Les meilleurs blogues féminins pour 40 ans et plus

16 Avr 2019 par Chantal Tellier
Catégories : Oser être soi / Véro-Article

Les réseaux sociaux ne sont pas réservés qu’aux ados et aux millénariaux. De plus en plus d’influenceuses séniors émergent sur Internet et font entendre leur voix. Gros plan sur ce phénomène.

Ça a commencé insidieusement. Je me sentais de plus en plus déconnectée. De moins en moins concernée par ce que je lisais sur mon fil Facebook ou les blogues que j’avais l’habitude de fréquenter.

Puis, le mouvement s’est accéléré. Comme si, tout d’un coup, toutes les blogueuses devenaient des mamans. Ne le prenez pas mal, hein! Je trouve ça vraiment formidable que les femmes qui ont des enfants se soient bâti un réseau virtuel où elles peuvent échanger entre elles. Mais lire sur l’allaitement, les couches lavables et les allergies alimentaires quand on n’a pas d’enfant, au bout d’un moment, ça saoule. Et pas dans le sens du fameux vindredi…

Est arrivé ensuite le coup de grâce. Je m’apprêtais à lire un billet intitulé «Vivre au max! Il n’y a pas d’âge pour réaliser ses rêves!» avant de m’apercevoir que son auteur n’avait que… 26 ans. Une autre se plaignait de ne pas avoir envie de fêter son anniversaire cette année parce qu’elle allait avoir 25 ans et que, soudainement, elle avait peur de vieillir.

Il fallait clairement que je me désabonne de certaines pages Facebook.

Jessica, Noémie, Fannie ou Sarah-Jade ont beau être sympas, il est difficile de s’identifier à elles quand elles parlent de maquillage et de fringues ou qu’elles racontent leur vie. Moi, quand je lis «30 ans, l’heure du bilan… où l’on se met à regarder le passé avec mélancolie et le futur avec désespoir», j’ai plutôt envie de rigoler. Ou de rouler des yeux, selon mon humeur de femme PÉRIMÉNOPAUSÉE. (Oui, ça commence dans la quarantaine. Vous voilà avisées.) Comprenez-moi bien. Je sais qu’avoir 30 ans est un passage important. Mais ce n’est pas le seul.

Je ne dis pas non plus que mes centres d’intérêt ne recoupent pas les leurs. Je dis juste que nos préoccupations ne sont pas nécessairement les mêmes, et que notre manière d’en parler est différente. «Ma façon de bloguer ou vloguer diffère effectivement de celle de mes collègues plus jeunes», confirme Eve Martel, 47 ans, du blogue québécois Tellement Swell. «On met les événements en contexte quand on vieillit.En devenant plus mature, on a plus de recul. On est moins dans les surprises de la vie et davantage dans l’exploration active.»

Tout est permis

Heureusement, depuis quelques années,on remarque l’arrivée de blogueuses séniors, qui parlent à un public souvent laissé pour compte.

On pourrait bien sûr nommer Gwyneth Paltrow, 46 ans, sur la plateforme Goop. Ou encore Garance Doré (dont on adore les billets plus personnels!), 43 ans, sur Atelier Doré. On pourrait penser ici à Mitsou, 48 ans, ou à Julie Bélanger, 44 ans, qui nous livrent aussi des billets de blogue sur leur site.

Mais il n’y a pas que les vedettes qui ont des choses à dire. D’autres blogueuses tiennent aussi des propos qui nous rejoignent. Elles nous parlent de bons plans mode, de conseils beauté adaptés à notre âge, de bonnes adresses, etc. On passe ainsi d’un billet sur un portrait de femme inspirante à un autre sur l’indémodable pull en V, suivi d’une critique sur une expo muséale ou de la vidéo d’une chanson de Pink Floyd interprétée par Alpha Blondie. Ça, ça me parle.

«À 40 ans, tout est permis: devenir maman, se reconvertir, se mettre au sport, prendre du temps pour soi, s’habiller comme on aime, changer de vie, tout plaquer…», écrit avec justesse Sandrine Chartier Gerin, du blogue français 40andsowhat. Bien d’accord avec elle! On veut profiter de la vie, mais aussi trouver des réponses aux questions que cette étape suscite, parler de nouvelles perspectives et de changements de carrière à un âge où tout recommence.

Nous aussi, on a envie de porter des vêtements colorés, d’aller se faire masser dans le dernier spa tendance, de partir en weekend avec notre mari… ou notre amant plus jeune. On peut même aimer se placer devant une caméra ou un appareil photo. Si, si!

Aujourd’hui, on est encore jeune à 40 ou 50 ans, alors qu’il y a une vingtaine d’années, la plupart des femmes étaient déjà grands-mères à cet âge… ou en voie de le devenir.

Virginie Urbini Gorse, joyeuse quinquagénaire assumée du blogue français Jeune vieillis pas, illustre bien cette réalité dans un billet où elle met côte à côte une photo de sa grand-mère (une vieille dame aux cheveux blancs en train de tricoter) et une photo d’une de ses amies avec son petit-fils. Or, cette dernière ressemble davantage à Inès de La Fressange qu’à une mère-grand de l’ancien temps! On n’a qu’à penser ici à Marcia Pilote, 52 ans, qui touche un large public avec ses différentes plateformes et qui ne correspond pas non plus à l’idée qu’on se fait d’une grand-mère.

Sénior, mais pas trop

Il faut dire que les frontières entre les âges sont devenues plus floues. Selon un sondage publié dans le journal londonien The Telegraph en 2017, 96 % des femmes de plus de 40 ans ne considèrent pas qu’elles sont d’âge mûr. Plus des deux tiers ont l’impression d’être dans la meilleure période de leur vie, 59 % se sentent plus jeunes et dynamiques que jamais, 90 % affirment avoir une attitude plus jeune que leurs mères et 84 % ont déclaré qu’elles ne se définissaient pas par leur âge.

C’est le cas d’Eve Martel, qui se voit davantage comme une pérenniale, c’est-à-dire une personne au courant de tout, à l’affût des nouvelles technologies, entourée d’amis de tous les âges. «Mon public varie selon les plateformes. Les femmes qui consultent le blogue ou Facebook ont mon âge. Ceux qui me suivent sur Instagram ou sur YouTube sont plus jeunes. Je n’ai pas d’enfant, mais je sais que beaucoup de mamans me suivent justement parce que j’ai un profil différent.»

«Je suis la doyenne des blogueuses!» s’exclame pour sa part Marie Héroux, 60 ans, du blogue La P’tite Madame. Elle voit son âge comme un atout. «Je me démarque des jeunes blogueuses. J’ai justement créé La P’tite Madame parce que je ne me retrouvais pas dans ce que je lisais. J’avais envie de parler de beauté et de mode pour des femmes comme moi. Mes lectrices sont dans la cinquantaine et m’écrivent pour me remercier ou me demander des conseils, parce que mon style est accessible», raconte celle qui a démarré son blogue comme un passe-temps et pour qui c’est devenu un projet de retraite. Afin de l’alimenter, Marie peut assister jusqu’à trois événements par jour. On est loin du tricot au coin du feu!

La nouvelle génération sans âge

Les femmes de la génération X (1962-1978) sont présentes sur Instagram et YouTube, elles font du coworking, s’offrent des retraites de yoga-surf à Hawaï, s’habillent chez Betina Lou, Frank & Oak, Uniqlo…

Et que dire de leurs économies? Elles ont nettement plus d’argent que durant leur trentaine, alors qu’elles devaient payer la maison et la voiture. D’ici 2030, dans les pays riches, les consommateurs âgés de plus de 60 ans passeront de 164 à 222 millions et dépenseront plus de 4000 milliards de dollars par année.

Il est temps que les marques s’intéressent à elles dans les réseaux sociauxet qu’on cesse de se servir de millénariales pour leur vendre des voitures de luxe ou des sacs Gucci, quand on sait pertinemment que ces jeunes femmes n’ont rien à voir avec la clientèle qui a réellement les moyens d’acheter ce genre de choses.

En même temps, il ne s’agit pas pour ces nouvelles influenceuses de se transformer en machine publicitaire. Oui, elles parlent de produits de consommation qui peuvent intéresser leurs semblables. Cela dit, il serait intéressant aussi qu’elles profitent de leur tribune pour créer une communauté tissée aussi serré que celle des mamans, une tribu virtuelle qui permettrait aux femmes d’échanger sur la mode et la beauté, mais aussi sur les enjeux liés à leur âge, et ce, tout en se divertissant. Parce qu’il faut bien reconnaître que celles qui suivent ces influenceuses ont quelque chose qui manque cruellement à la majorité des plus jeunes: un sens de l’autodérision ô combien rafraîchissant!

«Je souhaite que mon blogue prenne un virage plus business en 2019, car j’aimerais bien pouvoir gagner ma vie de cette façon», explique Lyne Ste-Marie, 53 ans, de Tornade Rousse. «Cela dit, je veux encore publier des articles par pur plaisir, partager mes découvertes qui seront utiles à d’autres ou encore tout simplement mes états d’âme ou mes aventures… Ce sont toujours mes articles les plus lus.»

«On dirait qu’on est la première génération de filles qui ne sont pas vieilles à 40 ou 50 ans, déclare pour sa part Eve Martel. On a vraiment un autre cheminement que les femmes qui nous ont précédées. On n’a pas d’exemples, ce qui fait qu’on se demande: “Par où je vais, là?” Ce serait l’fun d’y aller ensemble.» Nous, on est partantes.

Blogues 40+ à suivre

Tellement Swell – Crédit photo: Gabrielle Chalifoux

Tellement Swell

Sous la houlette d’Eve Martel, le blogue explore tout ce qui rend la vie plus belle. Déco, santé, beauté, voyage… Eve aborde une multitude de sujets avec enthousiasme, que ce soit par écrit, sur Instagram ou sur sa chaîne YouTube.

On aime
Elle nous laisse pénétrer dans son intimité et ne craint pas de révéler sa vulnérabilité, créant ainsi une belle complicité. On a envie d’être son amie. Et sa chatte Kiki est adorable dans les vidéos!

Extrait
«C’est le troisième vlog de mon séjour en France, dans la région du Beaujolais! On fait du Segway dans les vignes, on explore des sites médiévaux en décapotable, et on va passer la soirée à la table des vendangeurs. Pour ce qui est du Segway, “on” exclut la personne qui parle, car j’ai gravement choké.» tellementswell.com

Livre
Tellement Swell – Petit guide pour transformer sa vie en douceur editions-homme.com

La P’tite Madame – Crédit photo: Isabelle Hamel Blouin

La P’tite Madame

Derrière ce nom se trouve Marie Héroux, une femme curieuse et passionnée. Sans prétention, elle partage avec nous ses coups de cœur mode et beauté, et nous prouve que les femmes ne deviennent pas invisibles avec l’âge.

On aime
Le nom La P’tite Madame, qui vient d’une séance de brainstormavec son mari et ses enfants. C’est son fils qui l’a suggéré, et elle l’a aussitôt adopté pour l’aspect autodérision.

Extrait
«Les femmes matures ont trop souvent tendance à s’effacer, à laisser la place. Pourtant, on est là, on existe, on est belles, actives, soucieuses de notre santé. On est allumées, branchées, on a plein d’idées et de projets!» ptitemadame.ca

Tornade Rousse – Crédit photo: Julie Landreville

Tornade Rousse

Lyne Ste-Marie a un nombre impressionnant d’abonnés Facebook et Instagram. Il faut dire qu’elle est présente dans le monde des médias depuis un bon moment.

On aime
Sa fougue, son enthousiasme, son professionnalisme.

Extrait
«Hyperactive et insomniaque à mes heures, je suis celle qui ne s’arrête jamais. Toujours aussi avide de découvertes et à l’affût des nouvelles tendances, j’adore sortir, me promener, regarder, sentir, goûter et explorer.» lynestemarie.com

Instagram @40andsowhat

40andsowhat

Sandrine Chartier Gerin, une maman parisienne passionnée, nous fait découvrir son quotidien, ses astuces beauté, ses préoccupations de mère et sa vie de rédactrice pigiste.

On aime
Le chic parisien qui se dégage du blogue, la variété des sujets traités: découvertes mode et beauté, sport, bien-être, et, bien sûr, les billets d’humeur. So French!

Extrait
«J’ai 40 ans. Oui. Et alors?! Je vais bien, tout va bien.» 40andsowhat.com

Instagram @jeunevieillispas

Jeune vieillis pas

Virginie Urbini Gorseest une quinquagénaire qui assume son âge. Sur son blogue antiride, elle partage ses conseils lifestyle,mode et beauté «pro-âge» (on adore l’expression!).

On aime
Ses portraits inspirants de femmes matures, ses billets d’humeur qui nous ressemblent tellement, ses phrases dans lesquelles on se reconnaît et qui nous font rire.

Extrait
«À l’heure où mes ovaires me lâchent, j’aimerais avoir un peu plus de couilles. Que vieillir me permette enfin de dire tout haut ce que je pense tout bas. Et de ne plus m’embarrasser de ce que les autres, eux, peuvent penser.» jeunevieillispas.com

Instagram @happy___q

Happy Q

Un blogue pour «les jeunes femmes de 50 ans». Mylène Desclaux, la fondatrice, vient d’ailleurs de publier un livre portant ce titre.

On aime
Cette Française fashionistaet beautistatransmet ses émerveillements et ses amusements dans des billets rigolos.

Extrait
«Inversement proportionnel à la barbe qui s’allonge, cette tendance du “No poil” touche aussi les hommes. Je vous en épargne les raisons profondes, dont l’une trouve son explication dans l’aphorisme suivant: “Dans la forêt déboisée, l’arbre paraît plus grand” (empruntée à Myriam, esthéticienne dans le 15e).» happyquinqua.com

Instagram @notlamb

Not Dress As Lamb

On adore Catherine Summers, une Anglaise au style vitaminé qui refuse de s’habiller de façon «appropriée pour son âge». Comme elle le dit si bien, les femmes dans la quarantaine ne portent pas nécessairement toutes des cardigans lilas…

On aime
Son sens de l’autodérision. Au lieu de faire une récapitulation de ses meilleurs outfits, elle publie plutôt à chaque début d’année ses blooperset outtakes.Hilarant.

Extrait
«Je suis peut-être une blogueuse à temps plein, mais contrairement aux Chiara et Nicole de ce monde, je ne passe pas ma vie en jet et ne dessine pas des collections pour les plus grandes marques.» notdressedaslamb.com

Instagram @angiehotandflashy

Hot And Flashy

Angie, une dynamique quinquagénaire américaine, propose des vidéos et tutoriels beauté. Sa chaîne YouTube compte plus de 376 000 abonnés.

On aime
On peut bien sûr trouver qu’Angie ressemble à une caricature de blonde américaine mince, saine, bien dans sa peau (et un peu botoxée). Mais elle n’hésite pas à parler de ménopause, à tester des traitements cosmétiques non invasifs et à en parler sans gêne… non seulement de ses produits préférés, mais aussi de ceux qu’elle n’a pas aimés. Avec elle, on a l’heure juste.

Extrait
«Avant de lancer cette chaîne, j’avais toujours pensé que YouTube, c’était des vidéos cute de chats ou de la porno.» hotandflashy.com

 

Cet article est paru dans le magazine VÉRO printemps 2019. Abonnez-vous ici.

Photo principale: Getty Images

À lire aussi:
20 pionnières de la diversité
Le mot de Louis: Tais-toi l’artiste?
Édito de Véro: Vent de renouveau
Besoin de courage? On écoute ces entretiens de femmes « Braves »

 



Catégories : Oser être soi / Véro-Article
0 Masquer les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ajouter un commentaire

Magazine Véro

S'abonner au magazine