Comment parler de racisme avec son enfant?

09 Juin 2020 par Florence Dujoux
Catégories : Famille
Icon

Comment parler de racisme aux enfants, pour les informer et les conscientiser, tout en respectant leurs émotions?

Depuis le 25 mai, les images de l’interpellation de George Floyd et des manifestations contre le racisme circulent partout, et les discussions sur les différences ethniques se multiplient. «Comme parent, on a souvent tendance à trop protéger les enfants, mais ils savent beaucoup de choses», croit Boulou Ebanda de B’Béri, professeur au département de  communication de l’Université d’Ottawa. Pour amorcer la discussion, il conseille de demander à l’enfant «de mettre des mots sur ce qu’il a vu, ce qu’il a compris, ce qu’il a ressenti», afin d’adapter le contenu de l’échange en fonction de son âge et de sa capacité de compréhension.

Pour Fabrice Vil, coach et entrepreneur social, cofondateur et directeur général de Pour 3 points, «le plus important, avec les plus jeunes enfants, ce n’est pas de parler du décès de George Floyd, mais plutôt de parler de l’appréciation des différences entre humains et des injustices.». Il insiste sur l’importance de savoir comment l’enfant vit avec ces différences, qu’elles soient liées au genre, à la grandeur, à la couleur de la peau ou aux origines. «Si le jeune restitue un stéréotype entendu à l’école, à la télévision ou même à la maison, le parent aura l’opportunité de déconstruire les préjugés», souligne-t-il, «et avec les plus vieux, on pourra aborder spécifiquement le racisme».

Briser les tabous

«Je ne fais aucune distinction raciale. Je ne vois pas la race et mes enfants non plus», entend-on parfois. Si la tentation du déni peut exister, pourquoi est-il important de la dépasser? «Le but, c’est de se voir les uns les autres et de travailler ensemble dans une perspective commune, sinon on ne sera pas capables de voir les problèmes et de les adresser», répond Fabrice Vil, ajoutant que faute d’aborder clairement les choses, les parents ne pourront pas transmettre leur vision à leurs enfants.

Comment faire si l’on est soi-même ébranlé par ce que l’on voit dans les médias? « Si le sujet vient vous chercher, partagez ce que vous ressentez», encourage Boulou Ebanda de B’Béri. «Mais il faut sortir des sentiers battus, sortir des non-dits», insiste-t-il. Cela semble d’autant plus nécessaire qu’une récente étude menée par Sandra Waxman, boursière associée du CIFAR, démontre que des enfants d’à peine quatre ans peuvent manifester des préjugés racistes et sexistes.

Miser sur l’éducation

C’est à travers l’éducation que l’on peut amener les enfants à faire preuve d’ouverture et d’esprit critique, deux qualités essentielles aux yeux de Fabrice Vil. «Être en mesure de reconnaitre ses émotions, de montrer une ouverture à l’autre, c’est le fondement de la relation à soi et aux autres», détaille-t-il, «et l’esprit critique permet de réfléchir, de poser des questions et de ne pas prendre les stéréotypes comme vérité absolue». Boulou Ebanda de B’Béri insiste sur l’importance de développer l’empathie, c’est-à-dire «la capacité à se mettre dans les chaussures de ceux qui vivent le racisme au quotidien».

Ce devoir d’éducation s’applique aux jeunes, mais aussi aux adultes. «C’est important que le parent lui-même se pose des questions sur sa compréhension des enjeux liés au racisme», affirme Fabrice Vil. Il les encourage à «s’inclure de façon vulnérable», «modéliser le droit à l’erreur», et «se mettre en position d’apprentissage avec les enfants». Ce n’est pas parce qu’on est parent qu’on est omniscient!

Selon Boulou Ebanda de B’Béri, l’éducation c’est aussi «sortir marcher avec nos enfants en solidarité pour ceux qui souffrent, pour la justice sociale». Il rappelle qu’il est essentiel d’assurer «une visibilité de la représentativité dans toutes les sphères de la société, sans jouer le jeu de la reconnaissance symbolique», pour faire tomber les barrières. Le professeur milite aussi pour une réécriture de l’histoire du Canada: «L’histoire est fondamentale pour la continuation de la société. Il faut savoir d’où nous venons, pour déterminer comment construire notre futur».

 

S’appuyer sur de l’information de qualité

 Pour servir de base à la conversation, on peut se procurer des livres proposant des modèles inspirants, sans oublier les histoires qui mettent la diversité de l’avant.

Le chemin de Jada, par Laura Nsafou et Barbara Brun. Jumelles, les héroïnes ont pourtant une couleur de peau différente. Un album sur la sororité, la tolérance et l’acceptation de la différence. Dès 3 ans.

 

 

 

 

 

Pain Doré, de Kari-Lynn Winter, illustré par François Thisdale et traduit par Nicolas Aumais. Un album racontant l’histoire d’une petite fille qui s’affirme dans l’adversité, et qui parle de nos différentes couleurs de peau de façon poétique et savoureuse. Dès 4 ans.

 

 

 

De petite à grande – Rosa Parks, par Lisbeth Kaiser, illustré par Marta Antelo et traduit par Françoise Major. Pour en savoir plus sur l’histoire d’une figure de la lutte contre les discriminations raciales. Dès 5 ans.

 

 

 

 

I have a dream – 52 icônes noires qui ont marqué l’histoire, de Jamia Wilson et Andrea Pippins. Pour découvrir des militants, des scientifiques, des sportifs, des artistes au parcours exceptionnel qui ont marqué l’histoire. Dès 8 ans.

 

 

 

 

Le racisme expliqué à ma fille – vingt après : ce qui a changé, par Tahar Ben Jelloun. Un question-réponse sans pudeur entre un père et sa fille autour du racisme. Dès 9 ans.

 

 

 

 

 

 

Enfin, avec des enfants de plus de 10 ans, on peut visionner le documentaire Briser le code, qui montre comment les personnes racisées et autochtones ont encore un code à suivre pour éviter le plus possible d’être discriminées, aujourd’hui au Québec.

 



Catégories : Famille
2 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. chantal courtemanche dit :

    Merci l ignorance est toujours la base des ( ISTES et des PHOBES )

  2. Anais dit :

    Si je peux me permettre l’emploi du terme ‘incident’ dans la citation de Fabrice Vil est profondément problématique et j’espère que ce n’est pas en ces termes que l’on évoque la mort d’un être humain aux enfants. L’utilisation du vocabulaire compte et ce choix de mot reflète malheureusement le racisme invisible et profondément ancré dans nos sociétés. Pour ceux qui se poseraient des questions, le Petit Robert définit incident comme: “Petit événement qui survient”….Je recommande pour pouvoir bien expliquer aux enfants ce qui se passe aujourd’hui – à savoir une prise de conscience du caractère systémique du racisme – de commencer par prendre le temps, nous les adultes, de bien comprendre la notion de ‘white privilege’ (je suggère à ce sujet la video de Robin DiAngelo ‘on deconstructing the white privilege’ https://www.gcorr.org/video/vital-conversations-racism-dr-robin-diangelo/ – c’est un peu long et en anglais mais ça vaut vraiment le coup d’écouter et de réfléchir à comment nous faisons à la fois partie du problème et de la solution). Bien sûr il y a beaucoup (trop) d’autres inégalités et d’injustices qui méritent notre attention mais la nature systémique du racisme nécessite une approche qui va au-delà du besoin d’expliquer la richesse et l’importance de la différence. Il ne suffit pas de ne pas être raciste dans un monde qui l’est profondément (les inégalités dans les conséquences de la pandémie le souligne bien…). Il faut pour vraiment faire changer les choses être anti-raciste et activement combattre cette inégalité et injustice trop souvent acceptée de façon tacite.

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine