Le mot de Véro: coupable!

06 Avr 2020 par Véronique Cloutier
Catégories : Oser être soi / Véro-Article
Icon

Dans son édito du printemps 2020, Véro nous suggère de donner un "break" à la culpabilité qui mène nos vies.

J’ai oublié la tuque de la p’tite. Coupable.

J’ai décliné une invitation à souper. Coupable.

J’ai utilisé une paille en plastique. Coupable.

Je suis arrivée en retard. Coupable.

J’ai congédié quelqu’un. Coupable.

J’ai mangé une poutine. Coupable.

J’ai oublié le rdv chez le médecin de ma mère. Coupable.

Oooooh! la culpabilité. GROS sujet. Si on vous avait demandé de nous écrire chacune un texte sur les moments où vous vous êtes sentie coupables dans votre vie, on aurait publié une encyclopédie en 802 tomes.

Sans tomber dans les généralités, je ne crois pas me tromper en disant que la culpabilité est un sentiment très répandu, particulièrement chez les femmes. Cette fausse impression d’être responsable du bonheur de tous (famille, amis, collègues, planète et animaux inclus) finit par peser très lourd. Je ne sais pas si c’est l’âge ou le manque d’hormones (quoique… les deux sont reliés, tsé!), mais je suis en mission afin de larguer ce boulet. Pus capable de m’excuser pour tout et pour rien.

Je cite notre grande sage, la psychologue Rose-Marie Charest (La culpabilité démystifiée, page 62): «Il y a des passages obligés et on n’a pas le pouvoir d’éviter toute douleur aux autres, qu’il s’agisse de nos enfants, de nos parents, de nos collègues ou de nos amis.» Rose-Marie suggère que la clé soit de simplement prendre nos responsabilités et que la suite des événements ne nous appartient pas. Une connaissance m’avait un peu dit la même chose il y a plusieurs années. J’avais une mauvaise nouvelle à annoncer à quelqu’un et la culpabilité me paralysait. Mon amie m’avait alors dit: «Sa réaction et ses émotions ne t’appartiennent pas.» Aujourd’hui, dans une situation culpabilisante et potentiellement blessante pour quelqu’un, je me questionne sur mes intentions, mes paroles et ma façon de procéder. Ai-je été honnête? Intègre? Délicate? Est-ce que j’ai fait de mon mieux? Si je réponds oui, je n’ai rien à me reprocher et la suite ne m’appartient pas.

Plus facile à dire qu’à faire, je sais bien.

Et si on mettait un peu de lâcher prise et d’autocompassion dans notre verre de blanc ce printemps?

On se donne-tu un break, les filles?

Ça commence tu suite, là là.

Bonne lecture xxx

Le nouveau  numéro printemps du Magazine VÉRO est en kiosque présentement, dans les points de vente habituels qui sont toujours ouverts pendant la crise du Coronavirus. Vous pouvez acheter l’édition numérique ici veroniquecloutier.com/magazine

 

Photo: Andréanne Gauthier

À lire aussi:



Catégories : Oser être soi / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine