Faux ongles et vernis semi-permanents: gare aux excès!

06 Juil 2016 par Manon Chevalier
Catégories : Beauté / Ongles
Icon

Plus populaires que jamais, les faux ongles en gel et
 en acrylique camouflent nos petits défauts et nous font des mains divines. Hélas, ils ne sont pas sans risques. Quelques conseils pour éviter le pire.

Quelle que soit la technique utilisée, l’ongle doit être limé et poncé pour faciliter l’adhérence des matières. Or, ces étapes amincissent la couche supérieure de l’ongle, qui devient plus mou et moins résistant aux agressions chimiques et aux risques d’infection.
Solution: On s’assure d’un ponçage en douceur et on refuse le recours à une ponceuse électrique.

La résine ou la colle utilisée peut rendre la kératine moins résistante aux infections à champignons, comme l’onychomycose. Infecté, l’ongle épaissit et devient jaune, brun ou verdâtre.
Solution: On retire immédiatement les faux ongles et on consulte sans tarder le médecin ou le dermatologue, qui nous prescrira un traitement antifongique adéquat.

Le durcissement du vernis en gel nécessite l’exposition de nos mains sous une lampe UV. Bien que minimes, les risques qui y sont associés ne sont pas négligeables, selon les experts.
Solution: On applique un écran solaire sur nos mains et on exige une manucure avec une lampe DEL ou à exposition rapide. On peut aussi enfiler des gants qui bloquent les rayons ou encore s’en tenir à une manucure classique.

Cure détox

Faut-il laisser respirer nos ongles entre les poses de vernis classique, semi-permanent ou de faux ongles? «Oui, affirme Maryse Trieu, manucuriste et maquilleuse chez Bota Bota, qui s’empresse de préciser que l’ongle est composé de cellules mortes, qui ne respirent pas. Par contre, l’application répétée de vernis semi-permanent suivie d’un stripping [retrait à l’acétone] et la pose de faux ongles réduit considérablement le film hydrolipidique et une partie de la plaque de kératine, ce qui nuit à la santé et à la résistance de l’ongle. Une manucure au gel ou au shellac et la pose de faux ongles,
à l’occasion, c’est bien, dit-elle. Mais il ne faut pas y recourir
en permanence. Mieux vaut faire une pause de quelques jours 
à une semaine, entre les séances, selon l’état de nos ongles.»
 On en profite alors pour les hydrater et soigner les cuticules avec une huile ou une crème nourrissante, et pour les lustrer naturellement à l’aide d’un bloc polissoir.

Consultez notre dossier complet L’été de tous les vernis dans notre magazine d’été, en kiosque.

Photo: Stocksy

Lire aussi: 5 faux pas qui désespèrent les coiffeurs



Catégories : Beauté / Ongles
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine