Le mot de Louis: le verre à moitié plein

29 Jan 2019 par Louis Morissette
Catégories : Oser être soi

Pour 2019, Louis Morissette nous souhaite de voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide.

Tel un Marc Bergevin devant les journalistes, je passe la majorité de mon temps à répéter à mes enfants que, dans la vie, l’attitude avec laquelle on approche les choses est généralement un indicateur de leur finalité. Un peu comme quand on apprend à conduire: si tu regardes le clos, tu finis dans le clos. À l’opposé, le positif attire souvent le positif. Ironiquement, l’adulte a la fâcheuse manie de toujours mette l’accent sur le négatif. Si on se fie aux quotidiens, aux bulletins de nouvelles et à mon fil d’actualités sur Facebook, voici l’état de notre société:

• «Le système de santé est une machine – dysfonctionelle – à brûler de l’argent. (Insérez le nom du ministre de la santé que vous voulez ici) a scrapé le système.»

• «Nos écoles sont un échec sur toute la ligne. Nous avons accouché d’une génération de futurs abrutis qui sont éduqués dans des taudis de fond de rang.»

• «Les politiciens sont tous des pourris. Servir le bien public est une lubie inventée par ces mégalomanes.»

• «Les compagnies privées ne sont que des téteuses de subventions.»

• «100 % des vieux en CHSLD marinent dans leur urine.»

• «L’homme blanc hétérosexuel devrait prendre une retraite de quelques siècles.»

• «Les juges sont des tarés et le système de justice ne protège que les criminels.»

• «Nos routes sont dignes d’un champ de mines à Kaboul… Bon, j’ai jamais mis les pieds à Kaboul, mais là-dessus, les médias ont raison. J’ai hâte qu’on retrouve la recette pour de l’asphalte qui ne durerait pas juste trois semaines.»

Les médias nous bombardent de mauvaises nouvelles. On veut du sang, des controverses, des drames, des méchants. Pourquoi? Peut-être parce que les méchants nous permettent de canaliser nos propres malheurs. On vomit notre tristesse sur le méchant, comme on s’arrête avec une malsaine curiosité pour connaître les détails d’une histoire triste, comme on ralentit pour regarder un accident de voiture. La bonne nouvelle n’est pas payante et les médias l’ont compris il y a belle lurette. Mon échantillonnage personnel là-dessus? Parler de la construction d’une maison pour les adultes autistes: cinq minutes d’attention médiatique (avec un peu de chance). Des mauvaises critiques sur un projet: trois semaines de couverture médiatique. Les artistes sont atteints eux aussi de cette maladie du verre à moitié vide. Des centaines de personnes te félicitent sur Facebook? On tient ça mort. Une Rollande* t’insulte et te manque de respect? On se plaint dans les talkshows.

«Le monde est malade!» pouvons-nous entendre à tour de bras. Vraiment? Pourquoi être si alarmiste? Fondamentalement, il est prouvé que le sort de l’humain s’améliore. La médecine a trouvé des remèdes pour des centaines de maladies qui terrassaient autrefois les gens. La population est, de façon générale, plus éduquée, plus informée, plus cultivée et plus ouverte sur le monde. Les crimes sont également en baisse comparativement au début du 20e siècle. Non, tout n’est pas parfait. Oui, restons critiques. Mais peut-on mieux doser le négatif par rapport au positif? Peut-on prendre une petite pause du cynisme?

N’ayez crainte, je ne suis pas devenu un moine bouddhiste. Mais la vie m’a (malheureusement) amené à passer beaucoup de temps dans le système hospitalier au cours des dernières semaines. Et je n’ai pas vécu la catastrophe que les médias décrivent. J’ai toutefois pu voir de très près des gens qui travaillent comme des forcenés pour le bien-être des patients et des familles qui les entourent**.

C’est pas très «sexy» comme anecdote, hein? Les médecins sont peut-être riches, mais ils sauvent la vie de milliers de gens et ils ne les traitent pas comme du bétail dans un enclos. Et c’est sans compter l’armée d’infirmières et d’infirmiers efficaces, compétents et aimables. Il y a de belles choses dans notre système de santé. Il y a plus de positif que de négatif. Mais personne ne veut en parler. Et nous pourrions faire la même analyse à propos des enseignants qui se défoncent pour la réussite de leurs élèves, des éducatrices en garderie qui sont des soutiens psychologiques pour de nombreuses familles, des politiciens qui veulent faire du bien dans leur comté, etc.

Est-il encore possible de se reprogrammer en tant que citoyens et comme médias? Est-ce que la tendance, en 2019, pourrait être de nuancer nos propos, de choisir de lire et de partager des choses positives, de voir le verre à moitié plein plus souvent et de mettre ainsi en pratique ce que nous enseignons à nos enfants? Parce que quand on regarde le clos…

* Nom fictif et taquin que je donne à la madame active sur les réseaux sociaux et qui ne sait pas vivre. Elle se cache généralement derrière un avatar de chat.

** Salutations et respect au personnel des soins intensifs de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Cet article provient du numéro d’hiver 2019 du magazine VÉRO.

Abonnez-vous maintenant!

Lire les autres billets de Louis Morissette:

Mettre maman sur pause

La dureté du mental

Donner… un sens à la vie

 

Photo: Andréanne Gauthier



Catégories : Oser être soi
16 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Hélène Asselin dit :

    Bravo Louis. Tellement bien dit. Merci de le dire pour nous.

  2. Chantal Brodeur dit :

    Très bien dit! Je suis de celle qui préfère voir le positif dans ma vie et voilà pourquoi écouter les nouvelle et lire le journal ne fait pas partie de mes activités quotidiennes. La vie est courte et je préfère m’entourer de gens positifs et de m’abreuver d’anecdotes en ce sens!

  3. Jeannine villeneuve dit :

    Oui c’est vrai que nos infirmière font tout leur possible pour nous rendre la vie facile à l’hôpital. Je me suis fait opéré à Québec et dans ma chambre il y avait le père à louis et il a été bien traité ainsi que moi même bravo au personnel infirmiers pour leurs bons soins.

  4. Suzanne Gagnon dit :

    Toute à fait d’accord avec Louis Morissette, il est grand temps d’arrêter de chialer tout le temps sur tous les maux de notre système Québeçois et se prendre
    en main.
    Soyons fière de ce que nous avons accomplis au fil des années….pas parfait mais tellement mieux que l’autre coté de la frontière….

    Merci de remettre la pendule à l’heure

  5. Carl Bergeron dit :

    Je ne suis pas un fan de Louis Morissette et je change même la télé de poste quand c’est lui mais cette fois je me suis reconnue dans ce commentaire de Louis Morissette et je suis 100% d’accord avec lui il faut cesser de voir le verre à moitié vide.

    Merci M Morissette pour ce commentaire constructif peut-être qu’il est temps que j’aprenne à vous découvrir.

  6. Kim dit :

    Hey TELLEMENT!!!! Je pense tellement de la même façon que j’ai soustrait de mon fil de nouvelles facebook: les gens négatifs, ceux toujours en «clisse» . J’ai gardé les drôles, les sportifs et ceux qui pensen différement de moi car l’uniformité des courants de pensées ça aussi c’est poche en titi! J’ai retiré mes alertes meteo et les alertes de mauvaises nouvelles. Maintenant c’est moi qui décide quand je lirai les mauvaises nouvelles et le temps que je veux leur accorder!

  7. Judith Proulx dit :

    Un texte intelligent ! Comme toujours. Merci Louis ! Prompt rétablissement !

  8. Bouthillette dit :

    J’ai bien aimé vos texte ils portent à réflexion …Merci pour le temps que vous avez pris pour nous conscientiser…

  9. Lise Vezina dit :

    Oui tout ce personnel hospitalier est extraordinaire,
    Il y en a un parmi tant d’autres qui ne fit pas, rapportez le ,mais pas vrai que ce sont tous des incompétents.
    TOUS DES ANGES
    Merci Louis

  10. Marie dit :

    Je partage totalement ces commentaires. Merci d’avoir écrite ce beau texte.

  11. Lucie Morin dit :

    Merci de soligner le négativisme qui nous entoure et de mettre en lumière le positif. Si chaque personne répondait à un commentaire négatif pour un commentaire positif peu à peu les mentalités changeraient!

  12. Pauline olsthoorn dit :

    Bien d,accord,mais pourquoi ne mettons pas les bons coups des gens,de bonnes nouvelles , des choses positifs,qui arrivent, dans le bulletin de nouvelles,ils me semble qu’,on a besoin de se nourrir avec du positifs,je crois que les gens les regarderaient.je suis ds le milieu de la santé, et on travaille avec coeur merci

  13. lison dit :

    j’ai passer une pause de qualité de matin en lisant votre article éditorial très bien écrit et tellement bien résumer quoi dire de plus que s’est la strict vérité a partager pour une fois sa fait du bien au coeur et a l’âme

  14. Geneviève Filteau dit :

    Bonjour ,

    Je suis tout à fait en accord avec. Vous. Ça prendrait plus de beau, plus de bon …

    Je viens à peine de me faire opérer et les gens à l’hôpital Ont été extraordinaires. Et je suis une enseignante qui se démène pour accompagner ses
    Élèves et les « élever «,   dans le sens de les amener encore plus haut …. Afin qu’ils sachent qu’ils peuvent réaliser leurs rêves.

    Voilà
    Merci

    Geneviève

  15. Julie dit :

    CHIN CHIN Louis Morissette!! ??

  16. Julie Lemieux dit :

    Je vous le concède M. Morissette, les médias aiment de plus en plus couvrir la merde que les bons coups! Nous aimons mieux parler de certains mots prononcés par Michelle Blanc que de ce que je construit de positif dans mon village et dans ma Mrc de Vaudreuil-Soulanges! Une trans qui fait de la politique inclusive et qui se préoccupe des gens de son village et de sa région c’est pas spectaculaire, c’est pas choquant, ça donne rien aux chroniqueurs en mal de vendre des copies pour un certain journal montréalais!!

    Mais bon! Je fait de mon mieux pour faire un très bon travail auprès des gens et je fait en sortes à tout de moins, de donner l’exemple que la marginalité n’existe que si on l’entretIen!

    Julie Lemieux
    Mairesse de Très-Saint-Rédempteur

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine