Que feront vos ados cet été?

09 Mar 2020 par Maude Goyer
Catégories : Famille / Véro-Article
Icon

Nous avons demandé à des parents de nous éclairer sur les activités de leurs ados pendant l'été.

Près de 500 000 jeunes délaisseront les bancs d’école en juin pour les grandes vacances estivales. Ils auront neuf semaines à occuper, voire plus. Que feront les ados? Voici des pistes…

Participer à un camp… ou aider à un camp

Entre 12 et 16 ans, plusieurs jeunes aiment toujours participer à des camps, surtout ceux qu’on appelle des camps de vacances qui incluent alors un séjour sur place. Camp de plein air, de sport, de sciences, d’arts, de langue… Plus de 50 choix de camps, aux séjours allant de quelques jours à quatre semaines, s’offrent pour eux, si on se fie au moteur de recherche de l’Association des camps du Québec. Et si votre enfant était un habitué à un camp (de jour ou de vacances), peut-être pourrait-il y être aide-moniteur ou moniteur cet été (selon son âge) ? C’est le cas de Louis, 13 ans, un mordu d’un camp nature de Montréal : « Après l’avoir fréquenté entre 4 et 12 ans, voilà qu’il ira aider les animateurs, explique sa mère Anne. Ce sera bénévole cette année mais c’est une belle expérience pour lui ! »

Des activités aux sensations fortes

Une passe à La Ronde ou au Super Aqua Club. Des activités trépidantes : parcours d’arbre en arbre ou de via ferrata, descente de rapides, visite de grottes, course en tyrolienne, sauts en trapèze… C’est bien connu, les préadolescents et les adolescents adooorent repousser leurs limites, que ce soit avoir peur, aller vite, se rendre très haut ou sous l’eau. Vincent en sait quelque chose : son fils Mathis est un amateur de BMX. « On court les parcs avec des infrastructures pour qu’il puisse y jouer avec ses amis », raconte ce père de Québec. À la recherche de sensations fortes à petits prix ? On organise une soirée de films « d’horreur » (adaptés à l’âge et on choisit des titres qu’on connaît), on va coucher à la belle étoile en forêt ou on essaie la planche à pagaie (ou stand-up paddleboard) en famille.

Au boulot!

Certains employeurs (station-service, restaurant, boutique, camping) permettent aux jeunes de décrocher leur premier emploi. Au Québec, il n’y a pas d’âge minimum pour avoir un emploi – mais la loi donne bien sûr priorité à l’école et elle est obligatoire jusqu’à 16 ans. Une autorisation écrite de la part du parent est exigée pour les moins de 14 ans. Que ce soit comme plongeur, aide-moniteur ou commis, certains préadolescents se trouvent un emploi… dès 13 ans ! « Mon fils a commencé à travailler au Tim Horton l’été de ses treize ans, confie Luce, mère de trois adolescents. Il a commencé par être du côté de la production et de la plonge puis l’été suivant, il était au service au volant et l’an dernier, à la caisse ! » Votre enfant a la fibre entrepreneure ? Il peut alors offrir ses services pour garder des enfants, tondre des gazons, promener des chiens, veiller sur des maisons du quartier (pendant les vacances des voisins, par exemple, et alors ses tâches peuvent inclure arroser les plantes, nourrir les animaux domestiques, s’occuper du jardin, etc).

Des cours et des classes

Pour structurer l’horaire de leurs jeunes, et éviter qu’ils ne passent tout l’été derrière un écran, certains parents choisissent d’offrir des cours spécifiques à leurs jeunes, selon leurs intérêts. Équitation, soccer, tennis, peinture, natation, informatique, cuisine… Il existe même des cours de pilotage de drones, de saut en parachute et de conception de jeux vidéo. Lucas, 16 ans, est un passionné de… jonglerie. « Nous lui avons offert pour sa fête des cours d’arts du cirque, dit son père Thierry. Il a eu le coup de foudre et a développé au fil des années un goût pour jongler. Il a pas mal de talent ! »  Pour des raisons plus pratico-pratiques, certains adolescents prennent des cours de perfectionnement ou de reprise, que ce soit en rattrapage ou en prévision de ce qui s’en vient. Pour ces enfants, la période estivale est un moment privilégié pour mieux se préparer… ou pour les angoisses et le stress.

À la maison des jeunes

Certains services, autour de chez soi, sont destinés aux 13 à 17 ans. C’est le cas des maisons des jeunes. Il y a fort à parier qu’il y en a une dans votre quartier, votre arrondissement ou votre municipalité. Comme pour le programme d’activités à la bibliothèque ou au parc municipal, il faut s’informer de la programmation. Existe-t-il des ateliers, des sorties, des activités, des rencontres ou des fêtes qui pourraient titiller l’intérêt de votre préado/ado ? Cela a été le cas de Louis-Philippe, 16 ans, qui a découvert, à travers la maison des jeunes, un projet de coop qui alterne travail et bénévolat. « Il a tellement aimé ça qu’il souhaite le refaire l’été prochain et qu’il a embarqué plusieurs de ses amis »,  indique sa mère, Annie.

À lire aussi:

Photo: Getty Images



Catégories : Famille / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine