Les 5 facettes d’une veste de qualité

15 Sep 2020 par Laurence Bareil
Catégories : Mode / Véro-Article
Icon

Le blazer est l’un des essentiels de la garde-robe qui mérite un investissement. En l’inspectant sous toutes ses coutures, on peut repérer plusieurs indices de qualité afin d’acquérir un modèle bien conçu et qu’on aimera longtemps.

«En plus du tissu, c’est la construction du vêtement qui en assure la qualité, fait remarquer Lili Fortin, présidente des boutiques Tristan. Et pour savoir si une veste est bien faite, il faudrait presque la déconstruire, car sa confection est complexe: il faut en effet près de 140 étapes pour assembler la soixantaine de morceaux qui la composent!» Même si la plupart des éléments qualitatifs sont invisibles, on pourra néanmoins faire un achat éclairé en vérifiant les cinq points suivants.

 La matière

«Tout dépend de nos préférences (et de la saison), mais une étoffe faite d’un mélange de fibres comme le polyester, la viscose et l’élasthanne permet de fabriquer une veste résistante, légère et extensible», explique Lili Fortin. Si la matière n’est pas unie, on s’assure que les motifs se coordonnent bien entre eux, surtout au niveau des coutures. À scruter attentivement: l’assemblage central du dos, du dessus des épaules et des coutures latérales sous les manches.

La doublure

Elle influence grandement le confort et le tombé de la veste. La doublure devrait être souple et taillée dans une matière légère, mais résistante – comme la soie, la rayonne ou le polyester. Elle doit nécessairement comporter un pli d’aisance au dos, en plus d’avoir au minimum 1,5 cm de jeu (bien replié et pressé) à la couture de l’ourlet. Elle ne devrait jamais être cousue ailleurs qu’au périmètre et à l’emmanchure, pour ne pas contraindre le mouvement.

Les boutons

En plus d’être bien finies, les boutonnières de qualité sont en forme de clé (afin que le bouton s’installe dans la portion ronde et ne bouge plus). «Les boutons cousus uniquement sur la première épaisseur de tissu rendent la finition plus jolie parce qu’on ne voit pas les fils à l’envers.» On vérifie aussi que ces derniers sont cousus solidement – plusieurs passages du fil dans chaque trou – parce qu’honnêtement, qui aime recoudre des boutons?

L’entoilage

Plusieurs éléments d’un blazer devraient être entoilés, dont le col, les revers et la parementure. Pour ce faire, une matière empesée est thermocollée (avec une presse chaude) entre deux pièces de tissu. Si on palpe ces éléments, on sent facilement qu’ils sont moins flexibles et c’est un gage de qualité. «Ce procédé a pour but de donner du corps et d’assurer une tenue exemplaire», souligne Mme Fortin.

Les coutures

Les coutures ne devraient jamais gondoler. Sur une veste, on examine surtout celles de l’ourlet et des épaules, à la recherche de petits renflements imparfaits (qui ne disparaîtront pas, même si on se bat avec le fer à repasser!). Enfin, il devrait toujours y avoir un surplus de tissu aux coutures d’assemblage, afin de permettre au vêtement d’être retouché (agrandi), au besoin.

Tendances 2020

Trois musts qui valent le coût.

 



Catégories : Mode / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine