Les 10 retombées positives de l’action face aux changements climatiques

03 Juin 2019 par Équipe VÉRO
Catégories : Environnement
Icon

C’est la face cachée de la lutte aux changements climatiques : les gestes posés par les Québécois afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre ou de s’adapter aux nouvelles réalités du climat produisent des retombées positives à la pelle!

PRODUIT PAR

Par: Geoffrey Dirat

Unpointcinq en a dénombré 10 dans la littérature scientifique qui seront dorénavant mises en évidence dans chacun de nos contenus.

Amélioration de la santé mentale, réduction des coûts d’exploitation ou encore maintien de la biodiversité. Dans le jargon des économistes, on appellerait ça les « externalités positives » de la lutte aux changements climatiques ou, si vous voulez, ses bienfaits par ricochet. Chez Unpointcinq, on préfère plutôt parler de « retombées positives ».

Rien de mieux qu’un exemple : se déplacer à vélo au lieu de prendre sa voiture, on le sait, ça réduit les gaz à effet de serre (GES). Mais ça diminue aussi les émissions de particules fines rejetées dans l’atmosphère par les gaz d’échappement, à l’origine de maladies respiratoires comme l’asthme ou la bronchite chronique. De plus, en pédalant, on se maintient en forme, ce qui entraîne une réduction des risques de maladies cardiovasculaires.

L’action climatique – remplacer la bagnole par le bicycle – produit donc des retombées positives sur l’environnement, la santé publique et la santé personnelle.

Ça semble évident quand on le lit, comme ça, mais cette réalité passe souvent inaperçue. Ce ne sera plus le cas sur Unpointcinq, où nous signalerons systématiquement les retombées positives des actions climatiques mises de l’avant dans nos contenus. Nous les avons regroupées en 10 thèmes qui recoupent la qualité de vie, le développement économique et l’environnement. Ils sont symbolisés par les icônes ci-dessous, qui figureront sur nos articles.

Un Québec en santé

Agir face aux changements climatiques, c’est réduire les risques sanitaires qui y sont associés. Le lien entre l’augmentation des températures et les taux de mortalité ou de morbidité est bien établi. Autrement dit, moins de réchauffement équivaut à moins de maladies et de décès.

Retombées positives de l’action face aux changements climatiques : diminution des risques en santé

Dans le même ordre d’idée : plus les étés s’allongeront, plus la saison des allergies se prolongera et plus certaines plantes, comme l’herbe à poux, proliféreront. Les concentrations en pollen et autres allergènes sont aussi plus élevées en cas de chaleur extrême. Elles peuvent alors déclencher des crises d’asthme, une maladie dont souffrent quelque 630 000 Québécois.

Bien dans sa tête

Être bien sur sa planète, c’est aussi être bien dans sa tête, car les changements climatiques irritent notre santé mentale. Parlez-en à ces riverains du fleuve Saint-Laurent rendus anxieux par l’érosion côtière, comme à Sainte-Flavie, aux victimes des inondations printanières ou au Québécois sur cinq qui déclare que sa santé mentale est affectée en période de canicule. Passer à l’action climatique permet de changer la donne : moins les températures sont élevées, moins les problèmes de santé mentale se manifestent.

Retombées positives de l’action face aux changements climatiques : santé mentale

Comment? Le verdissement urbain constitue l’une des avenues principales d’adaptation aux changements climatiques, notamment parce que les arbres font office de climatiseurs naturels. Les espaces verts en ville contribuent en même temps à la réduction du stress et des symptômes de dépression en induisant bonne humeur et vitalité, relève une étude de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Chez les enfants, ils favorisent le calme, l’attention et la concentration en milieu scolaire.

Bien dans son corps

Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour le climat. Le transport actif est l’une des options pour réduire l’empreinte carbone de nos déplacements. Plus efficaces que l’auto sur les distances de moins de 3 km, la marche et le vélo maintiennent aussi en forme. Comme le rappelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS), marcher ou pédaler renforce nos muscles et notre capacité respiratoire, réduit les problèmes de surpoids et le risque d’infarctus, stimule le système immunitaire et diminue la probabilité d’accident vasculaire cérébral. Rien que ça!

Retombées positives de l’action face aux changements climatiques : santé physique

L’INSPQ a étudié les espaces verts à Montréal et à Québec, et a montré qu’ils encouragent l’activité sportive et réduisent ainsi le risque de maladies vasculaires cérébrales et de diabète. Des chercheurs américains ont quant à eux démontré que les enfants vivant à proximité d’une forêt sont moins susceptibles que les autres de souffrir de surpoids et d’obésité parce qu’ils passent moins de temps devant un écran, entre autres.

 

Mieux vivre ensemble

Tous ensemble plutôt que seul dans son coin. Les projets d’adaptation aux nouvelles réalités du climat, comme les ruelles vertes ou les corridors de biodiversité en milieu urbain, renforcent le tissu social et le bien-être communautaire. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les billets de notre blogueur Emmanuel Rondia.

Retombées positives de l’action face aux changements climatiques ; bien-être communautaire

Sur une note moins joyeuse, plusieurs études établissent un lien entre changements climatiques et hausse de la violence, en général. L’une d’entre elles estime même que des températures plus chaudes et des précipitations plus abondantes pourraient générer 14 % de conflits sociaux en plus. À nous de jouer pour maintenir la paix!

 

Création d’emplois

Le fait est assez rare pour qu’on le souligne : la Confédération des syndicats nationaux (CSN), le Conseil du patronat du Québec, des environnementalistes et des chercheurs sont unanimes. Réunis au sein d’un groupe de travail sur la main-d’œuvre, ils affirment dans un rapport publié en janvier 2018 que la transition vers une économie sobre en gaz à effet de serre s’accompagnera de création d’emploi additionnelles, particulièrement dans le bâtiment, l’électrification des transports et les énergies alternatives. Dans un avenir plus ou moins proche, peu de pertes d’emplois seraient à prévoir et seuls les secteurs du transport, de la construction et des énergies fossiles seraient concernés.

Retombées positives de l’action face aux changements climatiques ; création d’emplois

L’Organisation internationale du travail est du même avis. Son dernier rapport sur le sujet montre que les actions visant à limiter le réchauffement climatique à 2 °C vont créer quelque 24 millions d’emplois et en feront disparaître environ 6 millions.

 

Un Québec prospère

Moins de GES égale plus de prospérité? Toujours selon l’étude du groupe de travail sur la main-d’œuvre, « les gains en efficacité énergétique qui découleront de la transition pourraient accroître la productivité globale de l’économie québécoise et, par conséquent, contribuer à la richesse du Québec ». L’hydroélectricité constitue un atout pour les entreprises québécoises. « Des industries sont clairement bien placées pour profiter de cet avantage comparatif », avance l’Institut du Québec (IdQ) dans un récent rapport qui mentionne le secteur manufacturier, celui de l’aluminium et les centres de données.

Retombées positives de l’action face aux changements climatiques : création de richesse

Des entreprises un peu partout dans le monde choisissent désormais leurs fournisseurs en fonction des GES qu’ils émettent, souligne par ailleurs l’IdQ. Grâce à l’hydroélectricité, une source d’énergie qui n’en émet pas, les entreprises d’ici sont mieux positionnées à l’international que leurs concurrentes des États-Unis, par exemple, où le charbon et le gaz naturel comptent pour 63 % de la production électrique.

 

Une société plus productive

Au Québec, les impacts climatiques et les retombées positives du marché du carbone, créé en 2013 et rejoint par la Californie en 2014, n’ont pas encore été évalués, faute de recul. Mais de l’autre côté de l’Atlantique, si. Entre 2005 et 2018, les 14 000 sites industriels sous le couvert de la bourse européenne du carbone ont réduit leurs émissions de gaz à effet de serre de 26 % en moyenne.

Retombées positives de l’action face aux changements climatiques : amélioration de la productivité

Selon une étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les entreprises qui ont dû payer pour en émettre affichent des revenus de 7 à 18 % supérieurs à ce qu’ils auraient été autrement. Leurs actifs ont également crû de 6 à 10 % entre 2005 et 2012. Les auteurs constatent que les entreprises ont été amenées à revoir leurs procédés et à investir dans de nouvelles technologies, ce qui leur a permis d’améliorer leur productivité.

 

Plus dans nos poches

Privilégier le transport actif ou collectif au lieu de prendre la voiture économise des GES, mais aussi des frais d’essence et d’entretien, ainsi que du temps perdu dans les embouteillages. Et c’est bien connu, le temps, c’est encore de l’argent ! Besoin d’un autre exemple ? Chez soi, rien qu’en changeant ses fenêtres, on agit pour le climat et on réduit sa facture énergétique.

Retombées positives de l’action face aux changements climatiques : plus dans nos poches

Bien qu’elle varie selon les secteurs d’activité, la facture énergétique des entreprises est, elle aussi, intimement liée à leur empreinte carbone. En remplaçant le gaz naturel, le diesel ou le mazout par des granules de bois (pour produire de l’électricité) ou des panneaux solaires thermiques (pour le chauffage), les entreprises réduisent leurs coûts d’exploitation et leur bilan climatique.

 

Moins de pollution

D’après Ressources naturelles Canada, l’exploitation et la consommation d’énergies fossiles sont responsables de 78 % des gaz à effet de serre dans le monde. Si on veut les réduire, il faut se tourner vers des énergies renouvelables et cette transition se traduira par une baisse de la pollution atmosphérique. La combustion d’énergies fossiles telles que le charbon, le gaz naturel ou le pétrole contribue en effet à la formation de particules fines, d’ozone, de smog et de pluies acides.

Retombées positives de l’action face aux changements climatiques: baisse de la pollution

Voilà pour l’atmosphère. Et sur la terre ferme? On sait maintenant que le bio, c’est bon non seulement pour la santé, mais aussi pour le climat. L’agriculture biologique présente « un potentiel considérable pour atténuer le changement climatique et s’y adapter », confirme l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Sans pesticides, ni herbicides et engrais chimiques, les sols, les cours d’eau et les nappes phréatiques sont par ricochet moins pollués.

 

Protection de la biodiversité

La sauvegarde des forêts, des océans, ou des milieux humides comme les tourbières permet de capter davantage de carbone, mais aussi de préserver l’habitat des nombreuses espèces qui y vivent et, donc, la vitalité de ces écosystèmes. Inversement, le maintien de la biodiversité constitue une action de lutte aux changements climatiques (stockage de CO2, réduction des risques d’inondation, limitation de l’érosion côtière, etc.).

 

Ce reportage provient du site unpointcinq.ca, média de l’action face aux changements climatiques au Québec.
Illustration principale :  Marie Leviel

 

À lire: 

Petit geste deviendra grand

Les gaz à effet de serre, c’est quoi ?

5 alternatives aux pailles de plastique jetables



Catégories : Environnement
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine