J’ai testé : dire oui à mes enfants

jai-teste-dire-oui-a-mes-enfants
21 Mai 2019 par Chantal Tellier
Catégories : Famille / Véro-Article
Icon

J’ai testé… Pendant deux semaines, notre éditrice Sophie Banford a décidé de relever le défi de dire (presque toujours) oui à ses enfants. Compte-rendu.

Lorsqu’on est parent, nos enfants testent sans cesse nos limites. Et comme je suis séparée, je dois à la fois être le bon cop et le bad cop quand j’ai la garde de mes fils.

J’avais l’impression, depuis un certain temps, de jouer plus souvent le rôle du bad cop. De dire non par réflexe, sans vraiment considérer les demandes de mes enfants. Il faut dire qu’en ce moment, je réfléchis beaucoup à ce sujet. Un de mes garçons, Philippe, a 13 ans. C’est donc un ado et je sens que je dois faire preuve d’un peu plus de souplesse à son égard.

Dent sucrée

Bien sûr, j’avais des craintes en amorçant ce défi. Mes deux fils sont comme moi: ils ont la dent sucrée! Souvent, ils me demandent des biscuits ou des bonbons comme collation avant souper. J’ai l’habitude de dire non et de leur offrir plutôt des fruits ou du yogourt. Autrement, mon budget dentaire exploserait, c’est sûr! J’appréhendais donc un peu leurs demandes côté gâteries.

Ça s’est plutôt bien passé. Mon plus jeune, Patrick, était très heureux de pouvoir manger des sucreries avant les repas. Quant à Philippe, comme la plupart des ados, il a toujours faim. Parfois, après le souper – incluant un smoothie-dessert –, il me demandait s’il pouvait manger des bonbons. Je lui disais de prendre des fruits et que, s’il avait encore faim ensuite, il pourrait s’offrir des bonbons. C’était une façon de dire oui… tout en comblant mon besoin d’orienter mes enfants vers les bons choix.

Matinée télé

À la maison, le temps d’écran est très encadré, tant chez moi que chez leur père. Aussi, quand Patrick m’a demandé s’il pouvait regarder une émission (Les désastreuses aventures des orphelins Beaudelaire) le matin, j’ai eu du mal à dire oui. La télé le matin, ça heurte mes valeurs. J’ai accepté cette fois-là, mais en lui faisant comprendre qu’il s’agissait d’une exception. Il est bien sûr revenu à la charge, et j’ai alors trouvé ça difficile à gérer.

Quant aux jeux vidéo, les règles à ce sujet sont déjà bien ancrées chez nous. Mes fils étaient moins portés à vouloir les changer. Pendant la semaine, ils ne jouent pas. Le weekend, ils ont droit à une heure le matin et une heure le soir. C’est arrivé, durant la période du défi, qu’ils me demandent de jouer plus longtemps… et j’ai accepté.

L’hiver en mode ado

Comme bien des adolescents, Philippe refuse de s’habiller chaudement en hiver. Après avoir beaucoup lutté contre cette manie, j’ai abandonné le combat durant le défi. Je me suis dit qu’au pire il aurait froid. Mais quand il s’est mis à tousser, je lui ai expliqué que, s’il était malade, j’allais devoir m’absenter du bureau pour l’amener chez le médecin, et qu’à partir de là, son choix avait des conséquences pour moi. Je lui ai donc demandé de remettre son manteau et ses bottes. Ça n’a pas été facile au début, mais on a réussi à lui trouver un look cool, et c’était correct.

Les leçons à tirer

J’ai craqué une seule fois durant le défi. Nous étions au dépanneur et Patrick voulait des croustilles. J’ai dit oui, mais ensuite, il a voulu qu’on achète aussi un jus, un jouet, des bonbons… Là, j’ai mis mes limites. Après tout, c’est moi l’adulte.

J’avais des appréhensions au départ, mais finalement, ça n’a pas été la débauche que je craignais! Ça m’a rappelé qu’il faut choisir ses batailles. On ne peut pas toujours dire non. Cette expérience m’a permis de focaliser sur des choses auxquelles je tiens vraiment comme parent.

Maintenant, au lieu de dire non machinalement, je réponds: «Laisse-moi y penser, je vais te revenir là-dessus.» Je fais preuve de plus de souplesse et tout le monde y trouve son compte. Ma relation avec mes enfants est moins tendue.

Essayez, vous m’en donnerez des nouvelles!

 

Cet article est paru dans le magazine VÉRO printemps 2019. Abonnez-vous ici.

Image: Getty Images

À lire aussi:

« Je déteste être mère… »

Mère poule: 5 trucs et conseils pour petits et grands

10 idées de camps pour cet été!



Catégories : Famille / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire
vero-18-abonnement

Magazine Véro

S'abonner au magazine