Profession: maman d’athlète

12 Août 2016 par Carolyne Ann Boileau
Catégories : Famille
Icon

Margarida, Hélène, Sylvie et Sandra ne pratiquent pas le plongeon. Mais elles en connaissent toutes les techniques et savent si l’exécution d’un plongeon est réussie ou juste passable.

Assise dans les gradins, chacune d’entre elles observe son héritière s’élancer de la plateforme de 10 m ou du tremplin de 3 m avec un sentiment de grande fierté. Et pour cause, elles sont les mamans des Fab IV, surnom donné à Meaghan Benfeito, Roseline Filion, Jennifer Abel et Pamela Ware, ces quatre plongeuses qui sont aux Jeux olympiques de Rio.

La route vers la compétition la plus importante de toutes n’est pas un long fleuve tranquille. Ni pour les athlètes ni pour les parents. Pourtant, aucune des quatre mamans interrogées ne parle de sacrifice quand on évoque tout ce dont elles ont fait pour soutenir leur enfant dans la réalisation de leur rêve olympique. Parlez-en à Sandra, la maman de Pamela, qui a abandonné son travail, afin d’être totalement disponible pour conduire sa fille à la piscine et assister aux pratiques de jour et de soir. «Le sourire et la fierté que je vois sur son visage, ça vaut plus que la voiture de l’année ou une garde-robe tendance», affirme Sandra. Sylvie aussi a trimé dur pour que Jennifer puisse atteindre son plein potentiel: «On a dû reporter de quelques années l’achat de notre maison. C’est à bord de l’autobus scolaire que je conduisais que ma fille se rendait à ses pratiques. Autrement, ç’aurait été impossible…», raconte Sylvie. Ce choix de vie — parce qu’il en est un — est pleinement assumé par les quatre mamans dévouées que nous avons rencontrées. Ne cherchez pas le regret dans leur visage ni dans leur voix, elles n’en ont aucun!

À la fois mère, chauffeuse, accompagnatrice, motivatrice et supportrice, les mamans des Fab IV vivent beaucoup d’émotions à travers leur fille. Et leurs enfants savent qu’elles peuvent toujours compter sur elles en tout temps, en tout lieu. Si les mères ne peuvent pas toujours être des voyages aux quatre coins du monde, elles sont toujours au bout du fil ou de leur écran, prêtes à encourager, à accueillir les cris de joie, mais aussi les doutes, voire les déceptions.

Dans nos bureaux, on s’est demandé jusqu’à quel point les tandems mère-fille étaient en symbiose. Quand on les a rencontrées à l’hôtel Germain, dans le cadre du lancement de la vidéo Merci, maman, une initiative de Procter & Gamble en vue des Jeux olympiques de Rio, elles ont répondu à quelques petites questions visant à tester leurs connaissances sur l’une et sur l’autre. En voici quelques extraits:

Sandra Kovac et Pamela Ware

Quelle est la plus grande qualité de Pamela?

Sandra: Elle est généreuse.

Pamela a répondu: Je suis toujours de bonne humeur et j’essaie de rendre les autres, autour de moi, heureux.

Qu’est-ce qui est le plus important pour Pamela, une médaille olympique ou donner le meilleur d’elle-même?

Sandra: Donner le meilleur d’elle-même.

Pamela a répondu: Donner le meilleur de moi-même, parce que ce n’est pas la médaille qui compte, mais plutôt ma performance.

Quelle est votre réaction quand vous voyez votre fille s’élancer du tremplin?

Sandra: Quand Pamela était jeune, j’avais peur. Mais maintenant, je ressens de la fierté. J’ai envie de dire haut et fort: «C’est ma fille!»

Pamela a répondu: Ma mère est stressée et apeurée, mais elle a confiance en moi et en mon expérience.

 

Sylvie Danis et Jennifer Abel

Quelle est la plus grande qualité de Jennifer?

Sylvie: Elle est sociable et honnête. En fait, elle est un rayon de soleil, et ce, dès le réveil.

Jennifer a répondu: Ma joie de vivre.

Quelle est la phrase que vous dites toujours à Jennifer pour la motiver?

Sylvie: Amuse-toi!

Jennifer a répondu: Tu es une Abel.

Quelle est votre réaction quand vous voyez votre fille s’élancer du tremplin?

Sylvie: Je lui dis en pensée : «Let’s go, tu es capable!»

Jennifer a répondu: Ma mère est nerveuse.

 

Hélène Filion et Roseline Filion

Qu’est-ce qui est le plus important pour Roseline, une médaille olympique ou donner le meilleur d’elle-même?

Hélène: C’est certain qu’elle vise une médaille, mais ce qui compte plus que tout, c’est de donner le meilleur d’elle-même.

Roseline a répondu: Donner le meilleur de moi-même, parce que je ne contrôle pas ce que les autres font. Je me concentre sur ma performance et je donne tout ce que j’ai. La médaille, c’est un bonus.

Quelle est la phrase que vous dites toujours à Roseline pour la motiver?

Hélène: Je t’aime.

Roseline a répondu: Elle ne me dit pas nécessairement un mot d’encouragement, mais son regard dit tout.

Quelle est votre réaction quand vous voyez votre fille s’élancer du tremplin?

Hélène: Mon cœur bat très vite. Mais aussitôt que le premier plongeon est terminé, je commence à relaxer un peu. J’ai quand même beaucoup d’émotions.

Roseline a répondu: Ma mère retient son souffle!


Margarida et Meaghan Benfeito

Quelle est la plus grande qualité de Meaghan?

Margarida: Elle est très généreuse avec sa famille et a beaucoup d’empathie.

Meaghan a répondu: Mon souci de la performance.

Quelle est la phrase que vous dites toujours à Meaghan pour la motiver?

Margarida: «S’il te plaît, n’abandonne pas» et «La médaille est à toi, va la chercher!»

Meaghan a répondu: Peu importe les résultats, si tu souris et que tu es heureuse, je le suis aussi.

Quelle est votre réaction quand vous voyez votre fille s’élancer du tremplin?

Margarida: Vingt ans plus tard, je suis toujours sous le choc! Je suis impressionnée de la voir plonger. Ça semble si facile, et pourtant…

Meaghan a répondu: Elle cache son stress.

 

Photo: gracieuseté Procter & Gamble

Lire aussi: J.O. de Rio: on parle mode-beauté avec Meaghan Benfeito et Roseline Filion



Catégories : Famille
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine