La diversification alimentaire menée par l’enfant (DME), c’est quoi?

bébé-alimentation-dme-GettyImages
04 Oct 2021 par Florence Dujoux
Catégories : Cuisine / Famille / MSN / Véro-Article
Icon

Lorsque bébé est prêt à manger, certains parents préfèrent délaisser les traditionnelles purées et privilégier les aliments solides dès les premières bouchées.

La DME, parfois appelée alimentation autonome de bébé, est une approche selon laquelle le poupon s’alimente seul, en portant lui-même à sa bouche de gros morceaux d’aliments. C’est une alternative à la diversification alimentaire traditionnelle, effectuée à base de purées et de compotes, données à la cuillère par l’adulte au tout-petit.

«Peu importe la méthode retenue, ce qui compte, c’est qu’à environ un an, le bébé puisse se nourrir par lui-même, assis autour de la table, avec à peu près les mêmes aliments que les autres membres de la famille», partage Mylène Duplessis Brochu, nutritionniste à la Fondation Olo.

Depuis plusieurs années déjà, Santé Canada encourage le bébé à se nourrir de façon autonome, avec des aliments à manger avec ses doigts et des textures variées. Ces grands principes ne sont pas sans évoquer ceux de la DME. Est-elle adaptée à votre tout-petit?

Des bébés en santé!

Depuis 30 ans, la Fondation Olo a pour mission de donner une chance aux familles de mettre au monde des bébés en santé et d’acquérir de saines habitudes alimentaires. Durant les 1000 premiers jours du tout-petit, elle fournit aux parents et aux intervenantes des outils éducatifs et des conseils professionnels pour encourager trois comportements: bien manger, cuisiner et manger en famille.

La DME convient-elle à votre bébé?

Ne rangez pas tout de suite votre mélangeur! La DME n’est pas recommandée à tous les bébés, notamment ceux qui ont une malformation de la bouche, un problème de coordination main-bouche, ou encore un retard de développement musculaire.

Pour entamer la DME, junior doit être âgé d’au moins 6 mois (on utilisera l’âge corrigé s’il est prématuré), et être en mesure de s’asseoir droit pendant plusieurs minutes, de contrôler sa tête, et de mâchouiller ses jouets.

«Certains bébés n’ont pas d’intérêt pour les morceaux et préfèrent se faire nourrir à la cuillère: vous pouvez commencer avec les traditionnelles purées, et introduire les morceaux graduellement», conseille Mme Duplessis Brochu, en marge des puristes, qui recommandent eux d’éviter dès le début la nourriture à la cuillère.

Par où commencer?

Au début, il faut s’attendre à des dégâts (certains parents font manger bébé en couche et étendent une grande nappe lavable aux pieds de sa chaise haute) et à du gaspillage alimentaire. Mais vous bénéficierez rapidement de repas en famille: au lieu de passer votre temps à nourrir votre tout-petit à la cuillère, pendant que votre assiette refroidit, vous pourrez être assis à côté de lui à table, en toute convivialité.

«Il n’y a pas de calendrier d’introduction des aliments, explique la nutritionniste. Toutefois, il est important d’offrir à bébé des aliments riches en fer à tous les repas, car ses réserves se sont épuisées durant ses premiers mois de vie.»

Voici quelques exemples d’aliments riches en fer à privilégier:

  • Viande et poulet
  • Poisson
  • Œuf
  • Tofu
  • Céréales enrichies en fer

À noter que les aliments potentiellement allergènes, comme l’œuf ou les arachides, peuvent être introduits dès le début de la DME: selon les dernières recherches scientifiques, les retarder n’est pas avantageux pour diminuer les risques de réactions allergiques.

Bien sûr, le format des aliments sera adapté pour faciliter la prise en main. On proposera par exemple des lanières de poitrine de poulet bien cuites, des galettes de céréales et de viande hachée, des bâtonnets de tofu, etc. Les purées et les compotes ne sont pas exclues: elles prendront la forme de cuillères pré-remplies ou seront étalées sur un craquelin.

Faut-il avoir peur que bébé s’étouffe?

Mylène Duplessis Brochu affirme que les risques d’étouffement ne sont pas plus élevés avec la DME qu’avec la diversification alimentaire.

Quelques grandes règles à suivre pour que tout se passe bien :

  • Transformer les aliments petits, durs, ronds ou collants avant de les proposer à bébé. Par exemple, on coupe une tomate cerise ou un raisin en quatre, et on écrase les pois chiches.
  • En cas de doute sur la texture, on met l’aliment dans notre bouche et on vérifie qu’on peut l’écraser facilement avec la langue.
  • On ne laisse pas bébé manger seul. On reste attentif, particulièrement si on le sent fatigué ou distrait.
  • On ne devrait jamais introduire un morceau dans la bouche de bébé. Ainsi, on capitalise sur son « réflexe nauséeux » (haut-le-cœur), qui lui permettra de recracher un morceau qui va trop loin dans sa bouche.
  • Si on se sent toujours inquiet, on suit un cours de réanimation cardio-respiratoire, pour pouvoir bien réagir au cas où un étouffement se présente.

Et si bébé ne mangeait pas à sa faim?

Jusqu’à 12 mois, c’est le lait maternel, ou la préparation commerciale pour nourrisson, qui constitue la principale source d’énergie de bébé, rappelle la nutritionniste. «Les aliments viennent en complément, ils permettent de diversifier les textures et les saveurs, et de combler les besoins en fer», explique-t-elle. Selon l’experte, il faut laisser du temps au poupon: plus il approchera de l’âge d’un an, plus l’alimentation prendra de la place!

RESSOURCES

Plusieurs sites proposent conseils, astuces, consultations et ateliers à destination des parents sur la DME, parmi lesquels:

Photo : Jessica Peterson Getty Images

À lire aussi : 



Catégories : Cuisine / Famille / MSN / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine