Comment j’ai retrouvé la magie de Noël

magie-noel-mamie
13 Déc 2021 par Michèle Beauchamp
Catégories : Famille / MSN / Noël / Véro-Article
Icon

Une mamie nous parle de son attachement à Noël... et de la transmission de sa passion.

Je suis une vraie freak de Noël! Dès le 1er novembre, je frétille d’impatience à l’idée de décorer mon arbre de Noël, d’écouter mes CD de Noël, de consulter mes livres de recettes de Noël, de poser sur la table d’appoint mes magazines de Noël. Bref, la totale… au grand désespoir de mon amoureux, qui doit composer avec ma belle folie.

Enfant, j’aimais le mystère qui entourait cette fête. À la seule pensée que le père Noël se tortillait dans la cheminée pour apporter ma poupée tant espérée, je jubilais! Sauf que… nous n’avions pas de cheminée, nous étions locataires d’un rez-de-chaussée. Peu importe, la magie opérait pour la petite fille que j’étais! Je conserve un souvenir impérissable de nos sapins aux glaçons scintillants décorés par papa, des desserts alléchants concoctés avec maman, des dizaines de cartes de vœux que nous écrivions aux amis et à la parenté, des catalogues que mon frère et moi parcourions pour dresser notre liste de cadeaux.

Hélas, dans mes années d’adolescence, les problèmes de jeu et de consommation de mon père ont teinté mes réveillons de tristesse et de malaise. Je gardais malgré tout l’espoir d’éprouver de nouveau, un jour, la fébrilité qui m’avait habitée durant mon enfance. La flamme s’est vivement rallumée lorsque, il y a une vingtaine d’années, j’ai mis la main par hasard sur une revue dans laquelle on annonçait l’ouverture des marchés de Noël en Alsace. J’avais déjà visité cette région, mais ces manifestations qui se déroulent pendant la période de l’avent m’étaient alors inconnues. Une véritable révélation pour moi! Il me fallait absolument partir à la découverte de ces villes et de ces villages courus tant par les résidents du lieu que par des gens venus de loin.

Un an plus tard, je foulais le sol alsacien. Dès mon arrivée à Strasbourg, j’ai été rassasiée au-delà de mes espérances. Mon regard ne savait où se poser tellement l’abondance de maisonnettes, disséminées un peu partout dans la ville, regorgeaient de décorations toutes plus jolies les unes que les autres. Je dois cependant admettre que, pour moi, la ville de Colmar remporte la palme à cet égard. Les marchés y sont aussi nombreux que dans la capitale alsacienne, mais à échelle plus humaine.

Outre ceux d’Alsace, j’ai aussi exploré les principaux marchés de Bavière, ainsi que ceux de Vienne et de Salzbourg, toujours avec le même enthousiasme. Et j’attends aujourd’hui le feu vert pour planifier ma prochaine virée. Je croise les doigts!

Si je me régale de tout ce qui entoure Noël, je dois avouer que j’apprécie tout autant les moments où je peux partager cette passion avec mes proches. Et qui de mieux pour plonger à fond dans l’aventure que ma petite-fille de six ans? Mon arbre, paré d’ornements choisis avec soin lors de mes voyages, attire son regard dès qu’elle entre dans le salon. Elle reconnaît tantôt le Petit Prince, tantôt Pierre Lapin. Elle caresse la gondole vénitienne, contemple la danseuse irlandaise. La crèche, fabriquée par son nonno (grand-papa, en italien) dans sa prime jeunesse, l’intrigue aussi, surtout les personnages de la Sainte Famille.

Je me réjouis de la voir admirer mon sapin de Noël, de regarder avec elle des films de Noël, de cuisiner en sa compagnie des biscuits de Noël. Ma relève semble assurée! Car s’il est un héritage que je souhaite lui léguer, c’est bien ma fascination pour tout ce qui concerne cette fête magique. Qui sait? Peut-être que la prochaine freak de Noël dans notre famille se prénommera Rafaelle…

À lire aussi : 

Photo : Getty Images



Catégories : Famille / MSN / Noël / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine