Entrepreneuriat au féminin: les cosmétiques écolos et véganes de BKIND

11 Sep 2020 par Sophie St-Laurent
Catégories : Beauté / Soins / Véro-Article
Icon

Une maîtrise en microbiologie en poche, une peau réactive qui ne s’apaise qu’avec de simples produits faits maison et 5000 $ d’économies. Voilà la genèse de BKIND, la marque de cosmétiques écolos et véganes lancée par Marilyne Bouchard.

«Déçue de ce que je trouvais en pharmacie, j’ai commencé à fabriquer mes propre baumes et crèmes de soin à la maison relate-t-elle. Comme j’ai expérimenté des bienfaits immédiats sur ma peau capricieuse, l’idée d’en faire profiter les autres a germé.» Il n’en fallait pas plus pour qu’elle monte sa petite affaire, y consacrant tous ses temps libres alors qu’elle travaillait pour une société pharmaceutique. «J’ai pris la meilleure décision de ma vie il y a trois ans en choisissant de m’investir à 100 % dans ma marque. Ça a fait passer BKIND d’une boîte quasi confidentielle à une véritable entreprise», se félicite-t-elle.

Pour l’élaboration de ses potions nettoyantes, hydratantes, exfoliantes et apaisantes, la créatrice imagine des mélanges performants à base d’ingrédients végétaux aux propriétés éprouvées: argile rose, hydrolats de fleurs, aloès, huile d’argan et beurre de karité révèlent leurs pouvoirs dans ses petits pots. Parmi ses articles les plus vendus, elle cite les éponges faciales Konjac, pour nettoyer le visage sans savon, et ses populaires exfoliants (NDLR: celui à la canneberge et à l’hibiscus est divin!).

Impossible de nier que le parcours scientifique de Marilyne a été son meilleur allié. «Mon but était de créer des cosmétiques naturels, mais je les voulais évidemment très sécuritaires.» C’est pour cette raison que les laboratoires partenaires qu’elle a choisis sont régis par de bonnes pratiques de fabrication (comme dans le secteur pharmaceutique) et qu’elle soumet tous ses lots à des tests microbiologiques pour garantir leur stabilité. «C’est plus cher, mais on s’assure ainsi d’une qualité irréprochable.»

Au-delà de ce qu’il y a dans les contenants, l’entrepreneure avait aussi à cœur de mettre de l’avant ses valeurs environnementales. Tous les produits BKIND sont donc fabriqués localement et présentés dans des emballages recyclables ou compostables. «Chaque mois, nous remettons 2 % de nos ventes à un refuge ou à une organisation qui vient en aide aux animaux», souligne Marilyne.

Depuis peu, les fans de BKIND ont de quoi se réjouir: l’entreprise a maintenant pignon sur rue à Montréal. Dans un décor minimaliste, on trouve les essentiels de la marque. «Mon modèle d’affaires était basé sur la vente en ligne et la distribution dans des boutiques triées sur le volet, mentionne la fondatrice. Ça fonctionnait super bien, mais c’est l’engouement pour le zéro déchet qui m’a convaincue d’avoir une vitrine!» BKIND est donc la première marque de soins corporels à vendre ses produits en vrac en magasin, des lotions pour la peau jusqu’au dissolvant à vernis! En plus des cosmétiques, on y propose en exclusivité les nouveaux produits biodégradables KIND Home pour l’entretien ménager. 3455, boul. Saint- Laurent, Montréal. bkind.ca

Photos: Maude Chauvin

À lire aussi:

 



Catégories : Beauté / Soins / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine