Taux d’intérêt hypothécaire : 8 questions répondues par une experte avec @ELLEINVESTIT

22 Sep 2022 par ELLEINVESTIT
Catégories : Maison / MSN / Véro-Article
Icon

Au Canada, 63% des familles sont propriétaires de leur résidence[1]. Pour cette raison, la hausse des taux d’intérêt que nous avons connue en 2022 est devenue une source d’anxiété au sein de la population.

EN COLLABORATION AVEC @ELLEINVESTIT

logo-elleinvestit

Actuellement, le taux d’intérêt hypothécaire pour un prêt avec un terme cinq ans fixe est de 5,19% chez les grandes banques canadiennes ayant pignon sur rue[2]. Les Canadiens n’ont pas connu un taux aussi élevé depuis 2010[3]!

Pour démystifier le tout, @Elleinvestit s’est entretenue avec Sandra Allard, courtière hypothécaire chez Planiprêt. Mme Allard possède 18 années d’expérience dans ce domaine et est récipiendaire du prix «Courtière de l’année 2022», décerné par le Canadian Mortgage Awards.

 

1. Quel est le premier conseil que tu donnes aux personnes qui veulent s’acheter une propriété? 

«De faire une préautorisation auprès d’un courtier hypothécaire ou d’une institution financière, le plus rapidement possible!» répond Mme Allard.

Grâce à certaines questions cibles au sujet de l’emploi occupé, du dossier de crédit ou de la mise de fonds accumulée, cette étape permet d’établir le profil de l’emprunteur.

Ultimement, la préautorisation permettra aux acheteurs de connaître le montant qu’ils pourront emprunter, ainsi que le taux d’intérêt applicable, ce qui leur permettra de mieux budgéter l’achat de leur propriété.

 

2. Salariés vs travailleurs autonomes : une distinction s’impose

Le revenu de l’emprunteur est un facteur crucial à prendre en considération dans l’évaluation d’un dossier de prêt. Règle générale, les salariés avec un emploi permanent se qualifieront plus facilement que les travailleurs autonomes :

taux-dinteret-hypothecaire

 

3. Comment avoir un bon taux?

 «Ce n’est pas une question de taux!» s’exclame la courtière hypothécaire. Souvent, les gens se préoccupent uniquement du taux, alors que la priorité devrait être la flexibilité du prêt.

En effet, il existe plusieurs situations où on se verra dans l’obligation de «briser» son hypothèque à l’avance. Pensons aux couples qui se séparent ou à la naissance d’un enfant.

Les prêteurs ayant pignon sur rue, telles que les grandes banques, sont généralement peu flexibles lorsqu’un emprunteur souhaite «briser» son hypothèque avant la fin du terme. «C’est possible, mais le client sera pénalisé», indique Mme Allard.

 

4. Flexibilité d’un prêt : se poser les bonnes questions

 Au-delà du taux, les questions à se poser sont :

  • Est-ce que l’acte de prêt est transférable?
  • Est-ce qu’il est possible de rembourser le prêt par anticipation?
  • Est-ce qu’on peut contracter une deuxième hypothèque sans briser la première?
  • Est-ce qu’on peut contracter une marge de crédit de deuxième rang?
  • Comment est calculée la pénalité pour bris de contrat?

 

5. Quel est le taux sur le marché pour un prêt cinq ans fixe?

Actuellement, il existe un écart de 0,55% à 0,70% pour un prêt avec un terme cinq ans fixe entre les grandes banques et les prêteurs virtuels (ex. MCAP, Lendwise et First National).

Le taux d’un prêt cinq ans fixe[5], au moment d’écrire ces lignes[6] :

taux-dinteret-hypothecaire-banques

«Compte tenu de cet écart, je vais placer mes clients chez les grandes banques uniquement lorsque le terme du prêt est de moins de cinq ans» souligne Mme Allard.

Par contre, comme mentionné précédemment, au-delà du taux, plusieurs facteurs sont à prendre en considération au moment de contracter une hypothèque.

 

6. Taux fixe ou variable?

«Il faut d’abord questionner le client sur sa tolérance au risque. Est-ce qu’il pourra bien dormir si le paiement change?» indique Mme Allard.

Ensuite, il faut regarder son ratio d’endettement. «Lorsque le ratio d’endettement, également appelé «amortissement total de la dette (ATD)», est de plus de 30%, je ne vais pas recommander un prêt à taux variable», rajoute l’experte.

L’idée est de se garder une marge de manœuvre pour les imprévus.

 

7. Taux variable avec paiements fixes : oui ou non?

 «Ce n’est pas quelque chose que je recommande. C’est un couteau à double tranchant», indique la courtière hypothécaire.

Par exemple, la personne qui a signé un prêt à taux variable à 1,59% durant la pandémie se retrouve aujourd’hui avec un taux à 3,50%. Or, puisque ses paiements ne bougent pas, l’amortissement de son prêt passera de 25, à 28, ou même 29 ans!

Ce faisant, la personne paiera plus d’intérêts en fin de compte et rallongera la durée de son prêt.

 

8. Est-ce que les taux vont baisser?

«Je crois qu’il y aura une baisse de taux d’ici 18 à 24 mois», affirme Mme Allard.

Par contre, rappelez-vous que personne n’a de boule de cristal!

 

Bon magasinage de maison!

Elleinvestit

Mes remerciements à Sandra Allard, courtière hypothécaire chez Planiprêt, d’avoir répondu à mes questions avec franchise et générosité.

 Son site Web : Planipret.com 

 

Avocate de formation, @Elleinvestit est passionnée par les finances personnelles. Sa page Instagram a pour mission première d’encourager les femmes à maîtriser la gestion de leurs finances. 

Le monde des investissements est traditionnellement bâti par les hommes, pour les hommes. Pour sa part, @Elleinvestit est une plateforme bâtie par une femme, principalement pour les femmes, mais également pour le grand public. Son but est de vulgariser et d’expliquer les finances avec une dose d’humour.  

Son compte Instagram: @Elleinvestit

Sa page Facebook: @Elleinvestit

 

 

À lire aussi : 

 

Sources :

[1] https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/75-006-x/2019001/article/00012-fra.htm

[2] Selon Sandra Allard, courtière hypothécaire chez Planiprêt. Ce taux s’applique pour un prêt assuré.

[3] https://www.cmls.ca/brokers/download-resource?id=21

[4] L’emprunteur devra fournir ses avis de cotisations et rapports d’impôt des 2 dernières années.

[5] Si le prêt est assuré auprès de la SCHL, Sagen ou Canada Guarantee.

[6] 19 septembre 2022.



Catégories : Maison / MSN / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine