Meuble du Québec: une signature d’ici pour la planète

18 Jan 2019 par Charlotte Mercille
Catégories : Décoration / Environnement / Maison

Grâce à la nouvelle signature «Meuble du Québec», il est maintenant possible de dénicher plus facilement du mobilier fait local. L’insigne qui regroupe déjà près d’une centaine de fabricants déboulonne les mythes entourant l’industrie du meuble.

Quand on sait que 86 % des Québécois ont de la difficulté à trouver du mobilier fabriqué près de chez eux, une étiquette comme « Meuble du Québec » arrive à point. Sur une base volontaire, les producteurs peuvent maintenant apposer la signature sur leur collection pour se démarquer à l’étalage et sur le web.

« Ce n’est pas une certification comme Aliments du Québec, mais les détaillants peuvent l’utiliser pour orienter leurs clients vers des options de proximité qui conviennent à leurs budgets », précise la directrice des communications de l’Association des fabricants de meubles du Québec (AFMQ), Marie-Eve Boucher. Pour être admissible, le mobilier doit simplement être conçu par une entreprise inscrite au Registraire des entreprises du Québec.

Meubles de la marque Huppé

Exit, les clichés !

De nombreuses idées préconçues s’accrochent toujours aux meubles québécois, comme le style artisanal, le prix coûteux ou encore le manque de variété. « Beaucoup de gens ont encore une vision folklorique du secteur. On voit au contraire de plus en plus d’artisans exceller dans une panoplie de styles, allant du très design au plus traditionnel », observe Marie-Eve Boucher.

En concurrence aux géants chinois de la manufacture mondiale, les entreprises québécoises misent sur la qualité et la longue durée de vie de leur design. De l’essence de bois aux couleurs de finition, on personnalise aussi plus facilement une pièce en faisant affaire avec un marchand de quartiers. À l’inverse, d’autres se sont mis à la production de pièces en série. À assembler chez soi, ces dernières rivalisent avec les IKEA de ce monde.

Meubles de la marque Vanico Maronyx

Un choix vert, l’achat local ?

On fait d’une pierre deux coups en se procurant des meubles fabriqués localement, car ils sont aussi confectionnés pour la plupart dans le respect de l’environnement. L’achat local limite la pollution causée par le transport de marchandises et dure plus longtemps. « On remplace moins souvent les meubles achetés ici, car ils sont souvent conçus pour avoir une plus longue durée de vie », explique Marie-Eve Boucher, directrice des communications de l’AFMQ.

Les meubles importés sont de plus produits dans des usines aux normes environnementales différentes de celle du Canada, qui se révèlent souvent dévastatrices. « Quand on sait qu’il y a énormément de composantes de bois dans cette industrie, les risques de déforestation massive sont très grands », indique la porte-parole.

Romano Inc., s’évertue notamment à choisir de la matière première issue de sources responsables. Le fabricant a notamment lancé un sofa sans produit synthétique et aux tissus certifiés biologiques. Le bois de son usine provient quant à lui du Québec ou de la Colombie-Britannique.

Acheter québécois encourage également une gestion plus efficace des déchets générés par l’industrie. Le détaillant montréalais M2GO s’est d’ailleurs doté d’une politique verte pour toute sa chaîne d’approvisionnement qui vise à réduire le transport et les pertes.  « Nous ne jetons aucun meuble, alors que beaucoup de multinationales ne prennent pas toujours la peine d’inspecter et de revendre les retours », affirme Vincent Gagnon, cofondateur de la boutique M2GO. Ce qui ne peut être récupéré est autrement donné aux moins nantis par l’entremise de la Fondation Les Auberges du Coeur.

On peut planifier sa prochaine séance de décoration en consultant le site web de la bannière « Meuble du Québec » où tous les fabricants participants sont répertoriés. « On espère créer un mouvement », s’enthousiasme Marie-Eve Boucher.

Pour connaître les détaillants participants et en savoir plus sur l’initiative, consultez le site web officiel : www.meubleduquebec.com/fr/.

À lire aussi:

Voyager de façon écoresponsable

Un gobelet, zéro déchet

5 alternatives aux pailles de plastiques jetables

Photo principale : Mobican



Catégories : Décoration / Environnement / Maison
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine