L’édito de Véro : Le mythe du Grinch

edito-vero-grinch
04 Nov 2021 par Véro
Catégories : Famille / MSN / Noël / Oser être soi / Véro-Article
Icon

Voici venu le temps des fêtes! Dans son plus récent édito, Véro aborde le mythe du Grinch de la famille (pas si Grinch que ça finalement!).

J’ai toujours adoré Noël. Et j’ai des traditions qui sont presque sacrées: le sapin est fait dès que les citrouilles d’Halloween sont disparues, tous les lits du chalet sont occupés du 20 décembre au 2 janvier, et la maison sent (trop) fort les chandelles au pin et à la cannelle avant même le premier gel. Ben oui, folle raide.

Donc, moi, grande apôtre des Fêtes, j’ai épousé un homme cynique, sarcastique et sauvage, qui déteste la cannelle et «les chandelles qui pusent».*

Avec les années, à force de l’entendre chialer pendant les Fêtes, on l’a affectueusement surnommé le Grinch. Il revêt son costume pour toute la durée des vacances de Noël, très assumé dans son manque d’enthousiasme.

Si vous lisez le VÉRO depuis quelques années, vous savez déjà tout ça.

On me demande chaque année pourquoi Louis n’apparaît pas sur la page couverture du magazine de Noël avec les enfants et moi**. La réponse est très simple: il considère qu’il dévoile déjà beaucoup de choses sur sa vie personnelle en entrevue et dans ses œuvres. La photo de famille à la une, c’est trop pour lui. Étant réservé de nature, le fait d’exercer un métier public lui demande beaucoup d’efforts à cet égard et cette première page représente la limite qu’il ne veut pas franchir. Les enfants et moi respectons sa décision et sommes très à l’aise de faire la photo sans lui. (Pour être très franche, je pense aussi qu’il aime entretenir son image de gars un peu sauvage; ça l’amuse et je trouve ça charmant. Son côté sensible et tendre, il le garde pour moi, pis j’haïs pas ça.)

Malgré son personnage acerbe, je le soupçonne d’aimer ce temps d’arrêt avec la famille. Il se lève la nuit pour arroser la patinoire dans la cour, il joue au hockey avec les jeunes; il les regarde ouvrir leurs cadeaux et rire ensemble, la larme à l’œil; il récupère mes feux de foyer sans râler (je suis vraiment nulle pour faire un feu, mais je continue d’en faire et il le sauve chaque fois); il prend toujours deux assiettes de dinde-tourtière-patates pilées au réveillon; il s’assure toute la soirée que les verres sont pleins, même s’il accueille la visite avec un «pas encore vous autres!».

Donc, cette année encore, il jouera le personnage du gars qui déteste les Fêtes et on fera tous semblant d’y croire.

Ça doit être ça, la magie de Noël.

Je vous souhaite de très douces Fêtes, de la santé et beaucoup d’amour.

 

* Pour ses nombreuses qualités, lire plusieurs de mes textes précédents (c’est pas ça le sujet ici).

** J’espère le convaincre de se faire poser en pyjama du Grinch l’an prochain!

À lire aussi : 



Catégories : Famille / MSN / Noël / Oser être soi / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine