L’ABC de la voiture électrique : quoi savoir avant d’en acheter une

03 Mai 2021 par Unpointcinq
Catégories : Environnement / MSN
Icon

La voiture électrique gagne de plus en plus d’adeptes. Mais est-elle adaptée à vos besoins? Si l’idée d’en acheter une vous trotte dans la tête, voici un petit cours 101 avant de passer chez le concessionnaire.

Produit par 

Par Aurélie Lagueux-Beloin

De plus en plus de Québécois font le saut vers la voiture 100 % électrique. On compte désormais plus de 41 000 de ces voitures sur les routes de la province, un chiffre qui double chaque année depuis 2015. Munis d’une plaque d’immatriculation verte, ces véhicules n’émettent pas de gaz à effet de serre (GES) lorsqu’ils circulent, mais leur fabrication produit une grande quantité de CO2, bien plus que celle de la voiture à essence. Cependant, au Québec, grâce à l’hydroélectricité, la voiture électrique compense ce désavantage après trois ans d’utilisation.

Infographie : Marie Leviel

Pas question de rester en panne

Pour bien des acheteurs potentiels, la question de l’autonomie est la principale source d’inquiétude. Beaucoup se voient en panne sur le bord de l’autoroute sans borne de recharge à l’horizon, d’autres craignent de ne pouvoir faire qu’un nombre limité de kilomètres avant que la batterie tombe à plat.

On ne se le cachera pas : conduire électrique, c’est adopter de nouvelles habitudes. Toutefois, les risques de vider la batterie pour les déplacements quotidiens sont faibles : nous faisons en moyenne 40 kilomètres par jour pour nous rendre au travail et en revenir. Ajoutez-en quelques-uns pour les courses, les activités des enfants et autres, et vous restez largement en deçà des capacités affichées par les modèles sur le marché. Les moins performants offrent au moins 175 km d’autonomie.

Les voitures électriques disponibles à l’achat au Québec

Sources: Guide de consommation de carburant 2020, Ressources naturelles Canada ainsi que les sites web des différents concessionnaires

Autre souci des automobilistes : l’hiver. Qu’en est-il des performances des véhicules électriques pendant la saison froide? Sont-ils frileux? Clarifions d’abord un point : que vous ayez une voiture électrique ou à essence, vous consommez plus en hiver. Le froid affecte l’efficacité énergétique de tous les véhicules. « Si vous roulez électrique, nous recommandons que l’autonomie de votre véhicule soit le double de vos déplacements quotidiens », indique Martin Archambault, porte-parole de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ). Si vous faites une soixantaine de kilomètres par jour, vous pouvez donc dormir sur vos deux oreilles.

Une question de budget

Si leur avantage sur le plan climatique n’est plus à démontrer, il reste que les voitures électriques coûtent cher. Les adeptes soutiennent que c’est un investissement qui se rentabilise en quelques années. Nous avons comparé une voiture familiale de petite taille, la Soul de Kia, à son équivalent électrique, la Soul EV, afin de tirer l’histoire au clair.

Le prix d’achat de la Soul EV est deux fois plus élevé que celui de la Soul à essence. Le modèle électrique dispose cependant d’un atout non négligeable : des rabais à l’achat offerts par les gouvernements qui peuvent atteindre jusqu’à 13 000 $ pour l’achat d’un véhicule neuf. Grâce à ceux-ci, l’écart s’amenuise : la Soul EV est maintenant 8 000 $ plus cher que le modèle à essence. Notez aussi que vous pouvez bénéficier d’une réduction de 4000 $ à l’achat d’une voiture électrique usagée.

Il existe d’autres petits avantages à rouler en voiture entièrement électrique. Vous n’avez pas à acquitter le péage sur l’A25 et l’A30, vous avez accès à des voies réservées, vous pouvez prendre les traversiers à l’œil et vous pouvez même vous stationner gratis dans certaines villes, dont Victoriaville et Saint-Jérôme.

Le grand avantage économique des voitures électriques tient à leur coût d’usage. En effet, pour 20 000 kilomètres, en rechargeant la Soul EV principalement à la maison, on épargne plus de 1200 $ sur le carburant traditionnel. Si vous faites cette distance annuellement, vous amortirez la différence du prix d’achat en moins de sept ans.

De plus, la voiture électrique permet d’économiser sur l’entretien : plus besoin de faire les changements d’huile ou de liquide de refroidissement ni de changer courroies, bougies, filtres et autres pièces mécaniques (on en dénombre une vingtaine dans un moteur électrique contre de 1000 à 2000 dans un moteur à essence).

Modèle électrique vs modèle à essence

On se branche

Faire le plein en version électrique, ça se prévoit un peu, car il ne suffit pas de trouver une station-service. Ça peut prendre de quelques minutes à quelques heures, tout dépendant du type de borne de recharge et de la capacité de votre batterie (plus elle est grosse, plus c’est long).

Hydro-Québec estime que 90 % des propriétaires de voitures électriques les rechargent à la maison. Dans ce cas, il suffit de la brancher dans une prise « ordinaire » de 120 volts, comme on le ferait avec n’importe quel appareil électrique. Votre voiture consomme alors autant d’électricité qu’un climatiseur de 1400 watts. C’est une option très pratique… mais on ne se le cachera pas : ça prend du temps, jusqu’à huit heures pour une recharge complète.

Si vous êtes pressés, passez à une borne de 240 volts qui est de trois à cinq fois plus rapide. Elle peut recharger 40 km d’autonomie à l’heure. Cette borne doit être installée à l’extérieur de la maison ou dans le garage et son installation coûte de 800 $ à 1200 $ (Transition Québec offre une aide à l’achat de 600 $). Ce type de bornes est aussi disponible en libre-service dans les réseaux de bornes publiques comme le Circuit électrique et le réseau FLO.

Pour les impatients, il existe des bornes encore plus rapides. À courant continu de haute puissance dont la tension dépasse 400 volts, elles rechargent 250 km d’autonomie à l’heure. Impossible de s’en faire installer une à la maison, mais vous en trouverez dans le réseau des bornes publiques.

Alors, prêt à faire le saut vers la voiture électrique? Si oui, il ne vous reste plus qu’à choisir le modèle… et à faire preuve de patience, puisqu’il faut compter en général de 6 à 12 mois avant la livraison.

À lire aussi :

 



Catégories : Environnement / MSN
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine