Diversité corporelle : Le poids des mots

Le-poids-de-mots
29 Sep 2021 par Patrick Marsolais
Catégories : MSN / Oser être soi / Psycho
Icon

Il y a beaucoup d’émotion autour de la table. Mes trois invités sont à fleur de peau. Vulnérables mais assumés, enflammés et, surtout, décidés à se libérer.

L’humoriste Matthieu Pepper, le comédien Félix-Antoine Tremblay et le créateur de contenu Karl Hardy affichent tous un surpoids. Souvent stigmatisés, ils ont envie que ça change et sont prêts à agir pour que le regard de la société évolue à ce propos. Première étape: en parler ouvertement. Deuxième étape: prendre la pose… sexy. Pas aussi simple qu’on pourrait le croire!

En langage québécois, j’ai envie de vous dire que nos trois invités sont «allés au bat» pour le reste de la gang, dans un geste que je qualifierais d’audacieux. Parler de ses traumatismes n’est déjà pas simple, alors imaginez se dévêtir et prendre la pose… en souhaitant faire évoluer les mentalités, tout en sachant qu’on prêtera flanc à la raillerie et aux insultes. La preuve? En toute honnêteté, on aurait beaucoup aimé avoir davantage d’invités à ce «Souper de gars». On a donc tendu de très nombreuses perches, pour ensuite essuyer presque autant de refus. Si la plupart des candidats avaient envie de parler du sujet, ils ont tous battu en retraite lorsqu’on a évoqué la fameuse photo. Tous, sauf Karl Hardy, Matthieu Pepper et Félix- Antoine Tremblay.

«C’est normal que la plupart des gars contactés n’aient pas voulu se faire photographier dans ce con- texte, confirme Matthieu, l’initiateur du projet. C’est normal parce qu’on n’en voit pas, des photos de gros à moitié nus. Une photo dans un magazine, ça ne s’efface pas. C’était mon idée, ce shooting-là, et j’ai eu de la difficulté à le faire. Alors, je n’ose pas imaginer la réaction des gars que vous avez essayé de convaincre par téléphone. L’autre affaire, c’est qu’on ne sexualise pas assez le corps des gros.

– Exact, j’allais dire la même chose, renchérit Félix-Antoine. Le but, ce n’est pas de montrer qu’on est un trio de gars ben forts. Le but, c’est de montrer qu’on est sexy, qu’on s’assume et qu’on est aussi attirants que les hommes qu’on voit dans le magazine GQ.

– On a besoin de modèles, ajoute Matthieu. Prends Antoine Bertrand. Ce gars-là est la classe incarnée. Il a un surpoids mais ça ne l’empêche pas de rayonner, de porter des costumes trois pièces, d’être tellement beau! Pour moi, il est une icône. Une des seules personnes devant qui j’ai figé. J’aurais eu tellement de choses à lui dire! À la télé, il a joué dans des scènes formidables qui m’ont marqué et j’aurais voulu lui dire merci. Mais j’ai figé. Tout le monde raconte qu’il s’est pogné une fille incroyable – Catherine-Anne Toupin –, en sous-entendant qu’il joue au-dessus de sa ligue. Fuck that! Ce gars-là est magnifique!»

Dans le «bon vieux temps»

On s’en doute, ce besoin et cette envie de démystifier le corps masculin bien en chair repose sur des années de malaises, de traumatismes et de moqueries. Des années à se faire choisir en dernier dans l’équipe de basket de l’école.

«Ouache, la pire période de ma vie! réagit spontanément Karl. Mon enfance a été très rough parce que j’étais le seul avec ce corps-là. Je viens de Saint- Raymond de Portneuf, où j’étais le seul gros, le seul gai. J’ai tellement caché mon corps! Je me suis tellement fait insulter dans la cour d’école! Je ne crois pas exagérer en affirmant que ma mère a dû motiver mon absence en éducation physique au moins deux cours sur trois. J’adorais nager, mais durant toute ma jeunesse, je me suis empêché d’avoir du fun avec mes amis parce que je ne voulais pas qu’ils me voient en maillot. Je me baignais toujours seul. Aujourd’hui, je réussis à marcher en maillot avec ma serviette des vestiaires jusqu’à la piscine, et ça me rend heureux. Jamais je n’aurais pu faire ça il y a quelques années. J’avais le feeling que tout le monde me regardait, alors que, dans le fond, tous s’en foutaient.»

De son côté, la situation de Félix-Antoine était différente. Au secondaire, il a évolué dans un programme sport-études avec danse et n’affichait aucun surpoids, bien au contraire. À cette époque, c’était plutôt en côtoyant sa mère et ses troubles alimentaires qu’il a été confronté aux nombreux défis qu’impliquent un corps qu’on n’aime pas. «Elle a eu des troubles alimentaires, mais je suis chanceux car je n’en ai pas souffert, dit-il. Je ne me sentais pas mal de manger, mais comme j’ai été témoin de ce problème-là, j’y suis sensible. En même temps, c’est sans doute parce que j’ai vu ma mère évoluer que je ne basculerai probablement jamais là-dedans, même s’il m’arrive de lutter pour ne pas le faire. On a tous le pouvoir de changer quelque chose dans notre corps, d’améliorer certaines affaires, mais est-ce que ces changements-là se font au détriment de qui nous sommes? De comment on a le goût de vivre? De ce qu’on a envie de boire et de manger? L’intelligence émotionnelle doit l’emporter sur ce que je vois dans le miroir. Je mange super bien, je fais de la boxe quatre fois par semaine et j’ai le corps que j’ai. Qu’est-ce que tu veux que je fasse? Et pourquoi ça ne serait pas correct? C’est fou, parce que quand j’étais jeune et mince, je rêvais de devenir costaud comme un colosse.»

Le-poids-de-mots
le-poids-des-mots-felix-antoine-tremblay
le-poids-des-mots-matthieu-pepper

Souffrir 24 heures sur 24

Attention, alerte aux clichés! En 2021, c’est encore moins facile qu’autrefois de proposer une image qui sort des normes, considérant la «perfection» des photos qui circulent sur les réseaux sociaux. C’est sans doute un cliché de le dire, n’empêche que c’est la réalité et qu’elle n’a pas changé d’un iota depuis une dizaine d’années. Instagram est devenue la capitale mondiale des coachs de fitness, des six-packs et des dents blanches.

Et si, avant l’ère numérique, on pouvait oublier les remarques désobligeantes une fois la cour d’école franchie, aujourd’hui, ces adonis virtuels au bonheur perpétuel nous poursuivent jusqu’à la maison. Impossible d’y échapper. «C’est vrai que la pression est plus forte à cause des réseaux sociaux, estime Félix-Antoine. On sait très bien qu’ils amènent autant de négatif que de positif. Rendu là, on a le pouvoir de suivre ceux qu’on veut bien suivre. Je ne veux rien savoir des gens qui me veulent du mal ou qui tentent de me rabaisser. J’ai envie de m’entourer de gens qui veulent m’écouter et qui saisissent qui je suis.

– Je ne la vois pas tant que ça, la pression des réseaux sociaux, réplique Matthieu. Ça ne me m’est jamais arrivé d’envier un beau gars musclé sur Instagram. C’est plutôt ce qui m’arrive au quotidien qui me choque régulièrement. Pourquoi ai-je de la difficulté à m’habiller chez Simons avec la shape que j’ai? Ça me rend agressif. Ça scrappe ma journée de ne pas avoir été capable de rentrer dans une ostie de paire de jeans… dans un magasin qui est sensé servir tout le monde. Pourquoi devrais-je porter des chemises carrautées laides, des pantalons pas de coupe pis des chandails à trois boutons? Juste parce que je suis gros? Fais ce que tu veux sur Instagram, je m’en fous, mais fais-moi sentir bien quand je vais m’acheter un t-shirt. Laisse-moi au moins croire que tu as pensé à moi dans ta réflexion de businessman qui œuvre dans l’industrie du vêtement.

– Moi, je l’ai sentie, la pression des réseaux sociaux, admet Karl. Et c’est pour ça que j’ai décidé de changer le contenu narratif sur mon compte. J’ai mis des images que j’avais envie de voir et que je ne voyais pas assez. On a quand même beaucoup plus de contrôle qu’on pense sur notre téléphone. Quand j’ai compris que je pouvais suivre des gars avec la même shape que moi et que ça allait m’aider à m’accepter, tout a changé dans ma tête. J’ai appris à lâcher prise sur des gars que je trouvais donc beaux.»

Devant moi, il y a trois gars animés par le même enjeu, avec cette même envie de voir les regards évoluer, mais ces gars- là sont pourtant très différents. Félix-Antoine, c’est le sage, celui qui réconforte les deux autres. Matthieu, lui, est plutôt contrarié et impatient, alors que Karl m’apparaît comme celui qui a profondément souffert. Il admet même avoir maltraité son propre corps pour se venger du reflet qu’il lui offrait. «C’était très dark mon affaire, raconte- t-il. Je mangeais vraiment très mal par choix, je me mutilais, je me suis même déjà brûlé dans le bain… En faisant ce shooting photo, c’est comme si je demandais pardon à mon corps pour tout ce que je lui ai infligé. Comme si je le remerciais pour tout ce qu’il m’a offert. Il m’arrive de me demander si je ne mets pas trop de photos ou de vidéos de moi sur les réseaux sociaux. Puis, quand j’y pense un peu plus, je me dis que non, il n’y en aura jamais assez. Si j’ai envie de le faire, je vais le faire, parce que l’opinion des autres me pèse moins qu’avant. Je ne veux plus laisser personne fissurer ma confiance.

– C’est incroyable ce que tu fais, Karl! s’exclame Félix-Antoine. Parce que quand tu publies une photo, à travers les milliers de personnes que tu fais sourire, les autres qui t’admirent et certaines que tu déranges, ben il y en a peut-être une que tu sauves. Et cette personne-là est vraiment importante. Elle valide tout ce que tu fais et tout ce que tu as traversé pour parvenir à donner à ton corps le droit d’exister.»

le-poids-des-mots-karl-hardy
le-poids-des-mots-matthieu-pepper

Le fait d’être drôle réside dans ce que je suis, incluant le surpoids et les bajoues. Je ne crois pas que j’aurais fait ce métier-là si je n’avais pas été un petit gros.

Différent comme toi

Que ce soit en humour ou sur les plateaux de télé, il existe un casting bien précis pour les personnes de forte taille. Certains agents d’artistes corpulents auraient même suggéré à leurs clients de ne pas trop perdre de poids, histoire de pouvoir décrocher ces rôles qui leur sont destinés plutôt que de se fondre dans la masse.

«Toute ma vie, j’ai conduit une fourgonnette que je connais, illustre Matthieu. Je sais comment être drôle dans le corps que j’habite. Si, demain matin, je me retrouvais mince et musclé, je ne saurais pas quoi faire avec ce char-là… Le fait d’être drôle réside dans ce que je suis, incluant le surpoids et les bajoues. Je ne crois pas que j’aurais fait ce métier-là si je n’avais pas été un petit gros. Au départ, c’était un moyen de défense, un moyen de vali- dation auprès des autres. Avoir été mince, je pense que je serais resté bien tranquille dans ma classe et je ne crois pas que ma prof m’aurait incité à passer des auditions pour le show de fin d’année. Aujourd’hui, je suis un des auteurs de la série Entre deux draps et je voulais que mon personnage soit le plus souvent possible en bedaine. Je voulais de la rondeur à la télé, mais pas pour ajouter d’effet comique. Je ne voulais pas d’un gros qui déboule les marches ou qui joue le niaiseux. Non, juste un gros en bedaine qui est en train de se changer, comme on voit les autres gars le faire.

– Exact, je ne suis plus capable de voir des gros toujours dans le même casting à la télé, affirme Félix-Antoine. Il faut arrêter de les représenter comme des gens qui se bourrent de junk food ou qui ont de la misère à respirer en mon- tant un escalier. Il y en a plein des gars ronds, sportifs et qui mangent bien, mais que veux-tu, c’est ça, leur calvasse de shape

LEURS ACTUS

Matthieu Pepper fait partie des scénaristes de la télésérie Entre deux draps, dans laquelle il reprend son rôle dès le 15 septembre, à 19 h 30, à Noovo. À la radio, il coanime l’émission Le fun est dans le retour, sur les ondes de CKOI. Enfin, il sera en rodage de son premier one man show en 2022.

Félix-Antoine Tremblay participe à l’émission Véronique et les Fantastiques, à Rouge FM, et il animera l’émission Des idées de grandeur dans ma cour, de retour à Canal Vie en 2022.

Karl Hardy est animateur, chroniqueur culturel et influenceur. Il collabore à la plateforme noovomoi.ca. On peut aussi le suivre sur Instagram (@karl_hardy) pour s’offrir une dose quotidienne de rires!

Photographie Marjorie Guindon
Stylisme Jenn Finkelstein
Mise en beauté Shannon Leigh
Assistantes-photographes Mylène Castilloux et Alexya Crôteau-Grégoire
Coordonnatrice Claudia Guy

À lire aussi:



Catégories : MSN / Oser être soi / Psycho
28 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nadia dit :

    Je n’ai qu’une seule chose à dire sur cet article et sur ces hommes et tous ceux qu’ils représentent à travers celui-ci … WOW!!!!!

  2. Marie-Josée dit :

    WoW 🤩 vous êtes magnifiques les boys.. chapeau à vous! J’aimerais avoir le 1/10 de votre confiance en soi!!!

  3. Daniel Du Perron dit :

    Je suis tombé sur cet article par hasard et je dois vous dire chapeau. J’ai 53 ans et j’ai LA bedaine. Je pourrais dire que je n’ai pas de problème au travail, à faire mon épicerie ou

    faire une sortie comme aller au cinéma. Quand il est question de prendre une photo ou d’aller dans une activité pour des raisons plus personnelles, c’est l’enfer. J’aurais peut-être

    accepté de faire le shooting parce que pour moi, ce ne seront que des étrangers qui verront les photos mais le faire pour une personne pour qui j’ai des sentiments, amical ou

    autre, je n’aurais jamais été cappable de le faire. Encore une fois, chapeau!!!

  4. Robinette Jimmy dit :

    Pour moi l’apparence physique ma jamais attiré je regarde plus en détail le caractère émotionnel et l’amour qu’un homme qui peut dégage le reste je m’en crise.

  5. Denis Campagna dit :

    Oufff, de loin un des meilleurs article que j’ai lu depuis longtemps. Sérieux c’est un vent de fraicheur et si jamais vous voulez faire un calendrier « DE GROS » je me désisterais pas pour la cause, même si je suis personne!!! Félicitations à vous trois. WOW, WOW et RE-WOW.

  6. Christine dit :

    Je n’ai jamais été attirée par les grands musclés alors je vous regardais et je me disais: « ben… ils sont beaux ces gars là!!! ». Mon chum vous ressemble… et je vous assure que je suis très jolie! 😉

  7. Frédéric dit :

    Je trouve ces photos et cet article extraordinaire. Je suis un ancien sportif de compétition et j’ai tjrs été grassouillet. J’etais le gros dans mon sport mais j’étais toujours un des plus talentueux. C’est avec le succès que j’ai été resoecté car j’étais une vedette. Aujourd’hui je suis toujours en surpoids sans être obèse. Étant gai ce n’est pas facile car je ne suis pas dans les steréotypes. J’essaie malgré tout de m’aimer comme je suis. Bravo à vous 3 pour cet audace et merci Véro !!!

  8. Martine dit :

    Bravo les gars, personnellement j’ai toujours préféré les gars Costauds… vous êtes beaux et soyez fiers !!!

  9. Caroline dit :

    Ça m’a pris du temps de m’aimer t’elle que je suis, et aujourd’hui je suis une femme épanouie avec un homme extraordinaire. C’est beau un gars avec un 6pacs, moi je le préfère avec la 24 😝. Moi j’aime les hommes pas pour leur physique, mais pour leur âme, l’intelligence et l’amour qu’il ont à offrir. J’aimerais ça que dans les boutiques de vêtements il ait plus de choix pour les tailles fortes et aussi les souliers. WoW 😮 belle photo les gars je vous trouve sexy.

  10. Marie Josée dit :

    Bravo les gars et sérieusement je vius trouve super beau tres belles photos de vous

  11. Yolande Thibeault dit :

    Wow merci pour ces beaux témoignages. Moi je suis veuve depuis 28 ans et j’ai 70 ans. J’aurais aimé lire des témoignages comme vous trois quand j’avais 45 ans. Je ne serais peut être pas veuve encore aujourd hui hihihi.
    Je croyais sincèrement que l’homme ne vivait pas tous ses préjugés là. Du moins pas de la même façon. Moi j’ai vu et connu des hommes bedonnant, je les trouvais beaux mais moi j’étais et je suis encore grosse et je ne croyais pas qu’ils pouvaient avoir un regard sur moi comme celui que moi j’avais pour eux. Oui je sais aujourd hui que j’avais complètement faut.
    Aujourd hui je suis bien je me suis beaucoup parler et j’ai encore à m’améliorer. Je dois faire du ménage et effacer certaines pensées de mon disque dur. Heureusement je devrais avoir encore quelques années devant moi pour pouvoir aider des jeunes comme vous et moi nous étions. Les garçons et les filles qui vous lisent aujourd hui vous aller changer leurs façons de penser et même leur vie j’en suis certaine. Merci encore! Yo

  12. Nathalie dit :

    Bravo pour avoir utilisé votre voix pour partager votre vision et vos belles photos. On a tous tendance à penser que ceci concerne que les femmes. Nous sommes tous unique et la beauté réside dans chacun de nous autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Merci pour cette belle inspiration !
    Vous êtes tous talentueux , unique et magnifique .
    .

  13. Célynne dit :

    Je suis tellement touchée par ces témoignages. Je suis la fille qui a toujours été slim mais pas maigre, juste bien roulée. 5 pieds 8 pouces autour de 130lbs… et je suis devenue malade, pris des traitements, donc pris du poids, qyi joue au yo-yo depuis 10 ans. J’ai 50 ans… et au total je dois avoir pris 80lbs, j’en reperds et reprends. Et tellement complexée de l’image que le miroir me renvoit que je n’ai pas appris encore à l’apprivoiser et l’aimer. Je me bats dans ma tête entre stéréotypes et lâcher prise, acceptation de ce qui est là. Je suis tellement touchée dw voir des hommes au prise avec les enjeux similaires… finalement l’âme se revêt du corps qu’elle a point à la ligne. Et d’ouvrir l’âme du personne se fait au-delà du barrage physique. Merci et full love!

  14. Clément Gosselin dit :

    Félicitations à vous trois qui avez osé.
    Pas évident dans cette société qui en demande TOUJOURS plus…
    N’oubliez que la beauté intérieure est encore plus importante…🤜🤛

  15. Chsntal dit :

    Vous êtes un bel exemple de courage et de beauté.
    Bravo pour votre shooting photo

  16. Karine Marcouiller dit :

    Bravo pour votre audace. Si tout les gens (et je m’inclus bien évidemment) osaient affronter le regard de la société face a leurs corps , nous pourrions peut êtres changer l’avenir de la génération future. Encore félicitations .

  17. Claudia dit :

    Cet article est génial ! Rempli de sensibilité, d’émotions et de gros sens…
    Bravo pour vos mots

  18. Andre dit :

    Que dire d’autre que merci.
    Toute ma vie (et j’ai 63 ans) ce corps aura souvent été un supplice….différent en tout, et, le boute du boute, gay…
    Aujourd’hui, je peux affirmer que toutes ces différences m’ont finalement aidées à être la personne que je suis… bon, charmant, généreux, aimant….et surtout, aime …quel privilège !
    Merci les gars, car avec ce reportage, j’ai réalisé que ce que vous avez vécu, je l’ai également vécu ….vous avez mis des mots sur certaines émotions que j’ai ressentie jadis …
    J’espère que ce reportage tombe entre les mains de gars qui se demandent… « mais pourquoi chus pogné avec ce corps la ? » et qui y trouveront une inspiration…

  19. Josée Durocher dit :

    Un article super au sujet de supers hommes aux super talents! Perso, j’aurai ete de tous les formats dans vma vie et on me dit en surpoids aujourdhui… je suis derangeante, je men rends bien compte…. et tout ce qu’on me dit! À force, je me suis développé comme un grand papier ciré dans lequel je m’imagine m’envelopper pour que les mots méchants et les regards qui viennent avec eux me glissent dessus! Oui a tous les formats vivants car ils existent! On aime bien les différentes couleurs de nos yeux non? J’en ai assez de dépendre des autres pour je pour me donner une note de beauté… Je suis belle, j’en fait le décret! Quant à ces trois gars hyper intéressants,,,ils le sont aussi! Basta ceux qui regardent tout et tout le monde avec un filtre si mince qu’on doit être presque transparents pour leur plaire! On est là, nous existons et le monde est aussi plus beau grâce à nous.

  20. Véronique Naud dit :

    Je vous dis Woowww! La vraie vie calvasse. Bebye la superficialité… L’aspect humain le plus important est l’équilibre, le bonheur, l’amour, pas le poids… Je vous dis merci pour ce bel article Merci d’être humain et de donner l’exemple. Ça me touche beaucoup. 🙏🤜🤛

  21. Christine dit :

    C’est très touchant et merveilleux comme idée
    Je me dis que nous sommes la première personne qui doit s’aimer et si jamais les autres apprécient pas qu’ils mettent des lunettes soleil car je ne cesserai pas d’illuminer pour rentrer dans les standards.
    Vous brillez par votre vécu, votre coeur et audace. Quand on aime une personne d’un amour véritable c’est plus qu’une attirance physique, mais surtout pas le bien que nous avons en sa présence ainsi que le.respect que nous avons l’un pour l’autre.
    Merci pour votre partage et authenticité 😊

  22. Véronique dit :

    Moi je vous trouve très beaux les gars, et vrais. Bravo pour votre authenticité, ça fait vraiment du bien et je vous rassure, il y a des filles (et des gars) qui trouvent vos shapes bien belles.

  23. Jessica dit :

    Mais wow!! Bravo à vous 3 qui avez osé briser les maudit stéréotypes! Vous êtes beaux, vous êtes talentueux et ce que vous dégagez est juste wow!

  24. ALAIN ROY dit :

    Bravo, j’ai besoin de lire ça en ce moment, je me sen tellement complexer ça va m’aider à me sentir mieux, j’en ai besoin en ce moment.

  25. Arredondo dit :

    Bravo les gars

  26. Ruth’S dit :

    Vous êtes tous les trois de magnifiques gars,
    courageux d’avoir fait ce shopping photo,
    Je vous aime 😘😍🥰

  27. Valérie dit :

    Je crois qu’être sexy est beaucoup dans l’attitude! Une personne confiante et assumée sera tout aussi beau avec ou sans surpoids. Combien de personnes sans surpoids projettent l’image d’un mal-être… Good job sexy boys

  28. Serge M. dit :

    Wow wow et ReWow à vous 3 de savoir oser. Nous avons vu de ses femmes enrobées faire des poses artistiques et sexy, mais pas encore pour des gars.

    Si vous cherchez des gars ordinaires pour faire un prochain reportage et une session de photo d’inconNUS faites moi signe, qui sait j’oserai peut-être!! Bonne journée 🙂

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine