Mariages 2021 : à quoi s’attendre?

14 Avr 2021 par Érika Tremblay
Catégories : Famille / MSN
Icon

Qu'arrivera-t-il avec la saison des mariages 2021 alors que la bataille contre la Covid-19 n'est pas terminée?

Après une année sous le signe des nombreux reports, plusieurs mariés envisageaient 2021 avec beaucoup d’espoir. Toutefois, maintenant que la saison des mariages est à nos portes et que la situation est encore incertaine, plusieurs couples se demandent quoi faire. Voici quelques pistes pour les aiguiller.

« En raison de l’incertitude entourant les mois à venir, la majorité de mes clients ont déjà reporté leur mariage à 2022, nous confie Mélanie Aubin, planificatrice de mariages et fondatrice de Foudamour. À l’heure actuelle, le meilleur conseil que je donne aux couples est d’analyser leur capacité à gérer le stress. Un mariage devrait être un événement heureux, qu’on prend plaisir à organiser, alors si ces derniers misent sur une grande fête avec de nombreux convives, il est probablement plus sage de reporter. »

C’est la décision qu’ont prise Marie-Laurence et son conjoint en début d’année. « L’an dernier, nos préparatifs allaient bon train jusqu’à ce que la pandémie bouleverse nos plans. Dans l’incertitude, nous avons pris la difficile décision de reporter notre mariage à 2021. À l’époque, nous ne pensions pas nous retrouver face à la même décision un an plus tard, mais en constatant que la situation perdurait, nous avons réfléchi à divers scénarios et aucun ne semblait répondre à nos attentes. L’option retenue a donc été de reporter notre mariage à 2022 dans l’espoir que tous nos proches et amis pourront être présents à nos côtés l’été prochain. » Marine, qui doit se marier dans le Sud de la France en août 2021 (un mariage déjà reporté d’une année), demeure optimiste. « On croit qu’on aura reçu notre première dose du vaccin d’ici là et on est prêt à s’adapter en fonction des règlements en vigueur. Notre seule crainte est que nos invités canadiens ne puissent pas être des nôtres en raison des restrictions de voyage et des frais qui entourent la quarantaine au retour. » C’est la même chose pour Alexia qui se donne encore quelques semaines avant de prendre une décision. « Avec la vaccination qui va bon train, je garde espoir. Notre mariage est prévu pour la fin du mois d’août et je me dis que les choses peuvent évoluer rapidement d’ici là. »

Selon Mélanie Aubin, les règles sanitaires risquent d’être assez similaires à celles de l’été dernier. « Les réceptions étaient limitées à 50 personnes et il y avait des mesures à appliquer comme le port du masque, la distanciation sociale et les bulles familiales. Si les mariés sont prêts à se prêter aux règles et à aller de l’avant avec un événement plus intime, il est tout à fait possible de se dire oui. » Dans ce cas-ci, la transparence et la communication avec les fournisseurs seront de mise. Selon la planificatrice de mariages, il est primordial de s’entourer de prestataires d’expérience qui sauront épauler les futurs mariés dans la planification du grand jour. C’est également ce que croient Marine et son conjoint. « Je pense à nos nombreux fournisseurs qui continuent de nous accompagner comme ils le peuvent malgré les éléments inconnus auxquels nous faisons face et je les en remercie. Ce sont des gens passionnés qui sont prêts à tout pour nous soutenir. Si jamais une décision doit être prise, une date est déjà posée pour 2022. Seul le temps nous le dira », nous confie la future mariée. Chose certaine, après plus d’un an de pandémie, les planificateurs de mariage sont devenus experts en gestion de crise.

« À partir du moment où le couple décide d’aller de l’avant, on peut réfléchir à comment rendre l’événement inoubliable malgré certaines restrictions. Par expérience, je peux vous dire qu’il y a une harmonie extraordinaire entre les convives dans le cadre des petits mariages », souligne Mélanie Aubin. Certains couples se sont également fiancés au cours des derniers mois et aimeraient se lancer dans les préparatifs. « La première étape sera de trouver le lieu et de vérifier le nombre de personnes exigé pour réserver. À certains endroits, on impose un minimum de 200 convives pour les mariages, mais il est difficile de prévoir à quel moment il sera possible de rassembler autant de personnes. Il faut alors vérifier si on pourra tenir l’événement même si ce chiffre doit être revu à la baisse, résume la planificatrice. Une fois qu’on a déniché le lieu de nos rêves, on réserve les services du photographe, de l’organisateur et des musiciens ou du DJ. Bref, les prestataires qui ne peuvent pas être à plus d’un endroit au même moment. On se lance ensuite dans la recherche d’un traiteur et d’un fleuriste. » Si le contexte pandémique nous impose finalement certaines règles, il y a plusieurs alternatives pour assurer l’ambiance. « On peut opter pour une prestation musicale pour remplacer la piste de danse, organiser un jeu-questionnaire sur les mariés, planifier une surprise pour le couple de la soirée ou déposer un appareil-photo au centre des tables et inviter les gens à immortaliser chaque petit moment », suggère Mélanie Aubin. Bien sûr, la créativité sera de mise, mais cette journée promet d’être tout aussi mémorable.

Lorsqu’on planifie un mariage, le fait de s’adapter et de faire preuve de flexibilité représente une grande force, peu importe le contexte. Qu’on se lance dans la planification, qu’on remette les plans sur les rails ou qu’on reporte encore une fois, l’important est d’être à l’aise avec sa décision et que l’organisation de ce grand événement se déroule sous le signe du bonheur.

À lire aussi : 

Photo principale : Sara Monika Getty Images



Catégories : Famille / MSN
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine