Ces femmes qui nous inspirent: Josée Lavigueur

26 Sep 2019 par Équipe VÉRO
Catégories : Oser être soi
Icon

Depuis déjà plus de 30 ans, la dynamique Josée Lavigueur motive le Québec à bouger et à adopter de saines habitudes de vie. Et c’est loin d’être terminé! Discussion avec une femme aussi passionnée que passionnante.

PRÉSENTÉ PAR

Le sport et la santé sont les piliers de votre carrière, Josée. D’où vous vient cette passion? De mes parents! Ils ont toujours été très actifs, allumés et dynamiques. Ils ont un besoin inné de bouger. Je me souviens encore de nos séjours en camping. Mine de rien, c’est une manière parfaite d’initier les enfants au plein air, aux jeux sur l’eau et aux promenades en forêt. Je ne suis pas née dans une famille riche, mais j’ai tellement vécu de beaux moments quand j’étais petite!

Quel est votre plus précieux souvenir d’enfance? La danse! Ma sœur aînée, Joane, a commencé à faire du ballet-jazz et j’ai voulu l’imiter… mais je n’avais que 8 ans! (rires) Ç’a vraiment été les plus belles années de ma vie. J’a-do-rais ça! J’ai continué à danser jusqu’au secondaire, l’époque où j’ai créé une troupe qui s’appelait Prologue. On a fait de gros spectacles, des comédies musicales. On a eu tellement de plaisir ensemble, ça n’a aucun sens! Encore aujourd’hui, les membres de la troupe sont restés d’excellents amis. On a un groupe Facebook et on se voit de temps à autre. Récemment, on est allés pleurer notre vie à un spectacle de Michel Fugain. C’était extraordinaire. Ça m’a rappelé cet amour de la danse qui m’a habitée si longtemps.

À tel point que vous avez même songé à devenir danseuse professionnelle… Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis? C’est un peu comme ça que les choses se passent à l’adolescence: dès qu’on a une passion, on se voit en faire une carrière! (rires) J’ai d’ailleurs passé beaucoup d’auditions et tenté de percer… J’ai même réussi à me faire inscrire sur la liste de rappel pour un rôle dans la comédie musicale Cats! Malheureusement, le téléphone n’a pas sonné. Il faut dire que c’est un milieu difficile, qui compare beaucoup les danseuses entre elles. Ça m’a brassée, je l’avoue. Encore aujourd’hui, je sais que j’aurais adoré danser, jouer… être une artiste, quoi! Mais je me suis sentie comme le personnage d’Alexandra dans Flashdance, pour qui ç’a été si difficile de faire sa place. J’ai eu besoin de changer d’air. Sur un coup de tête, je me suis inscrite à un baccalauréat en éducation physique.

Comment avez-vous vécu ce changement? Ç’a été une vraie révélation. J’ai alors compris que ma mission était d’aider les autres à vivre en santé et à connaître les bienfaits de l’exercice. Je n’ai jamais été très bonne à l’école, mais à ce moment-là, j’ai découvert les effets de la motivation. Je performais comme jamais. Si bien que mon amie Nathalie m’a offert de donner des cours d’aérobie à Énergie Cardio… Et parmi tous mes autres engagements comme professeure d’éducation physique, chroniqueuse, animatrice, conférencière et porte-parole, j’y suis encore, plus de 30 ans plus tard!

À 53 ans, comment vivez-vous le passage du temps? Je dois admettre que personne ne me parle de mon âge. Et je n’ai tellement pas l’impression de vieillir! Je me sens en meilleure forme aujourd’hui qu’à 20 ans. Je suis plus zen, aussi! Mais c’est certain qu’en travaillant dans la sphère publique, on me demande parfois ce que je pense de la chirurgie esthétique, par exemple. Je serais bien mal placée pour juger qui que ce soit! Quand j’avais 17 ans, j’ai eu une réduction mammaire qui a changé ma vie. Lorsqu’on a enlevé mes bandages, j’ai eu l’impression de vivre un miracle! Je ne suis donc vraiment pas fermée à l’idée de recourir à des interventions, mais je ne m’empêcherais pas non plus de travailler sous prétexte que j’ai des rides sur le front ou des pattes d’oie! Par contre, il faudrait qu’on m’assure à 100 % que ce qu’on me fait ou m’injecte n’est pas nocif pour ma santé. Et j’ai encore des doutes à ce sujet.

Dans l’exercice de votre métier, ressentez- vous la pression de la minceur? Je vais prendre mon temps pour répondre à cette question-là! (rires) Je suis justement en réflexion ces jours-ci. Je me fais bien sûr un devoir – et un plaisir! – d’appliquer ce que je suggère dans mes conférences sur la santé. Par contre, je ne prends pas soin de moi pour être plus cute en maillot de bain. Je veux être bien! Et je suis vraiment contente, parce que le Québec prend ce virage: on bouge de plus en plus pour être bien, beaucoup moins pour l’apparence. D’un autre côté, je suis divisée. Une certaine pression vient peut-être de moi, mais j’évolue dans un milieu où il y a beaucoup de comparaisons. Je suis tombée récemment sur la photo d’une comédienne très mince, en bikini, dans une pose super sexy sur Instagram. Je ne pense pas qu’elle ait partagé cette photo pour montrer que la vie est belle!

Justement, quel est votre rapport aux réseaux sociaux? Même si je n’ai plus 20 ans, ce que je vois sur Instagram ou Facebook m’affecte. Une fois sur deux, ce sont des filles qui s’exposent en photo. Je me demande quel est le message… Il y a quelque chose de faux et de malsain là-dedans. J’ai d’ailleurs eu cette conversation récemment avec une bonne amie. Comme je travaille dans le monde de la forme physique, est-ce que je suis obligée de montrer mes bras, mes jambes ou le six pack que je n’ai pas? (rires) Je ne publierai jamais de photos suggestives, d’abord par respect pour mon amoureux. J’essaie plutôt de partager du contenu authentique et des conseils pratiques sur la santé et la mise en forme. Je suis peut-être «matante», mais je pense qu’il faut garder en tête que des jeunes femmes fragiles peuvent tomber sur ces publications. Et, bien sûr, je pense à mes deux filles. Je ne voudrais pas qu’elles se sentent obligées de suivre cette drôle de mode.

Comment vous décririez-vous en tant que mère? Je me vois comme une maman très ouverte et pas mal game! J’essaie toujours d’intégrer du plaisir dans le quotidien. Mais il faut dire que Sarah, 22 ans, et Léane, 21 ans, sont des filles extraordinaires. À travers tous mes accomplissements, elles demeurent ma plus grande fierté! Je me suis parfois sentie coupable quand je ne pouvais pas être à la maison à cause du travail, mais je me suis vite rendu compte que mes filles allaient bien. C’est ce que j’aime de ma famille: personne n’est compliqué. Pourquoi créer des problèmes là où il n’y en a pas? On adore passer du temps ensemble. On va même bientôt partir en voyage tous les quatre! Je me rappelle avoir déjà dit en entrevue, il y a une vingtaine d’années, que je voulais être une mère présente. C’est drôle, je suis vraiment émue en y pensant… Je peux maintenant dire que j’ai tenu parole. Je n’ai absolument rien manqué et c’est tellement précieux!

Vous semblez très épanouie, autant dans la sphère personnelle que professionnelle. Avez-vous des regrets? Très peu, vraiment. Ça ne me vient pas spontanément. Par contre, j’ai mis de très bonnes amitiés en suspens. Des gens que je devrais voir davantage. Cela dit, je suis une personne qui s’organise bien seule. Je suis tellement occupée et je tripe! Je considère que j’ai fait les choix que j’avais à faire et je les assume. Mais j’avoue que j’ai peur de réaliser, dans une vingtaine d’années, que j’ai perdu des amis.

Quelle a été votre plus grande leçon de vie à ce jour? J’ai réalisé, au fil du temps, l’importance de la reconnaissance et du respect envers les autres. Normand Brathwaite a déjà dit de moi que j’étais une personne respectueuse, qui aime les gens. Ça m’a tellement fait plaisir! Pour moi, c’est naturel de remercier les personnes qui m’entourent. Au cours de ma carrière, des gens m’ont aidée, appuyée et soutenue. Même si on entend parler de gratitude à toutes les sauces ces jours-ci, je trouve ça primordial.

Avez-vous des rêves pour l’avenir? Je rêve de santé éternelle, de moments en famille et de projets de fous… J’aimerais continuer à développer ma plateforme de mise en forme Ma Zone Fit, mon premier projet en tant qu’entrepreneure. Après la télé et les DVD, je me lance sur le Web! Et si jamais un producteur lit ces lignes, je suis toujours ouverte à tenter ma chance comme comédienne. (rires)

 

Josée Lavigueur collabore à l’émission Salut Bonjour! et au magazine La Semaine, en plus de donner des conférences sur la mise en forme et des cours à Énergie Cardio. Elle poursuit également son travail sur le programme de fitness en ligne Ma Zone Fit. plateforme-lavigueur.com

Visionnez des extras de l’entrevue avec Josée Lavigueur juste ici! 

Profitez d’un automne sans souci

Que vous soyez une mordue de plein-air ou que vous aimiez profiter d’une journée aux pommes, les fuites urinaires – qui affectent une femme sur trois – ne devraient pas vous empêcher de pratiquer vos activités préférées.

Après 45 ans, le confort est essentiel, surtout quand on aime bouger! La triple protection – contre les fuites, les odeurs et la moiteur – offerte par les dessous TENAMC vous permet d’être active tout en restant au sec.

La gamme de produits TENAMC est pensée pour répondre aux besoins variés des femmes souffrant d’incontinence urinaire. Que ce soit avec les protège-dessous, les culottes ou les serviettes, vous serez en confiance, de jour comme de nuit.

Pour des conseils et des échantillons gratuits, VISITEZ TENA.CA.

PHOTOGRAPHE : ANDRÉANNE GAUTHIER

STYLISME : CLAUDE LAFRAMBOISE 

VIDÉO: TRISKEL PRODUCTION



Catégories : Oser être soi
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine