Moi, une mamie! – Cuisiner avec sa petite-enfant, un rituel doux pour l’âme!

18 Juin 2021 par Michèle Beauchamp
Catégories : Famille / MSN / Véro-Article
Icon

«Mamichou je veux t’aider!» C’est ce que Rafaelle me dit à tout coup lorsqu’elle vient nous visiter et que je m’apprête à cuisiner. Pour ce qui est de savoir si elle m’offrira toujours son aide à l’adolescence, l’histoire nous le dira…

J’ai toujours aimé cuisiner. Enfant, pour nourrir mes poupées, je faisais plutôt semblant avec ma petite vaisselle en plastique et mes aliments en carton. Plus tard, j’assistais ma mère, surtout à l’approche du temps des fêtes. Mais c’est lorsque j’ai emménagé dans mon premier appartement que j’ai commencé à concocter des plats de toutes sortes pour mes amis et ma famille. Ma cadence ne s’est jamais essoufflée depuis.

Alors quand Rafaelle, juchée sur son petit banc, me propose ses services de sous-chef, subito presto on enfile nos tabliers et on passe à l’action.

Le matin, j’avoue que c’est la fête! Et pour nous, fête rime avec rituel. Le nôtre, c’est de faire du pain doré. Pas très original, mais ça nous rend heureuses. Je m’occupe de la mise en place des ingrédients et des ustensiles. Ensuite, au tour de mademoiselle d’entrer en scène. Avec délicatesse, elle prend l’œuf dans sa petite main et tente de le casser sur le bord du bol. Sans succès! Elle essaie à nouveau, plus énergiquement cette fois. Yé! Voilà le jaune et le blanc au fond du récipient ainsi que… quelques éclats de coquille. À son insu, je les retire pendant qu’elle attrape le fouet pour battre le coco. Un peu de lait, un soupçon de vanille, et la voilà qui fouette vigoureusement le mélange jusqu’à ce qu’il soit homogène.

Je prends la relève. Je fais dorer les tranches de pain brioché tandis que Rafaelle dresse la table. Pas celle de la salle à dîner, celle de la table à café. Comme d’habitude, il faudra nous asseoir à la japonaise, sur une pile de coussins instables et non pas sur le canapé confortable. Facile de s’installer, plus difficile de se relever… pour moi, j’entends.

J’ai mentionné que Rafaelle voulait toujours m’aider en cuisine. En fait, ce n’est pas le cas à chaque fois. Par exemple, lors de sa dernière visite à la maison, je préparais le repas en solo et, debout sur une chaise de l’autre côté du comptoir, elle fabriquait des bricolages avec des Post-It. Tout bonnement, elle me tend un petit bout de papier jaune. Sur l’une des faces, un cœur, sur l’autre plusieurs xo. En me regardant droit dans les yeux, elle ajoute : «Il est pour toi Mamichou!». J’ai aussitôt laissé ma recette en plan et, la gorge nouée, je suis allée lui faire un énorme câlin. Ça, c’est de la nourriture pour l’âme.

Bien sûr, pandémie oblige, nos séances de cuisine en tandem se sont raréfiées. Mais cet été, nous pourrons renouer avec notre rituel du déjeuner. Et parions qu’à Noël cette année, nous pourrons en instituer un autre : confectionner des biscuits en pain d’épice…

À lire aussi : 



Catégories : Famille / MSN / Véro-Article
8 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pierrette Duval dit :

    Bravo les petits enfants c’est notre joie et notre plus beaux cadeau à une certaine âge .
    Beaucoup de bonheur à vous deux les amoureux.🥰

  2. Georges Beauséjour dit :

    Tranches de vie pour vous deux, cadeau pour moi , Merci

  3. Felicia Guarna dit :

    Beau texte! Les Mamies sont là pour partager leurs recettes avec beaucoup d’amour et tendresse..

  4. Jacinthe Ladouceur dit :

    Un texte remplie d’amour et de douceur. Tu lui fabriques de beaux souvenirs!

  5. Lucie Diane Lecours dit :

    Vraiment un adorable récit empreint de tendresse et remplit de bonheur. Quel plaisir de lire ce beau moment de vie! Touchant!

  6. Alfonse Mondello dit :

    Touchant…

  7. Guylaine Henri dit :

    Que voilà un texte touchant empreint de l’amour d’une mamie pour sa petite-fille. Du bonheur à lire. Merci!

  8. Sylvie dit :

    Du bonheur à l’état pur!

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine