J’ai testé : le rangement KonMari de Marie Kondo

04 Mar 2019 par Chantal Tellier
Catégories : Maison

Efficace, la méthode de rangement de Marie Kondo? Tellement que même mon chum a failli disparaître dans le processus de désencombrement…

Okay. J’ai craqué. J’avais déjà fait un grand ménage de mon appartement en 2014. Saga que je vous racontais ici.

Résolution pour février 2014

Le ménage, c’est du travail

Le ménage, c’est du sport!

Le ménage, c’est exaltant!

À l’époque, le tsunami Marie Kondo n’avait pas encore déferlé. Ce qui ne m’avait pas empêchée de venir à bout de ma tâche titanesque et d’être plutôt fière du résultat, hein.

Mais voilà, le désordre est revenu. Et c’est là que j’ai craqué. Le premier livre de Marie Kondo, Le pouvoir du rangement, paru en 2015, ne m’avait pas convaincue. Il faut dire que, comme je venais d’achever de désencombrer chez moi, je me sentais plus ou moins interpellée par le fait de plier mes vêtements en forme de rectangle et de parler à mon sac à main tous les soirs…

Mais quatre ans et un amoureux plus tard, un grand ménage s’imposait de nouveau.

Faire de l’ordre

Mon but n’était pas de me convertir à la simplicité volontaire, ce que ne prône d’ailleurs pas la papesse du rangement. Je voulais juste être capable de circuler dans mon appartement sans rencontrer trop d’obstacles sur mon chemin, d’ouvrir la porte de ma garde-robe sans craindre d’être ensevelie sous une tonne d’objets divers et d’arrêter de dire des gros mots chaque fois que j’ouvrais un tiroir trop encombré.

Bref, j’avais envie d’ordre. Je me suis donc plongée dans son second livre, Ranger inspire la joie, où elle nous explique sa méthode pas-à-pas, petits dessins à l’appui (si, si!). Et je me suis lancée.

Tout le monde connaît désormais la façon de procéder de Marie Kondo, surtout depuis qu’elle a sa propre émission, L’ordre des choses, sur Netflix. En gros, il s’agit de garder les objets qui nous apportent de la joie et de nous départir des autres. Donc, au lieu de se demander ce qu’on doit donner ou jeter, on se demande plutôt ce qu’on veut garder. Mais il faut progresser selon un ordre précis: d’abord les vêtements, ensuite les livres, suivis des papiers, puis des komonos (CD, fournitures de bureau, produits de beauté, etc.) et, pour finir, les objets de valeur sentimentale. De cette façon, quand on arrive à la dernière catégorie, on s’est déjà exercé à découvrir ce qui nous apportait de la joie ou pas.

Ranger les vêtements

J’ai donc commencé par mes vêtements, que j’ai étalé partout dans ma chambre et que j’ai pris dans mes mains un par un en me demandant s’ils m’apportaient de la joie. Résultat de ce côté? J’ai fait la joie de Renaissance en donnant trois gros sacs de vêtements; mes chemisiers, mes pantalons et mes jupes sont classés par couleur dans ma garde-robe; mes sous-vêtements, mes t-shirts, mes chandails, mes leggings et mes chaussettes sont pliés en rectangle et rangés à la verticale dans les tiroirs de ma commode… ainsi que dans cinq boîtes rangées dans la garde-robe. Hé! Je n’ai pas dit que je voulais devenir minimalisme, je vous rappelle.

C’est que j’ai pris du poids à cause de la périménopause. Mais comme je suis une incorrigible optimiste qui pense qu’elle finira par rentrer de nouveau dans ses vêtements, j’ai gardé (et plié!) beaucoup de choses. Mais bon, juré, je refais un tri d’ici la fin de l’année, et je verrai à ce moment-là ce que je conserve vraiment.

Vous savez quoi? Moi qui étais tellement dubitative, je ne peux que confirmer que le pliage à la verticale facilite le rangement. Bon, de là à dire que mes soutiens-gorge sont plus heureux parce qu’ils se chevauchent légèrement dans le tiroir et que leur beauté est ainsi respectée (c’est Marie qui parle, pas moi, hein), il y a un pas que je ne franchirai pas. Et serais-je autant convaincue si j’avais des enfants et une tonne de linge à plier? Pas sûre…

Ranger les livres

Seconde étape: les livres. Marie Kondo dit qu’elle est heureuse avec 30 livres. De mon côté, ça tourne davantage autour de 300… et quelques.

Je me suis donc demandé, en prenant chaque livre dans mes mains, s’il m’apportait de la joie ou pas. Ça m’a pris deux jours. Comme je suis limitée dans l’espace, j’ai dû faire des choix déchirants, mais maintenant, chaque fois que je passe devant ma bibliothèque, j’éprouve à ma grande surprise un vrai sentiment de cette joie dont Marie Kondo nous rabâche les oreilles. J’aime chacun des livres qui s’y trouvent, la façon dont ils sont disposés et les objets décoratifs qui les accompagnent.

Mon secret pour que ça dure? L’achat une liseuse…

Ranger les papiers

J’avoue, j’ai triché. Je ne me suis pas encore attaquée à cette catégorie. Ça me prendrait beaucoup de temps et une déchiqueteuse industrielle pour venir à bout de la montagne de papiers qui se trouve dans mon appartement. J’ai manqué de courage. Mon défi? Que ce soit fait d’ici un mois. J’espère que Marie ne m’en voudra pas trop.

Ranger les komonos

Je me suis départi des trois quarts de mes CD et de mes DVD. Vive la dématérialisation!

J’ai vendu mon robot électrique, ma mijoteuse et même mon Thermomix® (oui, oui) acceptant enfin le fait que je ne cuisinerais sans doute jamais. J’ai nettoyé le frigo, le congélateur et le garde-manger. Je ne vous dis pas combien de sacs j’ai jetés, mais j’avais un peu honte. Mon chum et moi avons d’un commun accord opté pour des plats préparés. Décision très sage. Fini le gaspillage alimentaire!

J’ai fait le grand ménage des produits de beauté pour ne garder que ce que j’utilisais. C’est fou comme il y a maintenant de l’espace de rangement dans la salle de bain! J’ai fait le tri des médicaments pour aller porter ceux qui étaient périmés à la pharmacie (vous auriez dû voir la tête de la commis quand elle m’a vue arriver avec mon sac!), j’ai réduit mon nécessaire de couture au minimum (que faisais-je avec 250 miniépingles de sûreté, voulez-vous bien me dire?), les spatules et les louches en double s’en sont allées, tout comme les verres dépareillés, etc. Mes fournitures de bureau, quant à elles, étaient déjà rangées. On voit clairement où sont mes priorités!

Tout ça prend du temps, on ne se le cachera pas. Mais, je le confesse, il m’arrive d’ouvrir les tiroirs et les portes d’armoires juste pour admirer mon travail. Yep. Ne le dites à personne!

Ranger les objets de valeur sentimentale

Dernière catégorie, mais non la moindre. C’est d’ailleurs pour ça que Marie Kondo selon un ordre établi. Quand on arrive à la dernière catégorie, la plus difficile, on est en principe capable de distinguer plus facilement ce qui nous apporte de la joie ou pas.

Honnêtement, j’ai quand même trouvé ça difficile. J’ai gardé toutes mes lettres d’amour (oui, elles m’apportent de la joie) et je les ai sont enrubannées. Mes souvenirs d’école tiennent dans une boîte (OK, une grosse boîte). Quant à mes agendas, j’ai tenté de m’en départir en 2014, mais j’en suis incapable. À chacune ses faiblesses, hein. Je rappelle que j’ai vendu mon Thermomix®! Ça me donne quand même droit à quelques incartades, non? En ce qui concerne les photos, hum, le classement ne se fera pas tout de suite. Désolée, Marie. Il faut quand même vivre un peu entre deux séances de pliage!

Bilan

Il est vrai que le rangement amène des changements. Depuis que la plus grosse partie du désencombrement est faite, je me sens plus légère, au propre comme au figuré. La sensation de déprime qui me tenaillait depuis quelques mois est disparue. Coïncidence? Je ne crois pas.

Et mon chum, dans tout ça? Ce grand ménage a brassé tellement d’affaires que j’ai failli balayer notre relation sous le tapis. Mais, au final, notre couple est plus fort. Ce ménage a permis de tout remettre à plat et de repartir sur d’autres bases, plus solides. Et ça aussi, ça m’apporte de la joie.

À lire aussi:

Pourquoi la planète est complètement fan de Marie Kondo!

Aide-mémoire pour un ménage du printemps efficace!

5 règles pour un ménage du printemps agréable (et bien fait!)

 

Photo: Getty

 

 

 



Catégories : Maison
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine