Perte des cheveux : 5 choses importantes à savoir

Perte-de-cheveux
14 Sep 2019 par Andréa Sirhan Daneau
Catégories : Beauté / Véro-Article
Icon

La chute des cheveux peut avoir un grand impact sur l’estime de soi ; après tout, c’est de notre apparence dont il est question!

On s’entretient avec Elisabeth Gagnon, formatrice et experte nationale chez Phyto Paris, pour reconnaître les signes de l’alopécie et prendre le taureau par les cornes.

1. Toute chute de cheveu est due à un déséquilibre.

Normalement, on perd entre 50 et 100 cheveux par jour ; les fibres capillaires en dernière phase de vie représentent alors 15 % de notre « capital cheveu ». La transition entre la croissance et la chute se fait naturellement sur une période de deux à quatre mois. Les cheveux tombés seront par la suite remplacés par de nouvelles racines et le cycle naturel suivra son cours. On parle d’alopécie lorsque cet équilibre est déréglé et que la portion des cheveux en chute excède 15 %.

2. Les causes et la survenance diffèrent chez l’homme et la femme.

Chez le jeune homme, la perte des cheveux est majoritairement liée à l’alopécie androgénétique. « L’augmentation de l’androstanolone (DHT), une hormone dérivée de la testostérone, accélère le cycle de vie du cheveu », explique l’experte. « Non seulement les nouvelles fibres capillaires vont vivre moins longtemps (18 mois au lieu de 2 à 4 ans), mais ce rythme effréné vient également réduire la taille des follicules pileux, qui produisent de nouveaux cheveux beaucoup plus minces et fins. » Les tempes vont commencer à se dégarnir de façon graduelle dès l’âge de 18 ans, avec une aggravation de la condition jusqu’à 35 ans. Chez l’homme plus âgé, l’alopécie survient aussi graduellement, mais à l’arrière de la tête plutôt que sur le crâne.

Chez la femme, l’alopécie survient de façon réactionnelle. « Les facteurs qui perturbent la croissance des cheveux sont nombreux : stress, accouchement, nouvelles habitudes alimentaires, maladie, etc. », affirme Mme Gagnon. « Les signes sont très visibles et apparaissent de façon brutale. Il y a des cheveux dans la douche, sur l’oreiller, sur la brosse et même dans les mains après le coiffage. En peu de temps, la femme peut perdre jusqu’à 30 % de sa chevelure. »

3. Il est important de la traiter rapidement.

Puisque l’alopécie est causée par des facteurs génétiques et externes, on ne peut la prévenir. Par contre, on peut limiter les dégâts et maximiser l’efficacité du traitement en agissant vite. Selon la formatrice, la clé est d’intervenir avant que les follicules pileux n’arrivent plus à faire pousser de nouveaux cheveux : « Parce que l’alopécie survient graduellement chez l’homme, il est souvent trop tard lorsque ce dernier s’en rend compte. Sans traitement, un homme atteint d’alopécie génétique peut être complètement chauve à 35 ans ! L’idéal est de ne pas attendre que le cycle du cheveu soit complètement déséquilibré avant d’agir. »

[ À lire aussi: 10 soins et produits de beauté pour les cheveux fins et clairsemés ]

4. Il est possible de faire repousser les cheveux.

On veut densifier les cheveux et freiner leur chute, mais surtout, en faire pousser des nouveaux ! Au moment de choisir son traitement, on recherche des ingrédients qui désamorcent la phase de détachement et activent la phrase de croissance de la fibre capillaire, qui augmentent sa résistance et qui ne provoquent pas d’effets indésirables. L’experte nationale de Phyto Paris recommande le nouveau traitement Phytonovathrix de la marque : « Après les trois mois du traitement, on observe de 5000 à 6000 nouvelles fibres capillaires. » Intéressant !

5. On peut contribuer à la santé des cheveux en changeant nos habitudes au quotidien.

Pour donner un coup de main au traitement, on doit bannir les irritants en tout genre. « Les shampoings contenant beaucoup de détergents et les shampoings secs peuvent engorger le cuir chevelu et altérer la fibre capillaire », explique Elisabeth Gagnon. « Le soleil et la chaleur des outils coiffants peuvent également causer des dommages aux cheveux ; l’idéal est de les couvrir avec un chapeau à l’extérieur et d’utiliser un protecteur thermique avant le séchage. Finalement, les coiffures qui sont trop tirées, comme une queue de cheval ou un chignon, sont également à proscrire pour un cuir chevelu en santé. »



Catégories : Beauté / Véro-Article
1 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Toutou dit :

    Moi j’ai perdu mes cheveux sur le dessus de la tête soit la moitié du haut de la tête. L’aculponcture laser avec des injections de cortisones ont refaits pousser la quasi totalité de mes cheveux en 10 mois.

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine