Ingrid St-Pierre: «C’est l’histoire de Lucie Précontal…»

Ingrid_St_Pierre_magazine_VERO
27 Fév 2020 par Ingrid St-Pierre
Catégories : Oser être soi
Icon

«J’ai l’impression que ma vie serait bien plus jolie si elle était peuplée de gens âgés qui me racontent de succulentes histoires au creux d’un après- midi éclaboussé de soleil.»

C’était le préambule de chaque histoire racontée par mon grand-père Claude quand j’étais petite. Peu importe l’histoire, c’était toujours celle de Lucie. Je n’ai jamais su qui était réellement cette fameuse héroïne mythique de mon enfance. Mais qu’à cela ne tienne, avec son timbre de voix digne d’un film d’épouvante, son dos penché vers nos yeux ravis et insistants, grand-père nous chuchotait des milliers d’histoires rocambolesques et fabuleuses. Nous étions littéralement suspendus à ses lèvres. Buvant ses paroles en attendant le prochain tressaillement d’épouvante ou de magnifiques rigolades. C’était un fabuleux conteur, mon grand-père. Il mettait juste assez d’intensité dans ses gestes et modulait habilement sa voix, toujours au bon moment, pour créer un suspense magique et parfait.

C’était un homme extraordinaire. Il m’a trimballée partout, été comme hiver. Quand j’avais trois ans, il m’installait confortablement dans le traîneau, emmitouflée sous la grande peau de mouton chaude, puis on partait tous les deux à l’aventure dans le bois derrière chez ma tante Françoise. C’était un bout du monde imaginaire et fantastique. Pendant l’escapade, il n’était pas rare de croiser des «chevreux», des «djeuves», des «écureux» et, mon préféré, le «porti-pi».

J’étais ébahie devant cette faune qui m’était encore totalement inconnue. Évidemment, grand-père savait bien que cette dénomination animalière était inadéquate. Il savait aussi que ma mère s’affairait à m’enseigner méticuleusement un français normatif impeccable. Je connaissais donc très bien l’existence des chevreuils, des lièvres, des écureuils et des porcs-épics. Mais grand-père avait tellement de plaisir à voir ma mère rouler des yeux lorsque, de retour à la maison, je lui expliquais que j’avais vu des «chevreux». Ces escapades me manquent tant! Tout comme ses histoires de Lucie Précontal, ses mots colorés, ses bonbons cachés au fond de ses poches.

Je suis orpheline de grands-parents. Ils sont tous partis au vent. Comme des cerfs-volants sublimes. Ma main cherche en vain les petits bouts de ficelle pour les ramener à moi. Ils me manquent tous tellement! Il ne subsiste d’eux que des souvenirs indélébiles et chers à mon cœur, des mots qui font parfois écho, des histoires rocambolesques, des odeurs de thé au lait, d’eau de Cologne, de tabac à chiquer, de soupe aux légumes, de sucre à la crème.

Mais où sont les personnes âgées de ma vie? Qui me racontera des histoires? Qui me parlera du temps qu’il fera demain en regardant le rose dans le ciel? Qui me parlera avec des mots d’une autre époque? J’ai l’impression que ma vie serait bien plus jolie si elle était peuplée de gens âgés qui me racontent de succulentes histoires au creux d’un après- midi éclaboussé de soleil.

Ce sera ma résolution cette année. Je veux être adoptée par des centaines de grands-pères et de grands-mères qui ne demandent qu’à raconter leur vie à bon entendeur ébahi. Je pense que nous sommes de meilleurs humains lorsqu’on mélange les générations, les cultures, les univers, les idéaux. C’est en se fusionnant que l’existence est magnifiée. Je veux voir des garderies dans des CHSLD, des grands-papas qui prodiguent des conseils aux jeunes dans les cégeps. Je veux voir mon fils inviter à son cinquième anniversaire son amie de 89 ans. Je veux encore et encore écouter des histoires de Lucie Précontal. Vivement le sublime embrouillamini des âges et le joyeux assemblage des générations. Voulez-vous m’adopter, svp?

Ingrid St-Pierre est une auteure-compositrice-interprète. Elle est présentement en tournée après la sortie de
son dernier album, Petite plage. Pour plus d’information, on visite le site ingridstpierre.com.

À lire aussi:



Catégories : Oser être soi
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine