5 conseils pour la slow fashionista en herbe

5-conseils-slow-fashion
14 Oct 2020 par Elisabeth Massicoli
Catégories : Environnement / Mode / Véro-Article
Icon

Comment adopter la tendance slow fashion sans se casser la tête ni vider son portefeuille? L’autrice et entrepreneure spécialisée en mode éthique Josiane Stratis nous donne ici ses meilleurs trucs.

1. Inspecter les vêtements qui nous attirent

Matières, coutures, tenue: avant d’acheter un nouvel article mode, on s’assure qu’on pourra le porter longtemps en s’attardant à sa confection. Même si on s’amourache d’une pièce chez un détaillant de fast fashion, il est possible de la conserver des années si on la choisit bien — ce qui s’inscrit, d’une certaine façon, dans le mouvement slow fashion. On s’informe sur les fibres les plus écologiques et durables, sur les différents types de coutures, sur les indices de qualité dans la fabrication et… on se fie à son instinct. «Lorsqu’un vêtement n’est pas fait pour durer plus longtemps que quelques lavages, c’est assez évident», dit Josiane. Ce qui nous emmène au point suivant…

2. Apprendre à faire la lessive

Faire la lessive est un art! On apprend donc à décrypter les étiquettes des vêtements afin de les nettoyer avec soin. «Ça ne sert à rien d’acheter des vêtements coûteux faits de fibres biologiques si on les bousille après deux cycles de lessive», affirme-t-elle. Si on est novice sur ce plan, on se renseigne en lisant des billets de blogues et en regardant des vidéos sur YouTube qui valorisent cet important savoir-faire.

3. Donner une seconde vie à notre garde-robe

«Il ne faut jamais, jamais, jamais jeter un vêtement, explique la cofondatrice du blogue de mode Ton Petit Look. Même les articles troués ou abîmés peuvent être recyclés. On envoie le tout à des centres de dons, qui sont d’ailleurs d’importants lieux d’insertion sociale de personnes en difficulté.» On peut aussi vendre nos vêtements par l’entremise de plateformes d’articles d’occasion, comme Bon Magasinage ou Depop. (On en profite pour dénicher au passage des pièces usagées à prix d’amie!)

4. Connaître notre style

Lorsqu’on connaît bien notre morphologie, notre taille et les couleurs qui nous vont, on fait moins de faux pas vestimentaires. On s’efforce donc d’acheter des morceaux qu’on aimera porter longtemps et souvent (#CostPerWear), et qui se coordonnent bien avec ceux qu’on a déjà. «Maîtriser l’agencement et l’art de la superposition permet de se créer une panoplie de looks même si on possède peu de vêtements», dit l’autrice, qui affirme d’ailleurs s’être lassée des garde-robes saisonnières: «Avec quelques cols roulés et des collants, on peut porter nos pièces préférées toute l’année.»

5. Acheter local et éthique

Faire nos achats dans des boutiques locales dont les pratiques sont clairement axées sur la slow fashion est bien sûr idéal. Notre budget est serré? On mise alors sur des basiques qui serviront de point de départ à nos tenues durant plusieurs années. «Si on travaille dans un bureau, mieux vaut investir dans un beau blazer plutôt qu’une robe de soirée. Il faut faire des choix rationnels en fonction de nos goûts, mais aussi de notre style de vie», rappelle Josiane.

À lire aussi:

 

 

Photo principale: Imaxtree



Catégories : Environnement / Mode / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine