Guylaine Guay : Bilan de sortie

Guylaine-Guay_Credit-photo-Andréanne-Gauthier_1000x500
08 Juin 2022 par Guylaine Guay
Catégories : Culture / MSN / Oser être soi / Véro-Article
Icon

Dans son plus récent billet, Guylaine Guay revient sur son expérience marquante à Big Brother Célébrités.

J’ai laissé retomber la poussière et les émotions vives avant de parler avec mon cœur de mon passage à l’émission Big Brother Célébrités.

D’emblée et sans retenue, j’ai ADORÉ mon expérience dans cet entrepôt transformé en «maison», où à peu près tout était sensoriellement agressant. Éclairage au néon, planchers blancs, couleurs vibrantes, 2 toilettes pour 16 personnes, 70 caméras captant chacun de nos mouvements: tout était mis en place pour favoriser l’inconfort.

guylaine-big-brother

C’est fou à quel point le cœur est accessible quand on n’a que les autres.

Et au-delà de tout ça, les humains. Les autres célébrités avec qui j’allais partager quelques semaines de ma vie et la presque totalité de mon âme. Celles et ceux à qui j’allais dire «je t’aime» au bout de trois jours. Un condensé de vie. Un trajet court vers l’amitié véritable. C’est fou à quel point le cœur est accessible quand on n’a que les autres. Pas de téléphone, pas d’ordinateur, pas de contact avec le monde extérieur. Juste nous à découvrir… et le luxe du temps.

Quand j’ai dit oui à cette rocambolesque aventure, je ne me doutais pas que j’allais devoir affronter la montagne de mon âge, de mon poids, de ma forme physique pas optimale et de mes vieilles blessures de rejet et d’orgueil.

J’ai fait face à tous les défis physiques avec enthousiasme, même si je savais très bien que je n’allais rien gagner. C’est dur, des fois, de réaliser qu’on n’est pas bon dans quelque chose. Mais puisque mon corps n’arrivait pas à suivre les prouesses des autres, mon jeu social se devait, lui, d’être vorace.

J’ai eu mal. J’ai pleuré beaucoup. Et j’ai aussi immensément ri. Je me suis dépassée. Et je n’ai jamais regretté d’avoir dit oui. De nouvelles amitiés ont littéralement réparé mon cœur. J’ai survécu. Et grâce à cette expérience unique, je survivrai à bien d’autres choses à partir d’aujourd’hui.

Mon jeu n’a pas plu à tout le monde. Je comprends. Entendez-moi bien: aucun commentaire des madames sur les réseaux sociaux ne minera la fierté que je ressens d’avoir fait face à l’adversité pendant sept semaines.

Je l’ai fait pour moi. C’est la première fois en 21 ans que je faisais quelque chose uniquement pour moi. Je laissais derrière mari, enfants et responsabilités. J’avais rendez-vous avec Guylou, la femme. Celle qui a fait rire, qui a cuisiné pour tout le monde tous les soirs, celle qui a consolé et qui a été à son tour consolée, celle qui a tissé des liens avec des gens qu’elle n’aurait jamais rencontrés dans un autre contexte, celle qui a fait des défilés en maillot de bain, qui a dansé, qui a été émue de vivre une telle expérience. Le paradoxe d’être libre, même enfermée dans une maison.

Et oui, j’ai gagné plus de 6000 $ par semaine. Faites le calcul: 42 000 $ pour rénover notre petit duplex nouvellement acquis et pour que mon fils Léo puisse habiter dans son premier appartement. Juste en haut du nôtre. Parce qu’ultimement, je faisais ça pour mes enfants. Je fais tout pour mes enfants. Même penser à moi pendant sept semaines.

Et je recommencerais demain matin. 😉

 

Guylaine Guay est une autrice, comédienne, humoriste et animatrice québécoise. Elle est aussi la marraine de la Fondation Véro & Louis, et mère de deux garçons vivant avec le trouble du spectre de l’autisme.

Photo : Andréanne Gauthier 
Illustration : Patricia Boutin

À lire aussi : 



Catégories : Culture / MSN / Oser être soi / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine