Entrepreneuriat au féminin: La Maison Lavande

03 Sep 2020 par Sophie St-Laurent
Catégories : Beauté / Véro-Article
Icon

L’idée de consommer local fait son chemin jusque dans notre trousse beauté. Et si on y ajoutait aussi des valeurs féministes? On visite La Maison Lavande, gérée par une mère et ses deux filles.

Si les champs de lavande sont encore en friche à Saint-Eustache, il n’est pas question pour Nancie Ferron et ses deux filles Marjolaine et Florence de se reposer sur leurs lauriers. Avec 80 employés, 6 boutiques de produits de soins corporels et d’entretien, ainsi que d’innombrables projets en chantier, La Maison Lavande est loin de chômer.

Pour la petite histoire, c’est en 2006, après un voyage en Provence, que Nancie Ferron et Daniel Joannette – un couple de journalistes – font le pari de tester la culture de la lavande sur la Rive-Nord de Montréal. Surprise: ça a fonctionné! Si bien que cette jolie ferme qui bleuit le panorama tous les étés est devenue un des lieux les plus «instagrammables» du Québec. «On invite les gens à faire une pause en observant les plants danser au vent. On vient chez nous pour se prélasser, piqueniquer, méditer ou se promener en dégustant une glace à la lavande!» lance Nancie. L’accueil aimable n’est pas étranger au fait que cette adresse agrotouristique a vu défiler pas moins de 50 000 visiteurs dans ses champs mauves l’été dernier…

Pour produire les fleurs et concocter une gamme de petits pots à base de lavande fine, le couple d’agriculteurs est épaulé depuis cinq ans par une belle relève. Florence (qui peaufine l’image de marque) et Marjolaine (qui excelle en matière de réseaux sociaux) s’investissent avec leur mère dans l’élaboration des produits et la gestion des boutiques, tandis que le discret Daniel a les deux mains dans la terre. «Ce qui est drôle, c’est qu’on a dû faire valoir nos candidatures auprès de nos parents: on a passé de vraies entrevues pour expliquer ce qu’on allait apporter à l’entreprise», relate Florence en riant.

À ce propos, les parents ne se sont pas trompés! «Nos filles ont fait beaucoup pour la marque, souligne Nancie. Et dès qu’elles sont arrivées, nous avons exploité nos valeurs familiales.» Par exemple, le terme «Maison» dans la raison sociale désigne à la fois une maison de parfumerie et un lieu de rassemblement. «On a décidé d’être authentiques dans nos communications et de partager beaucoup de choses personnelles avec notre clientèle, dit Marjolaine. Ça crée une proximité, un réel sentiment d’attachement. On peut d’ailleurs lire nos péripéties sur le blogue et les gens peuvent nous suivre au quotidien grâce aux publications sur notre compte Instagram.»

La lavande, cette plante aux mille vertus (antiseptique, cicatrisante, antibactérienne, apaisante, etc.) sur laquelle la famille a tout misé sert à fabriquer plus de 150 produits naturels à 95 %. Sur les étalages de la parfumerie, on trouve d’odorants sachets de fleurs séchées, des savonnettes, des eaux de linge, mais aussi des produits insolites, comme un génial exfoliant moussant au sucre, qui nettoie et hydrate, et une relaxante poudre lactée pour le bain. En constant bouillonnement, le trio révise ses classiques et imagine de nouveaux assemblages – comme le dernier-né, qui marie la lavande et la noisette et dont le parfum est absolument craquant!

902, chemin Fresnière, Saint-Eustache. maisonlavande.ca

À lire aussi:

 



Catégories : Beauté / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine