Est-ce qu’on peut faire le deuil de son animal de compagnie?

20 Avr 2021 par Christine Pouliot
Catégories : Famille / MSN
Icon

Je ne sais pas si je serai capable d’écrire ce billet après la mort de ma chienne adorée, alors je l’écris avant, pour partager ce sentiment très fort qui m’envahit à l’approche de la fin. De la fin de vie de mon animal de compagnie.

Et si ce billet peut aider, tant mieux.

Ma chienne est actuellement à mes pieds et je peux dire qu’elle est en fin de vie. Combien de temps lui reste-t-il? Peut-être un mois, deux, ou alors trois? Au-delà de ça on pourrait parler de miracle. Je préfère être réaliste, quitte à en pleurer ma vie.

Sauf que je ne pleure pas du tout, en ce moment. Ce que je vis tient même peut-être du contraire. Car j’apprécie chaque heure passée avec ma poilue. Chaque moment, chaque regard partagé est une victoire sur la mort qui nous attend, devant.

Mais ce deuil est bien réel et sa présence prend déjà toute la place, ce à quoi je ne me serais jamais attendue. La relation qu’on a avec des animaux est tellement particulière à chacun qu’elle est difficile à décrire. Chaque expérience est différente.

Et nous n’en savons pas encore beaucoup sur eux. On dit qu’ils sont doués de conscience. On dit aussi qu’ils n’ont pas la notion du temps. Mais est-ce vrai?

On commence à voir des documentaires sur la vie animale qui nous chamboulent. Qui aurait cru il n’y a pas si longtemps qu’on pouvait avoir une relation avec une pieuvre?

Dans la vie comme dans le deuil, il nous reste bien des éléments à découvrir et les rapports que nous entretenons avec les animaux n’ont pas fini d’étonner.

Chez nous, cette chienne est un membre important de la famille.

Et je me fous des gens qui jugent cette perte comme du sentimentalisme, ils ne savent pas de quoi ils parlent. Un chien, c’est un chien, non? Non. Vraiment pas.

D’abord, ils ont tous leur caractère.

Leur énergie est différente, leur intelligence, aussi. Leur sensibilité? Pareil. Et malgré des traits communs reliés aux races, ils sont tous uniques.

Ici, on a adopté une princesse au petit pois, un pot de colle, une énergique qui a besoin d’un lac et des poissons pour être parfaitement heureuse. Une beauté qui a un port de tête glorieux, en toutes circonstances, même les plus humiliantes pour elle.

Avant elle, je ne connaissais rien des chiens et elle m’a tout appris, surtout que c’est elle qui mène! Il a fallu que je décode vite ses besoins afin d’y répondre et ce sans sourciller au passage sur l’hystérie collective qu’engendre la suite illogique de ses demandes.

  • Je veux aller dehors!
  • Je veux rentrer.
  • Je veux encore aller dehors!
  • Je veux rentrer mais laisse donc la porte ouverte, au cas.
  • Je veux un biscuit.
  • Quoi, vous mangez et il n’y a rien pour moi?
  • Tu vas où, comme ça? Je peux y aller aussi?
  • Je veux aller dehors!
  • J’ai faim.
  • Penses-tu vraiment que tu vas faire une sieste sans moi?
  • Viens me caresser, ma jolie! Comme ça, sous les oreilles, oui.
  • Je fais la sieste car c’est endormant ici et prévenez-moi quand vous irez dehors.
  • Encore en voiture? Ok, mais ouvre la fenêtre et roule doucement.
  • Vous êtes encore là? Ne changez pas de pièce sans me prévenir, s’il vous plaît.
  • Je veux aller dehors!
  • Je veux rentrer.
  • Un, deux, trois, quatre humains. Et Édouard? Il est parti? Attends, je fais le tour de la maison pour voir, au cas où il se cacherait dans une chambre.
  • Regarde comme je suis bonne pour voler les linges à vaisselle et les chaussettes!
  • Non, je ne sortirai pas de l’eau même si je claque des dents.
  • Mon bol d’eau est vide.
  • Ton oreiller est bien plus confortable que mon lit de chien.
  • Regarde comme on est bien, c’est pas ça la vie?

Et je pourrais continuer comme ça, pendant des heures.

Un lien étroit, vous dites? Je n’ai jamais été autant attachée à un animal. C’est mon buddy, ma copine des mauvais jours, ma complice, mon toutou, ma formule anti-stress, ma compagne d’exercice, ma partner d’apéro et ma grosse bébé d’amour.

Sa présence atténue mes peines. Elle me fait rire aux larmes quand elle chasse les poissons pendant qu’elle en a un énorme qui lui passe entre les pattes. Bref, on a décidé en famille que ce chien n’était pas un chien, mais une humaine dans un corps de chien. Avec toute son intelligence, sa présence, sa fougue, ses gaucheries et son indéfectible soutien moral. Et que personne ne vienne nous dire le contraire, d’accord ?

On. Le. Sait. Et. C’est. Tout.

Ma belle Praline a franchi la dure étape des 14 ans, maintenant. Elle a des problèmes de cœur, elle prend des médicaments en conséquence et nous nous sommes juré que nous ne nous acharnerions pas sur son cas. Son espérance de vie est dépassée, elle a eu cette vie merveilleuse, remplie et elle a comblé au moins trois cœurs.

Qui peut en dire autant?

Je ne sais pas dans quel état je serai le jour de sa mort. Probablement que j’aurai les yeux les plus bouffis de toute l’Amérique du Nord et que je serai à ramasser à la petite cuillère. Mais je serai aussi remplie de gratitude envers la vie qui a placé sur notre chemin une mini boule marron et blanche qui s’est collée sur moi dès la minute où je l’ai prise dans mes bras.

Voilà un cadeau incomparable.

À lire aussi : 

Photo principale : LWA Getty Images

 



Catégories : Famille / MSN
47 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Manon Desrochers dit :

    Je viens de faire Euthanasier ma chatte Charlotte a contre coeur…😓.elle avait presque 17 ans. J’ai repoussée tellement ce moment ..pendant 1 an…
    Elle a fais partie de ma vie autant ds mes moments heureuse que malheureuse. .j’ai tellement pleurer..je l’ai fais pour elle…rendue sourde depuis 2 ans…incontinence partout….et s’arrachais le poile depuis cette été…la peur qu’elle me hante après…me faisait hésiter….mais finalement j’ai pris le téléphone pour son rdv avec la fin..oufff maintenant elle est au paradis des chats..je garde un précieux souvenir ❤😽

  2. Laurent Bourgeois dit :

    🐾Maman, Papa,🐾

    L’Homme de lumière que je viens tout juste de rencontrer m’a permit de vous adresser la parole pour une seule et unique fois. Il m’a dit que je devais jouer mon rôle de petit chien au paradi et que je serais toujours super heureux et grandement apprécié avec mes nouveaux amis. Il s’avait que j’étais triste de partir sans vous, par faute de me vider le coeur à fond, et m’a donné cette chance en or. Alors voilà:

    Je suis déjà rendu, et je n’ai même plus mal, du tout. Du tout, du tout, du tout. La température est idéale ici et je n’ai même pas froid, pas comme dans la neige chez nous! Ici le temps est arrêté et je peux jouer sans arrêt. Il n’y a plus de temps. L’Homme lumière m’a dit que je pouvais jouer tout le temps, et que si j’aimais jouer à un jeu plus qu’un autre, bien que je pourrais jouer à ce jeu tout le temps. Il m’a aussi dit de me vider le coeur pour nourrir le vôtre, et que je pouvais tout vous dire, pour une seule et unique fois. Alors voici, maman, papa, et surtout ne pleurer pas mes souffrances, je n’en ai plus…

    Je suis parti en laissant quelques traces fraîches un peu partout. Dans la maison vous les trouverez, ainsi que dans votre jardin de fleurs, mais surtout dans votre coeur. Je doute que vous les effaciez, car elles sont intentionnelles, vous sonts destinées, et tiendronts place.

    Je ne pourrais vous remercier davantage de toutes vos attentions si…délicates, attentionnées, si alléchantes. Elles m’ont faites tellement de bien, surtout dans mes derniers instants sur terre, à vos côtés. Je commençais à souffrir tellement, mais vous le saviez déjà. Votre décision ne fut pas facile, et je la respecte sur l’appuie de tout l’Amour accordé. Ce n’était pas facile pour vous, et je m’en excuse. J’étais bien prêt à me passer de biscuits une journée entière, peut-être deux même, pour venir appuyer votre décision. J’entendais vos chuchottements, vos inquiétudes, et je pleurais un peu pour moi, mais surtout pour vous. Si seulement j’avais pu parler, vous auriez entendu mon accord, mon approbation, sur tout l’appuis de mes compréhensions. J’étais prêt, moi. 🐾🐾

    J’aurais tellement aimé vous le dire verbalement, et maintenant je le peux . Vous avez pris la bonne décision et je vous en remerci, car aujourd’hui je ne souffre plus des blessures de mon corps. Mes cicatrices allaient prendre le dessus, et ternir la beauté que je portais. Comment aurais-je pu supporter cela moi?, une si belle petite créature. Alors « nous » avons biens faits. 🐾🐾

    Là où je suis, je cours tellement vite, prequ’aussi vite que papa qui me court après. Mais il me rattrape, me chicane un petit brin, puis le sourire lui revient. Après quelques années, je commence à connaître ses manières, tu sais. Mais je ris de lui sans même qu’il ne s’en rende compte. Et toi tu ris en arrière, de le voir ainsi, et ça me fait rire, encore plus, et plus que plus. Pauvre ti papy! 🐾🐾

    Ici, les champs et jardins baignent de fleurs, et leurs odeurs me parfument tout mon petit corps poilu. Quand je cours au travers de celles-ci, je m’impreigne de cette odeur, celle qui me fait penser à toi. Et lorsque je m’égratigne sur le piquant des roses, ça me fait penser à papa, je ne sais trop pourquoi ? Sûrement parce que j’adore me cacher en dessous des rosiers, et que papa ne peut pas venir me chercher aussi facilement que lorsque je suis caché en arrière de toi. Cette cachette fait durer mon plaisir un peu plus longtemps, et je le vois au travers des branches, qui tourne en rond. Il est fâché après moi, mais je sais qu’il me prendra avec douceur, comme d’habitude. Alors je lui lècherai la main de ma minuscule langue toute rose d’amour, et tout sera oublié. J’essais donc d’éviter les épines, mais papa est toujours là, à me chercher. Je crois que parfois, il fait semblant de ne pas me voir. Si seulement tu le voyais … Wif! wif!, Wifffff!!! 🐾🐾

    Ici, je dois me méfier des taons. Ils sont presqu’aussi gros que moi. Alors je me suis fait ami avec une moufette qui prend plaisir à les arroser. Elle s’appelle « Pisswetty », et n’a que 8 ans. Une voiture l’a frappée, sous l’attention de ses parents. Ici elle est heureuse, tout comme moi. Il y a aussi FreeWilly, un nom que j’ai donné à un chien qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Cooper, sauf qu’il est brun et blanc. Il est tellement gentils avec moi. Il m’a prit sous son aile euh!, non, sous son bras, euh!, non plus, sous ses pattes non!, seigneur!!!, dans ses oreilles et dans son dos!!!!!! Il prends soins de moi, car il sait que je suis une petite nature sans défense, même s’il ne semble pas y avoir de méchancetés ici. Alors quand je suis trop fatigué d’avoir couru, il vient me voir, se penche sur ses pattes et me laisse monter son dos. J’y rejoins son cou, plante mes deux petites pattes avant dans le poil long de ses oreilles, puis il me transporte tout le temps que je le désire. Parfois, je fais semblant de dormir pour faire durer mon plaisir plus longtemps. Mais je crois que Freewilly me laisserait sur lui à journée longue tellement il m’accepte… Tiens l’autre jour, il a vu un chat et est partis à toute vitesse. C’est bien grâce au chat si je peux maintenant trotter au galop!!!, et bien plus … Parfois, je m’endors, appuyé sur sa bédaine toute chaude et en vie! Tout comme je prenais plaisirs à m’endormir sur toi, sur papa! J’étais si bien, sur le silence de votre respir, dans la douceur de votre voix, tout comme je suis tellement bien, ici.
    🐾🐾

    Oh!, parlant de Cooper, j’ai caché quelques friandises que vous m’aviez données l’autre jour. Il y a un petit morçeau en dessous du BBQ à papa, un autre en dessous des escaliers pour descendre au lac, puis un dernier dans uns des coins du spa, lequel j’ai caché pendant que vous « fourniquiez » ensemble dans l’eau. J’entendais tout, si seulement vous saviez? Vous deviez bien être contents que je ne puisse parler, n’est-ce pas? Wifff ! Ne craingner rien, car dans quelques instants à peine, je ne pourrai plus parler …
    Tu peux maintenant les donner à Cooper mes biscottes, je lui en dois une bonne douzaine!!! 🐾🐾
    Son gentils maître, tu sais, Laurent, le bel homme aux beaux yeux bleus. Lui il m’en donnait pleins, chaques fois qu’il venait vous voir. Mais vous ne l’invitiez pas assez souvent à mon goût!
    Enfin! Waff! Wiff!! Wofff 🐾🐾

    Ici je ne m’ennuis pas, crois moi. Je jappe sans douleur, et cela me fait tellement le plus grand bien, si seulement vous saviez. Je vois loin, très loin même. Je vois tout, et tout est tellement beau, ici. Ici c’est le paradis, il existe vraiment. Je peux me distancer de mon nuage tout coton, en retrouvant mon chemin de retour. Je n’ai plus à me fier à vos voix, mais elles résonnent encore dans mes petites oreilles attentives et toute douces. Je vous entends, toujours… Ici il n’y manque que vous, mais j’ai votre portrait tatoué dans mon petit coeur de velour et tout nouveau de vie, lui qui palpite aux sons de vos pensées pour moi. Vous devez penser souvent à moi, puisque j’ai toujours envie de courir!!! J’essais, tant bien que mal, de vous répondre, mais mon nuage est trop haut, et vous ne m’entendez pas. Parfois vous levez la tête au ciel, et je bondis de joies, mais je suis trop minuscule. Ici je suis au-dessus de tout. La pluie et le froid ne viennent pas perturber mes nouvelles dépendances extérieures. Que j’aimerais tant te voir me regarder courir, maman chérie. Tu ne me reconnaîtrais plus. Je cours encore plus vite que l’oiseau dépourvue d’une aile! Pauvre elle. Ferme les yeux, et imagine le portrait…🐾🐾 Wif!!!

    Je suis à nouveau un champion, ici, maman, papa! 🐾🐾

    Votre chagrin ne doit plus être, car j’ai retrouvé mon identité, celle que je portais, maman, dans les premiers jours. Je suis redevenu moi, ce petit chien un peu plus agité qui berçait dans tes bras. J’essayais tant bien que mal de te griffer, pour te cribler d’attentions, mais tu ne cessais de me faire couper les ongles. Alors je te parlais avec mon coeur, et tu me répondais, avec ton beau sourire, pleine d’émotions. Même fâchée, tu étais si belle. Même fâchée, je n’avais pas peur, car tu reflétais la douceur. Et lorsque tu étais à ton plus que plus que plus fâchée, je te regardais avec ma petite face triste, et tu t’abandonnais à moi…
    🐾🐾 wiiiiiff !

    Nous nous reverrons maman, papa,car nous nous méritons tellement. Je vous dois beaucoup, je sais. J’ai essayé de vous le rendre du mieux que j’ai pu. Aujourd’hui vos larmes me pèsent, même si pourtant je suis juste là, dans le confort de vos pensées. Je chasse l’ennuie avec mes amis, eux qui ne cessent de se multiplier. Je penses même m’ouvrir une garderie, ne serait-ce que pour donner la chance à tous de devenir ami avec moi.

    Je vais avoir de moins en moins de temps pour moi, alors panser bien votre douleur et surtout ne vous inquiétez pas pour moi. Soyez forts, et continuer de vivre ensemble, dans l’harmonie que vous avez forgé en ma compagnie, celle qui ne s’effacera jamais. 🐾🐾

    Si seulement j’avais pu parler pendant toutes ces années. C’était sûrement mieux comme cela, évitant ainsi des petites chicanes …, ridicules.🐾🐾

    Mais aujourd’hui, l’Homme de lumière m’a donné cette chance, tout en notre honneur, alors …

    Si l’envie vous prends de me dire bonjour, vous n’aurez qu’à lever la tête et je ferai couler une petite goutte de salive de ma toute petite langue rose. Mon sourire viendra alors vous saluer au passage, sous les applaudissements de mes petits jappements affectifs. Alors nous nous souderons ensemble, comme il se doit d’être!

    Votre BALI de toujours c’est bel et bien moi, et pour toujours…
    🐾🐾 wwwwofff !

    (Ohhhhhh!, j’entendais vos difficultées, suite à votre mariage. C’est compliqué chez vous, les humains, n’est-ce pas? Nous, ont a pas ce genre de problème ici. J’ai fait un cocus avec mes amis du « Balizoo » et tous sont unanimes! Il vous faut absolument penser à vous en premier, et laisser les autres se battrent dans leur merdier. Certains ne méritent pas de prendre autant de place. J’ai tenté vous le dire à maintes reprises, à « ma » façon bien spéciale, mais vous ne m’écoutiez pas, comme d’habitude!

    Vous avez ma bénédiction, comme de raison.

    Quand sera le temps de dire les fameux mots magiques « je le veux», regardez tout juste en haut de vous, car je vous japperez mon « je le veux» également. Et lorsque vous danserez votre nuit de noce dans les bras de l’un et l’autre, au travers des cotons de nuages, alors je me glisserai entre vous pour me marier avec vous, et alors vous sentirez ma chaleur, à nouveau. 🐾🐾

    Je vous enverrai mon soleil tout puissant,

    Wouf! Wiff! Wouf!, …,
    Félicitations, mes éternels Amours !!!

    🐾 🐾 votre « BALI» juste à
    vous !

    J’arrives FreeWilly, j’arrives !!!…

    (Laurent Bourgeois, Morin Heights)

  3. Jean-Luc Desmeules dit :

    Quel beau texte bien écrit.! À cause de sa sobriété, sa véracité, basé sur l’expérience. J’ai, sans savoir dans quoi je m’engageais adopté, il y a déjè neuf ans, Capucine, ma bête; je n’aime pas le féminin de chien encore plus dur que son masculin), une bête errante qui n’avait que les os et la peau, égarée par un froid de -30 degrés en décembre 2013. Un nouvel amour qui ne ressemblera à aucun autre m’a été donné avec toute sa part de mystère. Dans d’autres circonstances trois fois elle aurait pu mourir. Quelques semaines avec moi et elle avait pris du poids et me regardait avec des yeux amoureux. Des journées entières à folâtrer sur une île tranquille comme dans un paradis de simplicité, de jeux intemporels. On me demande souvent son âge et je n’ai pas de réponse; elle a maintenant neuf ans et toutes les années avant que je l’adopte et dont j’ignore le nombre. Elle a blanchi, soa robe dorée a pâli, ses yerux sont voilés , on dit qu’elle a des cataractes mais je n’aime pas le langag de la médecine. Je m’arrête parfois à penser qu’elle et moi noius sommes devenus des vieux, mais vieux veut dire pour nous deux une intimité qui s’accroit à chaque moment pour mêler nos souvenirs et je fonds quand elle me regarde , elle veut soretir, manger , maisc son langae est le sien et je le trouve beau, les mots sont superflus.

  4. Monique dit :

    C’est tellement vrai, c’est la dure réalité, nos amours ne vivent pas aussi longtemps que nous alors un jour il faut y arriver. A chaque fois je me dis, C,est la derniere je suis trop folle, je nen n’aurai plus. tut tut tut….impossible. Au fil de ma longue vie (72 ans) je me suis bien rendue compte que la seule maniere que j,ai trouvé poyr arreter les larmes, c,est d’aller chercher un autre petit etre a aimer. Je ne peux plus maintenant commencer une nouvelle aventure avec un chiot mais les refuges regorgent de belles âmes a sauver qui sont par fois a 10 ans ou plus. Alors c’est ce qu’il faut faire, le nouveau ne remplace pas l,ancien mais permet de redigiger notre amour ailleurs ! Bon courage pour la suite ! xxxx

  5. France dit :

    Bonjour et un gros merci pour ce texte. J’ai perdu il y a deux ans mon chien de 13 ans, oui mon amie, m’a confidente et plus encore, elle nous a t’en donner amour et loyauté je lui ai souvent dit merci! Et d’être là avec nous un membre de notre famille notre petite fille un beau cocker notre petite rouquine. Perdre un animal est un deuil comme les autres, j’ai tellement eu de peine. 💕

  6. Arthur dit :

    Je vous comprends j’ai dû faire euthanasie ma belle clohe .17 année merveilleuse Même après 12 ans elle me manque encore. Presqu un record pour un golden retriever

  7. Danielle dit :

    Moi aussi je me prépare doucement à la perte de mon cocker mon beau Lucky d’amour qui a franchi ses 14 ans cet été. Il est de plus en plus mal mais a encore une qualité de vie respectable. J’ose même pas pensé au jour ou il partira ! Je vais pleurer ma vie c’est certain. Alors je nous souhaite bon courage tout en profitant au maximum de nos beaux toutous d’amour ! Xxx

  8. Elodie dit :

    Je viens de perdre mon Fripouille.mon 1 er chien à 11 ans suite à des pb de cœur ,c’était notre 1 et chien même si nous en avons 3 autres depuis qq années.
    Il représentait tellement pour nous on a vecu avec lui nos 1 ères années d’adulte en appartement,quand on a acheté notre maison il était là, quand j’ai perdu mes parents il y a 3 et 2 ans il était présent avec les autres pour me consiler au quotidien.Il était un membre de notre petite famille et je suis dévastée….

  9. Veronique dit :

    Merci pour ce texte parfait. J’ai perdu mon amour de chat Persan il y a deux moi. Mon beau Raymond, plus connu sous le nom de Bebe. L’amour de ma vie, mon âme sœur. J’ai vécu les plus beaux 9 ans avec lui et encore aujourd’hui, je pleurais son absence. Si on me demande un jour quel animal m’a laissé la plus grande marque, je sais que ce sera lui jusqu’à la fin de mes jours. «Animal », c’est tellement pas un mot qui le représente bien, car il était beaucoup plus que ça. C’était mon garçon. Et j’ose croire qu’il sait que sa maman l’aime plus que tout et qu’une partie de moi a très hâte de le revoir.

  10. Nicolas Ouimet dit :

    Bonjour ! Je vous comprend tellement…ma chienne Latté…une belle golden rousse nous a quitté en septembre dernier. Comme j aimais bien le dire aux enfants…elle etait le test à papa si il allait être un bon père. C’était mon premier bébé..une force tranquille qui donnait de l amour a profusion. Je me souviens encore l avoir sur mon torse bébé..couché dans le divan et la sentir respirer en même temps que moi. Puis un jour s on arrivé les enfants. Elle leur a laissé toute la place…a ses dépend. De mon côté avec toujours cette petite culpabilité qu elle était un peu négligée mais elle ne le faisait pas sentir. Les années ont passées en un coup de vent. La vie familiale était différente un diagnostic d autisme pour mon garcon…une séparation… de moins en moins de temps pour lui accorder. Elle suivait la garde des enfants et les accompagnaient telle une grande soeur. Un jour son état commença à se détériorer et vint la discussion de savoir quoi faire. Elle avait 11 ans au cadran et commençait à traîner de la patte et être incontinente. Elle avait perdue sa joie de vivre. Je me souviendrai toujours de cette journée..le 3 septembre 2021. On avait prit la décision de la libérer de sa souffrance sans acharnement. A ce moment la elle n était pas chez moi et j avais réussi à terminer plus tôt. Mon ex habitant a quelques rues de chez moi j etais aller la chercher pour prendre une dernière marche avec elle. Elle s était mise à tituber s ecroulant en face de la.maison d un ami… moi en l’arme la relevant à bout de bras demandant l aide de mon ami pour la ramener chez moi. Je me souviens la ramener à la maison dans son coussin… a ce moment la elle avait l air sereine. Nous avons profité du moment moi, les enfants, mon ex, un couple d amis et leurs enfants qui eux aussi l avaient côtoyé. La remercier pour les bons moments. Vint l heure du rdv pour l euthanasie… Alors que mon ex raccompagnait les amis à la.sortie j ai eu quelques secondes à moi pour la remercier pour ces belles années en sa compagnie. D avoir été une chienne formidable, aimante et d une grande écoute malgré tout. Jme m étais approché d elle tout en la regardant droit dans les yeux pour lui dire à l oreille qu elle pouvait maintenant partir. Nous avons prit la voiture pour aller chez le vétérinaire, elle était couché dans la valise. Une fois stationné je l ai prise délicatement car je voyais que quelque chose clochait… alors que je l avais dans mes bras..elle a laché une grande expiration… Comme j aime l expliquer…Latté est arrivé bébé dans mes bras et nous a quitté dans mes bras..
    Jme souviens nous voir les 4 autour de notre belle rouquine qui avait rendu l âme. Nous voir moi, mon ex et ma fille en pleur. Mon garçon incrédule de ce qui venait de se passer et de le voir réaliser qu elle etait partie en brassant son corps inerte. Mon ex rappelant que c était grâce à elle si ils étaient auprès de nous aujourd’hui. Elle a laissée bien des poils dans la maison au cours des années…jme plaît à les retrouver avec un sourire et de beaux souvenirs qui refont surface.
    Aujourd’hui grâce à cet article vous m avez permis de vivre une partie du deuil que je n avais pas vécu encore. Partager que oui ces boules de poils fond parti intégrante de nos vies et nous aide, quand on prend le temps d analyser notre relation avec eux, à être de meilleures personnes.

  11. Diane Dufour dit :

    Bonjour, votre texte me rejoint et je crois que notre compagne ou compagnon poilu est un membre de la famille et pour moi un animal de compagnie est loin d’être un achat, mais bien une adoption. Ma chienne est celle avec qui je passe mes journées et cette belle poilue est celle aussi qui vient près de moi chaque fois que mon cœur est triste ou joyeux. Elle est pour moi ma fille, ma belle noirette, ma belle tetoune , ma belle tout court. C’est un membre de ma famille tout comme les 2 belles poilues que j’ai adoptées avant elle et qui sont décédées. Malgré leur départ qui date de plusieurs années, celles-ci sont encore dans mon coeur et mes pensées.

    Un jour je serai celle qui revivrai le départ de mon animal de compagnie et je sais que ce départ sera douleux, mais je sais aussi qu’elle aura près d’elle son autre maître, mon mari décédé depuis 4 ans, décès qu’elle a senti au moment même du départ de celui-ci.

    Cette belle fefille a compris que j’étais là pour elle et j’ai compris qu’elle était là pour moi. Un animal comme ma Mika est celle que les autres refusent d’approcher, car elle démontre des signes de sa vie passée qui lui a été donnée de vivre en moins bons soins. Lorsque celle-ci nous a rencontrés âgée de 5 mois, elle a été celle qui nous a toujours aimés malgré un refus de se faire toucher par les autres personnes.

    Si je vous écris ce texte ce soir, c’est que ma belle Mika est là à me regarder avec ses yeux questionneurs et je suis là à lui dire qu’elle est belle et cela est vraiment sincère. Je sais que cette Mika est aussi sincère envers moi, car elle m’attend toujours pour aller se coucher et va prendre soin de me réchauffer durant la nuit bien collée lorsque le jour, elle préfère être seule sur son coussin.

    Si je vous écris ce texte ce soir, c’est que ma belle Mika est à célébrer ses 13 ans bientôt et devant cet âge je sais qu’elle aura un moment de repos qui va arriver sans même que je m’y attente peut-être, mais j’ose espérer que je pourrai l’accompagner dans ses derniers moments, car Mika a toujours été là pour moi.

    Diane

  12. Claire Jacques dit :

    En ma qualité de Celebrante, il m’arrive de plus en plus frequemment d’accompagner des personnes vivant un deuil.animalier.

    Vous dire la peine, la détresse, la colère… Le deuil animalier est aussi intense, aussi bouleversant et déstabilisant que le deuil humain.

    Plusieurs, effectivement, ne comprennent pas l’ampleur de la perte d’un animal de compagnie. La dernière chose a dire à un.e endeuillé.e, c’est: « ‘T’as juste à t’en chercher un autre! », « R’viens-en, c’est toujours ben juste un animal! », « Coudonc, t’étais-tu en amour avrc pis je l’savais pas? »

    Pour une grande partie de la population, (et je m’y inclus), perdre un animal, c’est terrible. De par l’attachement que nous avons envers ces êtres vivants, certes, mais aussi de par le nombre d’années qu’on passe avec eux, et puis, ben si on n’a pas d’enfants, ces petits anges le deviennent.

    Quand mon grand amour Pretzel est parti au paradis des chiens le 20 janvier 2009, je ne m’en étais pas complètement remise, même après un peu plus d’un an. Mort dans mes bras à la clinique vétérinaire, j’en ai pleuré un coup. Seule. Avec personne autour qui pouvait comprendre ce gouffre de peine que je visitais, sans y avoir ete invitée. Un an plus tard, je perdais des.personnes chères a mon coeur, et aucune cérémonie ne me fit du bien.. Je me suis informée, fait des recherches, et… j’ai saute pieds joints dans une autre carrière.

    Dwvenue en 2015 Célébrante Laïque spécialisée dans les Cérémonies-Hommage à la Vie personnalisées, et Accompagnante auprès des personnes en fin de vie et auprès des endeuillée.e.s., c’est un honneur pour moi d’honorer la vie des en-allé.e.s, et offrir support et soutien aux endeuillée.e.s. J’adore ce métier devenu vocation. (Je suis toujours Actrice et Musicienne, mais qui a dit qu’il falait juste faire une affaire, dans’vie?)

    Le temps, oui… Éventuellement, la vie se poursuit, et on reprend du poil de la bête. Mais c’est parfois long.

    Aussi, si vous croisez une personne endeuillée (et peu importe le type de deuil), prenez-la dans vos bras. Écoutez-la. Accueillez-la, là où elle est rendue. Appellez de temps.en temps. Offrez de votre temps, si vous le pouvez. Soyez la, tout simplement. Ça vaut bien des thérapies.

  13. Johanne dallaire dit :

    Je ne me priverai jamais de 10 à 15 ans de joies et bonheurs avec mon chien parce qu il va mourrir un jour. Vive le moment présent, tous les êtres nous quitte un jour profitons pleinement de chaque instant

  14. Julie Desharnais dit :

    Nous n’avons pas pu dire adieu à notre beau Benny qui était âgé de 13 ans bientôt 14 ans., un merveilleux yorkshire. Il est décédé subitement chez mon beau-fils et belle-fille après avoir été dehors. Il est rentré et est allé se coucher. Il ne s’est pas réveillé. Nous étions entrain de nous préparer pour aller le chercher chez eux. Ça été tout un choc pour moi. J’aurai tellement aimé lui faire mais adieux. Mais quand nous sommes allés le chercher, je lui ai dit plein de mots tendres à son égards. Qu’il avait été un merveilleux chien et papa de 9 bébés. Je vous écris ses mots et j’ai encore les larmes aux yeux. Il est décédé le 23 décembre 2019. au matin. Et, 3 mois plus tard, j’ai dû faire euthanasiée ma belle Lili qui avait un cancer en dessous de la langue. Je l’ai accompagné durant 7 jours, à la caressée, donné fulls baisers, dormir près d’elle. Elle a une une très belle vie de chatte. Elle est décédée à l’âge de 19 ans et 6 mois. Elle aurait eu 20 ans, le 10 septembre 2020. Ça été très difficile d’en perdre deux en peu de temps.

  15. Manon dit :

    On ne s’en remet jamais je crois. Pour ma part cetait aussi ma grosse toune , mon bébé, le jour ou jai du la faire euthanasier a ses 10 ans pour maladie jetais effondré . Je me rappellerai toujours de cette image de moi assise par terre chez le vet avec ma rosie endormie pour toujours couché sur moi . Je la pleure encore meme apres 5 ans .combien de commentaire ai je entendue ..reviens en ce netait quun chien. Ohhh non c’était beaucoup plus , c’était ma fidèle, mon soleil , ma meilleure amie …..

  16. Josée Sansoucy dit :

    Nous avons du dire adieu à notre petite cocotte de 3 lbs (yorkshire) le 27 décembre 2020 à l’âge de 10 ans, elle est tombé malade subitement.
    Je remercie grandement la clinique qui nous ont permis à la famille d’être présent pour son dernier repos
    Elle était le p’tit boss dans la maisonnée, elle avait du caractère et savait ce qu’elle voulais. C’était ma petite princesse, mon bébé, mon petit coeur. Elle me manque beaucoup mais je sais qu’elle est bien.

  17. SylVie Cloutier dit :

    Le 14 février dernier, j’ai fais euthanasier ma belle Kléo, une bullmastiff de 11ans. Ma compagne de tous les jours. J’ai vécu le deuil le plus difficile et le plus douloureux de toute ma Vie( mes 2 parents sont décédés et je n’ai pas ressenti autant de douleur). J’ai choisi l’euthanasie à la maison, cela a été un baume sur mon coeur car je l’ai accompagné jusqu’à la fin ( je lui en avais fais la promesse dès le premier jour) dans la douceur. J’avais allumé des chandelles et des belles lumières en coeur ♥️. Je l’ai fais incinérer toutefois je n’ai pas gardé les cendres. J’ai plutôt opté pour des breloques fabriquées avec.ses poils que j’ai accroché après le miroir de ma voiture et une autre après un chandelier. Pour moi, elle est toujours présente, pour info aller sur la page facebook de Mon ange canin-créations en poils d’animaux feutrés., la dame est ultra gentille, à l’écoute et pleine de sympathies.
    Bon courage dans cette épreuve 🙏

  18. Juliette dit :

    Nous on a 4 chats de parti, reste 2 chattes d’Espagne une de 15 ans et l’autre de 12 ans.
    Nous on est à notre 6e chien. Notre dernier chien malade on l’a fait endormir et 1 semaine après j’en cherchais un autre.
    Ça nous prends la présence d’un chien. La vie est tellement belle avec eux.

  19. Line Duranleau dit :

    Tellement difficile de faire ce choix de mettre fin à leur vie.
    J’ai, J’ai eu un magnifique, dépendant affectif chat Siamois qui a partagé ma vie pendant 16 ans 1/2.
    Quel deuil 😭😭😭😭😭😭

    Il y a un livre qui m’aide beaucoup à comprendre mes émotions à la perte d’un être chère.
    Pour se préparer ou vivre le deuil.

    Titre : Deuil Animalier de France Carlos, diplômée du
    Centre de Relation d’aide de Montréal

    Je le conseil

  20. Lina Blouin dit :

    Nous avons fait nos adieux à notre fidèle compagne des 13 dernières années le 27 mars dernier. Une fin rapide dont on ne s’attendait pas. Nous avons du prendre la décision de la laisser partir puisqu’elle souffrait et la médication n’avait pas l’effet escomptée.
    Nous l’avons accompagné jusqu’à la dernière seconde, en la caressant et lui disant combien nous l’aimions.
    La vide est tellement grand, le deuil difficile. Je me console en me disant que nous avons pris la bonne décision dans les circonstances.
    Elle était un membre de la famille à part entière.

  21. Louis Valois dit :

    Le plus difficile est de savoir qu’il nous fasse encore entièrement confiance quand on l’emmene en voiture et qu’on se rend chez le vétérinaire pour qu’il recoive sa dernière piqure. Salut et merci encore pour tout, Chuck (2000-2013) Labrador.

  22. Suzanne Gagnon dit :

    Allô Véro, Moi c’était mon chat de 15 ans que j’ai dû faire euthanasier en pleine covid. Rendez-vous dur à avoir avec le vet. Mon chat avait maigrit et en vieillissant 3 maladies guettent les chats : insuffisance rénale, diabète et l’hyperthyroidie.Nous c’était la dernière avec comme effet sec. prob. cardiaque.Je faisais un examen de routine et je devais porter un masque et lui laisser mon chat seul avec elle.Le résultat : stress intense et défaillance 💜 donc je dois quitter en urgence et aller à l’hôpital où travaille Sébastien Kfoury ( tous nos chats sont dcd là )et je dois prendre la décision car mon chat fait un OAP( eau sur les poumons).Mon Ti-Bran(Brandy) était un chat- chien, se retournait quand on l’appelait et me suivait partout, il etait la mascotte de ma rue. Je l’ai retrouvé b.b avec son frère et je l’ai nourris au biberon et en plus j’étais enceinte de ma fille Delphine.Il m’a fait pratiqué le métier de maman…J’ai son empreinte de patte et c’est drôle car ils ont mis une citrine en coeur en bas de la patte et c’est ma pierre de naissance.Est-ce un message?? En plus est dcd le 15 juil. (Je suis née un 15 nov.) Je suis en train de le peindre car je suis peintre animalière depuis la mort de son frère Caramel en 2012.C’est très guérisseur la peinture. Je fais aussi de la communication avec défunts et je sais qu’il est bien avec mon père. Personnellement ça fait 2 ans et c’est encore difficile d’évoquer sa mort car ça m’a pris beaucoup de temps pour ne pas me sentir coupable de sa mort car même à la fin il était fait fort au dire de la vétérinaire. 🙏😿💜

  23. Nicole viel dit :

    Nous avions une compagne extraordinaire depuis 6 ans….et oui…6 ans!! Elle est décédée sous nos yeux subitement, elle a fait une torsion de l’estomac! Une condition de santé irréaliste qui a fauchée la vie de notre belle grande fille il y a deux semaines seulement!
    C’est le choc!
    La colère, l’injustice, la peine, la tristesse dans nos coeurs et nous vivons des moments d’une grande intensité…Elle nous manque cruellement!
    C’est un grand deuil, elle qui nous accompagnait dans tous les moments de notre vie!
    Nous comptons sur le temps pour atténuer notre peine…

  24. Nathaly dit :

    Allo Vero
    Pour moi c’est tout récent… j’ai dû faire euthanasier mon chat gris de 13 ans!

    Oui mon buddy! Mon male alpha, celui qui etait toujours dans la même pièce que moi! Celui que si il n’etait pas dans la même pièce que moi pouvait gratter et miauler des heures, celui qui ne mangeait pas quand je n’y étais pas, celui qui m’a accompagné pendand mon long congé pour un cancer du sein! J’ai dû lui dire adieu subitement… je voyais qu’il allait moins bien… mais j’osais pas me l’avouer… mais lorsque j’ai vu qu’il souffrait et qu’il n’y avait plus rien à faire j’ai pris la décision de mettre fin à ses souffrances…
    Je dois dire que j’ai pu l’accompagner jusqu’au bout et dans la dignité… au veterinaire une pièce nous avait été réservée et une chandelle etait allumée…. Ils ont commencé par le mettre confortable… pas de mal disons un peu endormi mais très conscient…Je l’ai eu dans mes bras depuis le depart de la maison jusqu’à ce qu’il nous quitte… j’ai pris le temps de le remercier pour toutes ces années et lui dire combien je l’aimais … puis quand je me suis sentie prête… (on ne se sent jamais vraiment prête) j’ai donné mon accord au vétérinaire pour procéder à l’injection qui arrêterait son petit coeur de battre pour moi! Il etait mon preux chevalier, mon fidèle ami et mon dépendant affectif…
    Ça fait 10 jours et je n’en suis pas remise… c’est un grand vide… je dirais meme que c’est comme pour moi avoir perdu un membre de ma famille.
    Mon fils l’avais nommé Gris et moi je l’appelais Mr Gray pour ses 50 shades of gray de la couleur de ses poils et son caractère au 50 nuances xxx

  25. Nathaly dit :

    Allo Vero
    Pour moi c’est tout récent… j’ai dû faire euthanasier mon chat gris de 13 ans!

    Oui mon buddy! Mon male alpha, celui qui etait toujours dans la même pièce que moi! Celui que si il n’etait pas dans la même pièce que moi pouvait gratter et miauler des heures, celui qui ne mangeait pas quand je n’y étais pas, celui qui m’a accompagné pendand mon long congé pour un cancer du sein! J’ai dû lui dire adieu subitement… je voyais qu’il allait moins bien… mais j’osais pas me l’avouer… mais lorsque j’ai vu qu’il souffrait et qu’il n’y avait plus rien à faire j’ai pris la décision de mettre fin à ses souffrances…
    Je dois dire que j’ai pu l’accompagner jusqu’au bout et dans la dignité… au veterinaire une pièce nous avait été réservée et une chandelle etait allumée…. Ils ont commencé par le mettre confortable… pas de mal disons un peu endormi mais très conscient…Je l’ai eu dans mes bras depuis le depart de la maison jusqu’à ce qu’il nous quitte… j’ai pris le temps de le remercier pour toutes ces années et lui dire combien je l’aimais … puis quand je me suis sentie prête… (on ne se sent jamais vraiment prête) j’ai donné mon accord au bétérinaire pour procéder à l’injection qui arrêterait son petit coeur de battre pour moi! Il etait mon preux chevalier, mon fidèle ami et mon dépendant affectif…
    Ça fait 10 jours et je n’en suis pas remise… c’est un grand vide… je dirais meme que c’est comme pour moi avoir perdu un membre de ma famille.
    Mon fils l’avais nommé Gris et moi je l’appelais Mr GRay 🖤

  26. Carole Tardif dit :

    Bonjour Véro,
    Je vis présentement la même situation et ce n’est pas facile..Ma Maya est aussi une chienne extraordinaire et rempli d’amour. Ce sera son dernier printemps, son dernier été… Son amour est gravé dans mon coeur pour l’éternité et à chaque jour je lui dit que je l’aime, qu’elle est un des plus beaux cadeaux que j’ai reçus et je la remercie d’avoir fait partie de ma vie pendant presque 10 ans. Merci beaucoup pour ton article qui reflète les sentiments de toutes les personnes qui vivent ce deuil ou qui le vivront, malheureusement, éventuellement. Bonne journée.

  27. Sandra dit :

    J’adhère totalement à ce que vous dites et vous le dites très bien….

  28. SylVie dit :

    Le 14 février j’ai du faire euthanasier Kléo ma grosse fille (une bullmastif de 110lb). Elle a quitté notre famille après 11 ans pour aller au paradis des chiens. Je suis certaine qu’elle est montée directement au paradis car elle était une chienne d’une gentillesse et d’une douceur extraordinaire, elle avait une belle joie de vivre, elle était MA compagne, nous étions toujours ensemble, elle accueillait les clients, on faisait 4 heures de routes pour aller à notre paradis, on a marché, marcher et encore marcher et quoi d’autre encore. Depuis le 14 février, je peux vous confirmer que c’est le deuil le plus difficile et le plus douloureux que j’ai eu a vivre de toute ma Vie. Je me console en me disant qu’elle a vécu une très belle vie de chien, elle a eu une belle fin de vie, elle est décédée dans le confort de notre foyer, dans la douceur comme je l’avais souhaiter. J’ai allumé des bougies, elle a eu le plaisir de manger 3 gros biscuits avant de s’endormir paisiblement. Pendant sa transition, elle a reçu des tonnes de caresses. j’ai tenu ma promesse, celle que je lui avais fait le premier jour de notre rencontre. Kléo, tu es dans mon coeur pour le reste de ma Vie.

  29. Jean-François Genest dit :

    Faire le deuil de son animal est une chose qui marque notre vie à jamais. On a l’impression que notre boule d’amour nous a quittés avec une partie de nous-mêmes et que notre vie ne sera plus comme avant. Je n’ai pas besoin de vous dire que notre vie est devenue un cauchemar d’avoir perdu Sunny.

    Ne pas savoir et connaitre les raisons de son départ ni dans quelle circonstance elle est décédée en ajoute une couche à notre deuil qui est déjà souffrant. On passe de la colère à la tristesse sans comprendre ce qui se passe.

    Pour faire court, notre petite chienne Sunny, une labrador pure race qui avait à peine 11 mois et qui était en bonne santé nous a quitté dernièrement et ce, dans des circonstances nébuleuses et incompréhensibles.
    Nous avions confié Sunny à une clinique vétérinaire de Québec pour une simple opération de routine, c’est-à-dire ¨stérilisation¨ et en même temps procéder au micropuçage. Sunny a été admise le 17 février 17h00 comme demandé, car son opération inclut le micropuçage était prévue pour lendemain matin.

    Le jour de son opération 16h00, n’ayant eu aucune nouvelle ni suivi suite de la part de la clinique, ma conjointe a décidé de contacter la clinique pour avoir des nouvelles de l’opération et l’état de Sunny. Nous n’avons jamais pu parler avec une des techniciennes sous prétexte qu’elles étaient occupées et on ne nous a jamais rappelés tel que demandé.

    Le lendemain matin 10h20 nous reprenions possession de Sunny tel que convenu. Le vétérinaire qui a opéré Sunny est venu nous chercher à l’accueil pour nous amener dans son cabinet et nous à mentionner et je cite : «je ne sais pas si on vous a informé, mais Sunny est décédé». Sunny aurait reçu un analgésique à 20h00 et été laissé seul à elle-même pendant plus de 13h00 puisqu’il n’y a personne pour assurer un suivi le soir et la nuit. Nous avons demandé de voir Sunny qui se trouvait dans une pièce éloignée et isolée et la scène qui nous attendait était horrible. Nous n’avons reçu aucune explication du vétérinaire qui n’était supposément pas sur les lieux lors de son décès. Selon lui, Sunny serait décédé pendant la nuit. Nous avons appris que Sunny a été opéré en après-midi plutôt que le matin. Je vous évite tous les détails, mais on note plusieurs manquements et nous n’allons pas en rester là.

    Nous avons demandé un rapport d’autopsy, car on ne sait rien. Les intervenants de la clinique ne sont pas très bavards.

  30. Guylaine dit :

    Quel article touchant! Je pense, tout comme vous, que nos animaux sont des êtres merveilleux auxquels on s’attache profondément. Pour avoir vécu le deuil difficile de mon chien et constater à quel point mon amie était inconsolable à la mort de son pitou d’amour, j’ai commencé à peindre à l’aquarelle les portraits de nos amis poilus en espérant que ça mette un baume sur la peine!

  31. Isabelle Paquet dit :

    Mon gros chat Grisou aura 19 ans dans quelques jours et c’est exactement comme vous que je me sens. Quelle belle vie il aura eu ce minou! C’est ce qui me consolera le jour venu. Je me fais à l’idée depuis un bon moment, comme si j’essayais de faire mon deuil d’avance, en pensant que ce sera moins difficile à son décès. On verra, mais je sais qu’il n’aura pas regretté son passage parmi nous.

  32. Nathalie rousseau dit :

    Jai perdu ma petite chatte subitement. Elle s’appelait Clémentine. Je l’aimais beaucoup. Je suis partie en vacances et la derniere image que j’ai d’elle c’est qu’elle était sur une buche et regardait les oiseaux. La personne qui s’en occupait m’a appelé d’urgence en me disant que ca n’allait pas bien. Ce fut lafin. J’ai beaucoup de peine.

  33. Ysabelle dit :

    Le 11 février dernier, nous avons dû endormir notre belle princesse de 15 ans. En palliatif 6 mois, nous étions incapable de la laisser partir car elle se battait pour la vie, pour nous… Nous avons pleuré notre vie et elle nous manque à tous les jours, il y aura toujours un vide dans nos vies. Nous l’avons fait incinérée et elle est avec nous pour toujours! 😢😢😢

  34. Ysabelle dit :

    Le 11 février dernier, nous avons dû endormir notre belle princesse de 15 ans. En palliatif 6 mois, nous étions incapable de la laisser partir car elle se battait pour la vie, pour nous… Nous avons pleuré notre vie et elle nous manque à tous les jours, il y aura toujours un vide dans nos vies. Nous l’avons fait incinérée et elle est avec nous pour toujours! 😢😢😢

  35. Sophie Dubois dit :

    J’ai tellement aimé ce texte il nous ressemble tellement et je comprends tellement. Nous avons adopté Pepper il avait 4 ans car ses maîtres le laissait toute la journée dans une cage dans le garage parfois j’y pense encore et j’en pleure. Il est tellement gentil qu’il ne méritait pas ça et de toute façon aucun animal le mérite. C’est un Boston terrier, pour nous le plus fin le plus intelligent le plus colleux et je pourrais continuer longtemps. C’est vrai qu’il y a des gens qui ne comprennent pas que pour eux un chien c’est un chien, oh que non non non. C’est notre garçon (en plus que je n’ai pas d’enfant). Des gens nous trouvent un peu fou mais on s’en fou. Il a seulement 8 ans mais parfois j’y pense, un jour il s’en ira et je pleure alors je prends sur moi et me dit que tant qu’il est là je dois en profiter chaque jour et ne pas penser à ça tout de suite. En 2018 j’ai eu une grave maladie (il est même venu me voir aux soins intensifs sans dire un son pendant 2h il a resté couché à mes côtés) je suis donc à la maison à plein temps depuis alors une chance qu’il est là je suis chanceuse de l’avoir je l’aime tellement.

  36. suzanne chabot dit :

    Tristan, mon rottweiller chéri a veillé sur moi et ma fille lorsque mon chum était à l’extérieur pour le travail et ce, pendant 11 ans. J’avais pris des cours d’obéissance avec, 24 au total! Lorsque je me suis présentée à ces cours, Tristan avait 4 mois 1/2, c’était une maternelle! Pour vous dire les beaux moments passés avec lui… Tristan comprenait tout! Tout ce que nous vivions, nous sa famille… Un ligament croisé à une patte l’a obligé à prendre de la cartrophène, un anti-douleurs pendant 7 ans. De lui-même, il reculait en présentant ses foufounnes à la vétérinaire pour recevoir sa dose et ce, aux 12 semaines, pendant 7 ans! La vétérinaire l’adorait… Un jour, un de ses argots sur une patte avant s’est infecté, nous pensions qu’il s’était blessé sur un cailloux. Mais non, le verdict est tombé, Tristant avait un cancer dans cet argot… On nous l’a annoncé en avril. Tristan ne s’est jamais plaint et j’étais très attentive à ses déplacements. En juin, le 20, nous avons pris la décision de l’euthanasie, le rendez-vous fixé, nous avons savouré les derniers moments avec lui. Le jour prévu, mon conjoint m’a annoncé de retarder le rendez-vous d’une semaine de plus. À la date choisie, nous nous sommes rendus chez le vétérinaire avec Tristan, mon conjoint et moi. Tristan a agit comme d’habitude en présentant ses foufounnes pour recevoir sa cartrophène mais constatant qu’il ne l’aurait pas, il ne me quittait plus du regard. Pour vous dire ce que je ressentais, les larmes me viennent aux yeux en vous l’écrivant et ça fait déjà 12 ans… La vétérinaire a procédé au rasage de la patte de Tristan pour recevoir l’injection. Je ne regardais pas Tristan, je regardais par la fenêtres et Dieu que je pleurais… Tristan a étendu sa patte et a touché mon bras et là je l’ai regardé, il avait un regard tellement mais tellement profond, il v-o-u-l-a-i-t que je le regarde. J’en entendu la vétérinaire me dire si vous saviez comme ça me fait de la peine Mme Chabot… J’ai été seule avec Tristan qq minutes après l’euthanasie et j’ai déposé mes mains sur lui en lui disant adieu et en lui demandant de nous trouver un adorable couple de chats siamois, nous avions décidé que nous n’aurions plus de chien. Nous avions décidé de ramener Tristan à la maison et de l’enterrer à son endroit préféré sur notre terrain avec sa laisse, sa doudou et son jouet préféré. Lorsque le conjoint de la vétérinaire a voulu refermer le grand sac en toile dans lequel reposait Tristan, j’ai demandé à ce dernier, sans réfléchir: « ne refermez pas le sac… car… il va étouffer… Je ne réalisais pas encore que Tristan n’était plus… Nous avons passé l’été en trouvant la maison bien vide. Après maintes recherches, à l’automne, enfin, nous sommes montés à Chambly chercher Mia et Malik, frère et soeur bébés de 2 mois à l’époque qui nous comble de joie depuis 12 ans… Des amours de chats siamois.

  37. louise constantineau dit :

    Il y a cinq ans de ca je perdais mon beau Charlot d’un cancer fulgurant. Pas question de le ramener à la maison pour lui dire nos adieux. L’euthanasie devait avoir lieu sur le champ car son énorme tumeur cancéreuse découverte la journée même menaçait de rupturer à tout moment et mon bel amour serait mort dans une douleur innommable. Aucune chirurgie possible ou traitement envisageable pour cette sorte de tumeur.
    C’est le cœur explosé en milles miettes que je lui ai chuchoté tout doucement à l’oreille sa chanson que je lui avais inventée lors de son adoption. Sa chanson joyeuse que je lui chantais pratiquement tous les jours. Il l’aimait bien car il montrait toujours de la joie quand je poussais la première note. Il était tellement heureux…. Tellement le chien parfait!

    Lorsque je faisais toiletter mon beau Charlot, je ramenais des poils. Je me disais qu’un jour je ferais quelque chose avec ça. Il faut dire que je feutre de la laine de mouton mérinos et de la fibre d’alpaga depuis près de 12 ans. Alors je voulais faire le test avec les poils de Charlot.

    C’est le cœur brisé que j’ai créé avec ses poils ma première pièce; un rose.

    ‘’If you heart is broken, make art with the pieces’’ citation de ― Shane Koyczan

    En gros cela se traduit comme ceci : si ton cœur est brisé, ramasses-en les morceaux et transforment les en art.

    C’est en créant une rose avec ses précieux poils que j’ai transformé un drame horrible de ma vie en quelque chose de réconfortant que j’ai mis un baume à mon cœur. Une petite œuvre d’art pour moi-même.

    Par la suite, je me suis dit qu’il devait bien y avoir d’autres personnes amoureuses des animaux qui profiteraient de mon service pour conserver elles aussi un souvenir impérissable et tangible de leur petit amour. Si je pourrais mettre un petit baume aux cœurs des endeuillés alors je me devais d’offrir mon art. J’ai ouvert une page facebook: https://www.facebook.com/monangecanin

    Cinq ans plus tard, des centaines de personnes ont profité de mon service ici au Québec mais partout ailleurs aux États-Unis et en Europe. D’un seul modèle est né tout un éventail pour répondre aux demandes spécifiques.

    Un parcours très émotif pour moi car derrière chacune des créations se cachent une personne, une famille qui passe au travers d’un deuil ou qui s’apprête à en vivre un. Je vous ressens tous tellement…

    Toutes les confidences me touchent au plus haut point. Je pleure souvent en les lisant, je sais, je connais, je comprends ce que ces gens vivent. J’ai même créé un groupe de de deuil privé pour vous.

    Il y a certains jours plus difficile que d’autre et je revis mes deuils animalier au travers les vôtres. Quelques fois je me dis que c’est trop difficile émotivement pour moi et que réfléchis à savoir si je vais cesser tout ça.

    Mais la gratitude immense, les mots si touchants, la gentillesse, la reconnaissance la confiance que les gens me donne me motive à continuer. Je ne pensais pas un jour faire une différence si significative dans le deuil des personnes qui me contactent.

    Mon ange canin, c’est mon Charlot mais c’est aussi votre petit amour à vous, qu’il soit canin, félin ou lapin.

    Je ne peux que dire merci. Merci à mon bel ange canin d’être passé dans ma vie. Merci, est un mot si petit pour exprimer une si grande gratitude mais je n’en connais pas d’autre pour résumer ce que je ressens.

    Merci de me permettre à remplir ma mission de vie, oui je sais, je connais et je comprends….

  38. Suzanne Lessard dit :

    Les dernières semaines de mars, ma grosse toune Lili des 12 dernières années m’a préparée à son éventuel départ. Elle a été ma compagne, je la voyais partir tranquillement, elle me regardait, se collait, me faisait des câlins mais quand je l’ai vu pleurer alors là j’ai su que c’était le temps. J’ai pris le rendez-vous chez le vétérinaire, nous avons discuté et je lui ai dit que j’allais être avec mon chien jusqu’à la fin et c’est ce que j’ai fait, j’ai été avec elle jusqu’à son dernier souffle. Depuis le 1er avril ma maison est vide, elle ne me suit pas partout mais je prends le temps et je me donne le temps de vivre ce deuil et il m’arrive encore de pleurer ma vie pour cette bête qui avait plein d’attitude et qui se faisait comprendre quand elle voulait quelque chose. Soyez avec elle jusqu’au bout de sa vie et en famille pour lui démontrer que vous aussi êtes là pour elle. Bon courage 🙏🏻

  39. Nathalie Veilleux dit :

    Nous avons adopter notre belle choupette (teckel)a l’âge de 5 ans c’était notre bébé. Quand je lui parlais J’avais vraiment l’impression qu’il y avait un petit être humain derrière ces grands yeux noir. Et quand elle a commencé à perdre la vue et bien j’ai commencé a me faire à l’idée que nous étions proche de la fin, je ne souhaitais qu’une seule chose es qu’elle décède à la maison sans que je sois obligée de me rendre au vétérinaire. Mon souhait a été exaucé car elle est partie seule par elle même, elle avait 18 ans. Bon courage xo.

  40. Compagnons Éternels dit :

    Merci énormément pour votre article. Votre texte nous touche beaucoup car nous comprenons parfaitement à quel point faire le deuil d’un animal est une étape extrêmement difficile à traverser. Nous essayons chaque jour d’aider les gens de façon emphatique à traverser cette étape difficile, en offrant un accompagnement pour leur permettre de dire un dernier au revoir digne à leur fidèle compagnon.

    Merci encore et bon courage à votre famille ❤️

  41. Anne Bergeron dit :

    Il y a 2 semaines j’ai accompagné notre petit « garçon » des 10 dernières années dans son dernier voyage. J’en suis avec ma grosse « fille » à attendre le moment où je devrai me résoudre à l’accompagner elle aussi, depuis la dernière année elle s’en va tranquillement, je ne sais pas si elle se rendra à ses 14 ans tout comme vous je profites de chaque moment avec elle à son rythme selon ses capacités, ma belle blonde , la plus belle parmi tous ❤️

  42. Chantal dit :

    Je suis de tout cœur avec vous. Je comprends votre peine. Ma chienne détestait aller chez le vétérinaire c’est pour cette raison que j’ai décidé que ses derniers moments de vie étaient pour se passer à la maison. Elle est partie dans mes bras sur son coussin préféré avec de la musique.. Dre Blais a été formidable. Si c’est possible, je suggère cette façon de dire adieu, Merci d’écrire sur ce sujet. Bon courage.

  43. jocelyne dit :

    Bonjour Christine, Ô que je comprends ce que tu dis et ressens, j’ai moi même eu des chiens toute ma vie et j’en ai un bon bout de fait 😊 je considère les chiens comme mes meilleurs amis, un membre a part entière de la famille tout comme toi..pour ce qui est de la tristesse que tu vis, tu dois bien te douter que je l’ai vécue souvent…c’est toujours déchirant bien sûr, pour moi le plus bel adieu que j’ai eu la chance de vivre, c’est avec mon Bill un berger Allemand de 11 ans, le vétérinaire nous a dit qu’il soufrait d’un cancer du pancréas et qui en avait que pour quelque jours…mais surprise il nous a dit qu’il ne souffrait pas et qu’il aurait du mal à trouver son souffle..nous avons décidé de le garder avec nous et de l’accompagner jusqu’à la fin, nous étions toujours avec lui et 3 jours plus tard il est parti avec nous qui lui parlait doucement et le caressait, comme on accompagne un ami, puisque c’est ce qu’il était. J’ai trouvé ce départ beaucoup plus sain et harmonieux, pour ce qui est de pleurer toutes les larmes de ton corps ça vient malheureusement avec 😇 on m’a dit un jour que tout les animaux venaient pour nous apporter quelque chose et que le chien lui viens pour nous montrer l’amour inconditionnel, qu’est-ce que tu en penses…

  44. Hélène Martel dit :

    Quel beau témoignage qui dévoile avec le cœur la place qu’occupe ce membre de la famille à part entière.
    Il y a une semaine, mon vieux Golden Retriever de 14 ans, Sam, nous a quitté entouré d’amour et de caresses, le museau au soleil.
    Ce fut un moment rempli de tendresse et de recueillement de lui dire qu’il pouvait s’envoler au paradis et de courir tant qu’il le voudrait.
    Une paix s’installe en nous en sachant qu’il ne souffre plus d’arthrose et de tant de douleurs à se mouvoir.
    Toutefois, le vide qu’il laisse derrière lui est immense et le chagrin en montagne russe qui nous envahit est bien réel…
    Le deuil animalier se vit de façon bien personnelle mais je suis certaine qu’il doit être vécu et accueilli tel qu’il se présente avec de la bienveillance…

  45. Daniel dit :

    Merci pour ce texte qui identifie exactement ce qu on a vécu la semaine dernière. Ce petit être qui a été avec nous presque 15 ans. Medicamenté depuis janvier pour le coeur je l’ai apporté chez le vétérinaire la dernière journée car il etait trop mal en point, mais il était content quand j’ai pris la laisse car il pensait aller prendre une marche (la il m’a fendu le coeur en deux)

    Quelle journée triste..

  46. Lucie Aspirot dit :

    Il y a 14 jours aujourd’hui, nous avons pris la plus douloureuse décision de notre vie : mettre fin aux douleurs de notre Browny, un magnifique Papillon, blanc et brun, de 9 1/2 ans. Il est décédé d’insuffisance rénale. Ça c’est développer tellement rapidement, du moins les symptômes ont apparu il y a seulement 1 mois. Il a été hospitalisé 1 semaine et a vécu une dernière semaine avec nous. Nous le pleurons encore aujourd’hui… vous savez nous n’avons pas d’enfant, il était donc notre garçon.

    Les deux premières années ont été assez « rock’n roll », il dormait très peu et tout l’amenait à faire un mauvais coup. Ç’a fini par se passer et il est devenu un chien hyper attachant, drôle, espiègle, doux, colleux, bécoteux. Dans son regard, on ne voyait pas un chien, on voyait un être vivant avec une intelligence serte. Ses beaux yeux brun pâle nous parlaient, nous admiraient. On le comprenait notre Browny… chaque jappement voulait dire quelque chose de spécifique.

    Demain ou jeudi, nous devrions recevoir ces cendres. Nous avons choisi une belle urne et il reposera à côté de sa petite soeur, Nikki, une poméranienne que nous avons eu pendant 15 ans, juste avant lui. Nous comprenons votre peine et vous avez le droit de le pleurer aussi souvent et aussi longtemps que vous le voulez.

    Bon courage à vous et votre famille,
    Lucie

  47. Danielle Fontaine dit :

    Les chiens ne nous abandonnent que pour mourrir mais ils nous laissent leurs merveilleux souvenirs pour éclairer le reste de notre chemin.

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine