La très touchante lettre de Carla Beauvais à sa fille

20 Oct 2020 par Véronique Harvey
Catégories : Oser être soi / Véro-Article
Icon

Entrepreneure et chroniqueuse montréalaise, Carla Beauvais a décidé de signer elle-même son témoignage en mettant ses propres mots par écrit, afin de nous présenter sa réalité.

«Ce matin, je ne peux contenir mes larmes. Je te serre très fort pour les camoufler. Ces pleurs témoignent de mon incapacité à trouver les mots justes pour traduire mes faiblesses que je ne peux plus dissimuler. Certaines images sont impossibles à regarder. Certaines vies sont déshumanisées dans une indifférence insupportable. Je suis épuisée par notre manque de solidarité et, surtout, le manque d’écoute.

«L’année 2020 aura laissé des marques ineffaçables sur mon cœur et dans mon âme. Si tu savais à quel point j’envie ton innocence, tes rires et ta joie. Tu n’en as aucune idée, mais le monde s’écroule sous nos pieds. J’ai peur. Je suis désemparée face à l’incertitude et terrifiée par la haine qui s’amplifie et résonne partout. Ma fille, tu es mon ancrage dans cette vie tourmentée. Jamais je n’aurais cru ressentir cette fracture entre la terre qui m’a vu naître et grandir, entre cette patrie que j’aime de tout mon cœur et la nostalgie de mes rêves pour nous.

«J’ai compris que je serais toujours étrangère en ce lieu que j’appelle MON PAYS. Exilée dans mon Québec. C’est un ressenti dévastateur. Un échec entremêlé d’une déception innommable. Bien malgré moi, j’ai appris que les pires exils sont intérieurs. Je me demande souvent comment te transmettre cet amour que j’ai perdu, cet amour dérobé à coups d’inégalités, de disparités et d’iniquités que je ne peux plus supporter. Comment t’expliquer l’importance du vivre ensemble quand notre tissu social semble se détériorer à une vitesse effrénée? J’ai tellement voulu créer ce monde plus juste et équitable pour toi que je me suis perdue dans cette quête d’égalité absolue.

«Après toutes ces années à revendiquer, aujourd’hui, je ne rêve que de silence, de paix et de calme, même illusoire.

«Qu’arrivera-t-il si, par mon mutisme, je me dérobe à ma responsabilité de te protéger de la bêtise et de la méchanceté humaine? Comment pourrais-je me pardonner de ne pas t’avoir préparée à faire face à ce monde où la haine et le racisme coexistent sournoisement?

«Je dois me rendre à l’évidence que je n’ai plus la force de me battre et de débattre. Plus la force de me justifier ou de m’insurger. Je veux arrêter de lutter pour exister.

«Notre société est morcelée en mille fragments d’injustice. Jamais je ne voudrais que tu ressentes le poids de les réparer. Ce n’est pas ta responsabilité.

«Cette charge, elle nous revient à tous, collectivement, et surtout à ceux et celles qui ont le pouvoir de changer les choses. Je ne sais pas comment on va y arriver. Je ne sais pas combien de temps cela prendra. J’ignore si on y parviendra.

«Je sais simplement que c’est grâce à toi et à la lueur qui scintille dans tes yeux que je retrouverai la force d’exiger que nous soyons respectés et non tolérés dans notre humanité et notre singularité. Même sans espoir, la lutte est encore un espoir.»

À lire aussi:

Photos: Andréanne Gauthier



Catégories : Oser être soi / Véro-Article
6 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. shirley Colin dit :

    Carla,

    Que dire de plus! Tu dis tout dans cette superbe lettre. J’applaudis ta vulnéranilté car c’est précisémemt la que se trouve ta beauté et ta force.
    J’ai confiance aux générations futures! Je crois que nous avions une période de transition qui mène vers un éveil. Mais comme tu le sais les grandes périodes de transition sont faites de grands remous, et d’inconforts nécessaires. Ta fille aura le privilege, je le souhaite ardemment de grandir, d’être éduquée dans une Société qui se sera débarrassée de sa peur de l’autre, dans une Société qui reconnaitra l’apport de tous indépendamment des origines. On oublie que sous cette envelope colorée, coule dans nos veines un sang de même couleur pour tous.

  2. Danielle Paquette dit :

    Bonjour Carla .,

    Votre lettre dans le magazine VERO m donné des mottons dans la gorge , j ai des trémolos en – dedans.
    Moi aussi je suis découragée de tout ce qui se passe dans le monde .
    J en ai assez des tueries , des maltrainances des femmes , des enfants , les aînées incluses.
    Ça me révolte carrément!
    Il y a une chanson des Cowboys Fringuant que j , écoute souvent et qui m émeut à chaque fois que je l entend :
    ‘ L Amerique pleure c est même devenue ma chanson fetiche .
    Je les ai trouvé tres visionnenaires la première fois que je l ai entendue.
    Merci beaucoup d avoir partager vos appréhensions avec nous.
    Danielle Paquette de Sherbrooke

  3. Joyce Tessier dit :

    Quel beau texte plein de vérités

  4. Marjo dit :

    Bonjour,

    Très touchant.

    N’oubliez surtout pas que vous n’êtes pas seules, nous sommes là, tous et toute. Il est vrai que le racisme est omniprésent, mais nous, nous sommes là avec vous, comme vous, aussi dédaigné de tout ça. Exact, la charge nous l’avons tous…

  5. Lise Bisaillon dit :

    Bonjour,

    Cette lettre m’a touché droit au cœur,

    Combien de temps encore cela va prendre pour oublier la couleur de la peau et voir la personne dans son entièreté,
    Pouvons-nous se voir, s’écouter, s’entendre, s’aimer comme des êtres humains tout simplement.

    Je vais faire ma part pour en parler et m’insurger contre toute forme de racisme.

    Merci pour cette lettre qui va peut-être faire réfléchir.

    Je vous embrasse bien tendrement.

    Lise b.

  6. Nathalie dit :

    Madame Beauvais! Sachez que vous êtes tellement belle avec votre fille sur la photo!
    Que votre texte m’a touché droit au cœur!. Je veux aussi que vous sachiez que je suis une femme et que j’ai la peau blanche et quand je vous regarde je ne vois pas une femme noire, je vois une personne c’est tout, le mot raciste ne devrait pas exister…mais, de mon côté je vais tout faire pour que cesse le RACISME!!! Je ne suis pas connue, je n’ai aucune tribune ou m’exprimer, mais à tous les jours je peux faire une différence!!! Si minime soit-elle, je ferai mon petit bout de chemin qui j’espère se fera ressentir dans l’esprit de ceux que je rencontrerai au courant ma vie. ❤️

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine