verre à shooter de 30 ml (2 c. à soupe) est la dose de référence pour couvrir le corps, ce à quoi on ajoute 30 ml de plus pour le visage, les oreilles et le cou», suggère Mme Mouawad. En vapo, ça devient plus difficile à évaluer, mais on se rappelle la règle du 3 + 4 = 7 (3 secondes sur chaque bras; 4 secondes respectivement sur le torse et le dos; 7 secondes sur chaque jambe, incluant les pieds).

4. Zones fragiles
On tartine ou vaporise sa protection solaire 20 minutes avant de sortir. «Il est très important aussi de protéger le contour des yeux et les lèvres. Vous pouvez appliquer sans problème votre écran visage sur ces zones ou opter pour un stick destiné aux parties plus sensibles», précise Mme Mouawad.

5. Pas de cumul
Utiliser deux produits superposés (par exemple une crème de jour à FPS 15 et un fond de teint aussi doté d’un FPS 15) ne fait pas s’additionner leur indice de protection. Les effets des FPS ne sont pas cumu- latifs, à moins d’appliquer sur le visage une poudre minérale, qui agira comme une légère protection supplémentaire, tout au plus. Autrement, c’est le produit au dont le FPS est le plus élevé qui l’emporte.

6. Attention à la date!
Peu de gens le savent, mais les produits solaires ont une date d’expiration imprimée sur le tube ou gravée dans le contenant. Cette date est importante, vu qu’un produit solaire expiré n’a plus la même efficacité. Il semble que l’utilisation qu’on fait du produit solaire est également à considérer. «Si on le laisse dans un sac de plage en plein soleil pendant 10 jours, la chaleur et le rayonnement peuvent l’altérer et en diminuer l’efficacité. Par mesure de sécurité, on préfère dire que tout produit solaire ouvert doit être utilisé dans la même année, jusqu’à concurrence de la date de péremption», indique David Durand.

FPS URBAIN

Deux options pour se protéger des rayons sans bousiller son maquillage:

1. Utiliser un écran compact minéral comptant un FPS, dont la texture fondante rappelle celle du fond de teint.

2. Opter pour une bruine si fine qu’elle dépose l’écran solaire de façon invisible sur le visage sans qu’on doive faire pénétrer le produit, donc sans gâcher sa mise en beauté.

 

 

1.Produit chouchou des dermatologues, cet écran performant a été reformulé pour rendre sa texture plus fluide et fondante. On l’aime encore davantage!
Crème fondante Anthelios XL FPS 50, de La Roche-Posay (30 $; laroche-posay.ca).
2. Ce soin minéral ultraléger peut être appliqué après des traitements cosmétiques. Coup de cœur pour son subtil parfum d’agrumes. En plus, il est confectionné par une entreprise d’ici.
Écran solaire 100 % minéral FPS 50, de Functionalab (50 $; functionalab.com).
3. La marque québécoise Attitude fabrique des écrans minéraux biodégradables qui ont un impact minimal sur la vie aquatique. Bravo! Celui-ci, sans parfum, s’emploie sur le visage et le corps.
Crème solaire minérale visage et corps FPS 30, d’Attitude (15 $; labonneattitude.com).
4. Pour un excellent rapport qualité-prix, on met la main sur cet écran solaire FPS 50 non gras. Sa bouteille à embout pistolet facilite l’application (série limitée).
Spray protection élevée Photoderm FPS 50, de Bioderma (36 $; bioderma.ca).

 

photos: THIEMO SANDER
stylisme: CLAIRE SIBILLE
direction beauté: VIRGINIE DOLATA



Catégories : Beauté / Soins
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine