Ma dernière grossesse

derniere-grossesse-temoignage
03 Août 2021 par Migaelle Geoffrion
Catégories : Famille / MSN / Véro-Article
Icon

En couple avec une Maman2, Migaelle Geoffrion jongle entre la garde partagée des ainés et le congé de maternité du p’tit dernier. Elle nous partage les histoires et les questionnements du quotidien de sa famille homoparentale.

Dans quelques semaines, mon bébé d’amour, tu viendras au monde. Je ne te connais pas encore, mais je te sens pirouetter dans mon ventre depuis un bon moment. Lorsque tu ouvriras tes paupières, à travers le branle-bas de combat de l’accouchement, tu nous verras, Maman2 et moi, pour la première fois. Dans les jours qui suivront, tu rencontreras aussi ton grand frère et ta grande sœur. Tu sais, ces petites voix qui te parlent souvent et font des bisous sur mon ventre avant chaque dodo. Tu viendras te greffer à notre noyau familial parfaitement imparfait.

Je me languis de t’accueillir parmi nous. Nous ne te connaissons pas, mais tu occupes déjà cette immense place dans notre cœur, mon petit bébé. Tu trouveras, de l’autre côté de mon ventre, une quantité inimaginable d’amour qui t’attend.

Ce que tu ne sais pas encore, mon petit cœur, c’est que tu seras mon dernier bébé. Nous avons pris la décision, Maman2 et moi, que s’il y a une suite à notre famille, c’est elle qui prendra le relais. Dans quelques semaines, tu quitteras mon corps pour un voyage solo. Ce sera, pour mon système reproducteur, la fin de sa vie utile. Je ne sais pas encore comment composer avec cela. La finalité est parfois difficile à accepter. L’idée de ne plus jamais revivre une grossesse m’effraie. Être enceinte demeure l’un des plus beaux privilèges que nous donne la vie.

Une part égoïste en moi souhaiterait te garder au chaud dans mon ventre encore longtemps. La vie va vite et j’ai peur d’oublier. Oublier chacun de tes petits mouvements, hoquets et étirements à l’intérieur de mon bedon. Oublier cette fébrilité et cette excitation lorsque l’on entend les battements de ton cœur chez le médecin. Oublier ces émotions envahissantes lorsque nous te voyons sur le moniteur d’échographie. Oublier toute cette tendresse et cette douceur quand je te parle, la main posée sur mon ventre. J’aimerais pouvoir enregistrer chacun de ces moments avant que tu arrives. Créer un souvenir tactile de ces sensations. Une part de moi souhaiterait ne jamais oublier ce que c’est de porter la vie à l’intérieur de soi.

Une expérience folle, surréelle, éreintante et difficile qui se terminera dans quelques semaines pour moi. Cela me fait vivre un curieux mélange de soulagement et de tristesse. J’imagine déjà un certain deuil à faire lorsque je verrai de belles mamans au bedon bien rond dans les prochaines années. Une part de moi vivra une certaine nostalgie des moments privilégiés que nous vivons en ce moment, toi et moi.

Ne t’inquiètes pas mon petit cœur, lorsque je ressentirai cette pointe de tristesse et d’envie, je tenterai de me souvenir de chacun des mouvements que tu fais dans mon ventre pendant que je rédige ce texte aujourd’hui. J’essaierai de me souvenir de tes petits hoquets qui me font toujours sourire et de cette fébrilité immense qui m’habite à l’idée de faire ta connaissance dans quelques semaines.

Mais prends ton temps, mon petit trésor. Tu es mon dernier bébé-bedon, Maman n’est pas pressée.

Je t’aime.

 

À lire aussi : 

Photo principale : Getty Images Alyson Aliano



Catégories : Famille / MSN / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine